Qui succédera à Wout Poels au palmarès de Liège-Bastogne-Liège ? Réponse ce dimanche du côté de Ans - Photo A.S.O. / Kare Dehlie Thorstad
Débat
22 avril 2017

Nos pronostics pour Liège-Bastogne-Liège

C’est le propre des monuments que d’être imprévisibles. Mais Liège est sûrement au-dessus de tout ça. Encore plus difficile à pronostiquer. Le palmarès des dernières années en témoigne : qui avait vu venir Martin, Gerrans ou Poels ? Pas grand monde. Alors la Chronique du Vélo s’est risquée au jeu des pronostics. En sachant qu’elle aurait sûrement tort.

Michal Kwiatkowski par Alexis Midol-Monnet

Revenu en grâce sur cette première partie de saison, Michal Kwiatkowski semble avoir laissé derrière lui les problèmes d’acclimatation. Vainqueur de la Primavera, animateur de l’Amstel, le Polonais mise tout sur les classiques, et semble avoir accumulé un semblant d’expérience supplémentaire depuis son sacre précoce à Ponferrada, en 2014. Pour l’emporter, il aura besoin de déclencher les hostilités de loin. Celui qui excelle par sa polyvalence se retrouverait incontestablement au centre des débats si un petit groupe réussissait à se détacher. Troisième de Liège-Bastogne-Liège en 2014, le profil ne peut l’effrayer. Celui qui a tout de l’outsider pourrait rapidement endosser le costume du patron, et remporter son deuxième monument.

Dan Martin par Adrien Godard

Dan Martin est un amoureux des ardennaises. Vainqueur de la Doyenne en 2013 et très proche du doublé l’année suivante, l’Irlandais arrive en forme pour son rendez-vous préféré de la saison. En atteste sa deuxième place sur le Mur de Huy derrière l’imprenable Valverde. « Je vais peut-être attendre sa retraite » disait-il à l’arrivée. Mais le leader de Quick-Step, en l’absence d’Alaphilippe et de Gilbert, arrive sur une course qu’il sait dompter. La côte d’Ans, qui avantage sa giclette dans le dernier kilomètre, est un de ses jardins favoris. Pas habitué à anticiper les événements, il sait qu’il peut battre tout le monde en sortant dans le final. C’est de cette façon qu’il a remporté ses plus belles classiques. Alors si la course est calme et que les meilleurs attendent le dernier moment pour bouger une oreille, il y a de grandes chances pour retrouver le neveu de Stephen Roche devant. Et les dernières années ont montré une vraie course d’attente…

Alejandro Valverde par Jean-Baptiste Caillet

Ne faites pas trop attention à sa seizième place l’an dernier à Ans, Alejandro Valverde n’est pas du genre à se planter deux fois de suite sur la Doyenne. Il est toujours bon de rappeler qu’il compte trois victoires et trois podiums en onze participations (plus une troisième place en 2010 annulée après sa suspension). Niveau palmarès, c’est largement au-dessus de quiconque sur la ligne de départ. Pour ce qui est de la forme, difficile de faire mieux. Victoire en Catalogne, au Pays-basque et une passe de cinq en patron sur la Flèche Wallonne. Le Murcian est juste irrésistible en ce moment. On pourrait penser qu’un effort juste avant le final pourrait le bousculer, mais le coureur de la Movistar a encore le coup de force d’Albasini en tête et ne va pas se faire avoir aussi facilement. À ce niveau là, seul un fait de course extraordinaire serait en mesure de le priver d’un troisième doublé ardennais.

Greg van Avermaet par Robin Watt

Le pari est osé. Parce que le Flamand s’est tapé toutes les flandriennes, et que logiquement, il en sort cramé. Il a décidé de prolonger, parce qu’il a intrinsèquement les qualités pour briller sur les ardennaises. Mais on l’a vu sur l’Amstel, sa fraîcheur laisse à désirer. Sauf que voilà. Liège, c’est Liège. Le dernier monument du printemps, l’un des plus importants pour un Belge. Greg van Avermaet, lui, n’y a plus mis les pieds depuis quatre ans. Et comme un symbole, c’est dans un état de grâce qu’il y revient. Officiellement, il n’est pas plus leader que Samuel Sanchez. Sauf qu’on imagine mal le garçon rallonger sa première partie de saison jusqu’à la Doyenne pour finalement jouer les gregrario. Si « GVA » est au départ, c’est qu’il s’imagine pouvoir l’emporter. Et comme cette année il ne se rate quasiment jamais, impossible de le mettre de côté. Le Tour des Flandres lui a échappé, mais il compte bien malgré tout décrocher un monument à domicile en 2017.

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Nos pronostics pour Liège-Bastogne-Liège"

Me prévenir
avatar
alibaba
alibaba

Petite erreur au début: Wout Poels ne dispute pas LBL.
J’espère qu’on verra des attaques des favoris dès la Redoute et que le vainqueur lèvera les bras au ciel en hommage à Scarponi.

wpDiscuz