En prenant un virage spectaculaire pour la saison 2020, avec l’arrivée de coureurs confirmés et revanchards, l’équipe Arkéa-Samsic s’annonçait comme une vraie curiosité. Le bilan est globalement satisfaisant, avec un Quintana en verve notamment en début d’année, et un retour concluant de Nacer Bouhanni.

Le top : la relance de Quintana et Bouhanni

Leurs transferts avaient fait grand bruit à l’orée de la saison 2020. Deux noms du peloton, à la recherche d’un point de chute pour relancer leur carrière, rejoignaient l’équipe Arkéa-Samsic. Pour Nacer Bouhanni, le bilan est correct, avec quatre victoires, une confiance retrouvée et un retour dans des eaux plus calmes en termes de médiatisation. On attend encore qu’il retrouve le chemin de la victoire sur les grandes épreuves du calendrier, mais son histoire avec l’équipe bretonne part sur de bonnes bases. Pour Nairo Quintana, le palmarès de l’année est encore élogieux : Tour de Provence, Tour du Var, une étape de prestige sur Paris-Nice, le Colombien a rempli son rôle de tête d’affiche. Dans le coup en début de Tour de France, Quintana s’est finalement écroulé en dernière semaine, après sa chute dans le Massif Central. Une fois passée l’arrivée à Paris, le grimpeur a mis un terme à sa saison après une bien mystérieuse affaire de perquisition. Le bilan comptable restera donc comme une grande satisfaction, légèrement gâchée par le goût amer de la fin d’année.

Le flop : les lieutenants de Quintana

Arrivés dans les valises de Nairo Quintana, son frère Dayer et son compatriote Winner Anacona devaient former la garde rapprochée du grimpeur colombien en montagne. Un investissement important pour l’équipe bretonne. Si on attendait peu de choses de Dayer Quintana, Anacona devait lui être un lieutenant crucial pour son leader. Il a tenu son rôle la plupart du temps, mais on pouvait toutefois espérer nettement mieux en terme de bilan comptable. Seulement deux top 10, sur les championnats de Colombie du chrono en janvier et lors du la Prueba Villafranca en fin de saison, c’est peu. Même chose pour l’Italien Diego Rosa, très loin de son niveau affiché chez Astana il y a quelques années. Hormis un podium sur le Trophée Laigueglia et un top 10 sur les Strade Bianche, le Piémontais a été discret. Son abandon sur le Tour de France, clavicule cassée suite à une chute dans la descente du Port de Balès, n’a pas aidé. A plus de 30 ans, le Colombien comme l’Italien devront rehausser leur niveau l’an prochain.

La stat : 3

C’est le nombre de jours de course pour l’année 2020 comptabilisés par Elie Gesbert, l’un des espoirs d’Arkéa-Samsic. Victime d’une fracture de la rotule suite à une chute sur les routes du Trofeo de Palma, le Breton a vécu une année blanche, entre repos forcé et rééducation.

La note des lecteurs : 11,2

Les notes 2020 (sur 20)

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Stéphane Deneits ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.