A-t-on vraiment besoin d’expliquer pourquoi Greg Van Avermaet est le flandrien de l’année ? Pour la forme, on va le repréciser : victoire sur le Het Nieuwsblad, le GP E3, Gand-Wevelgem et Paris-Roubaix. Le n°1 mondial a été un modèle de constance durant l’ensemble de la saison, mais c’est bien entre les monts et les pavés qu’il a montré, osons le dire, la forme de sa carrière.

Au-dessus du lot

Connaissez-vous Bas Waaijer ? Probablement pas. Ce Néerlandais de 35 ans est pourtant le seul cette année à avoir réussi, malgré lui, à priver Greg Van Avermaet d’un succès sur une classique flandrienne du World Tour. Sa veste, nonchalamment posée sur une barrière dans le Vieux Quaremont, a changé l’issue du Tour des Flandres. Le vêtement a accroché le guidon de Peter Sagan qui est parti au sol. Dans la roue du Slovaque, GVA ne pouvait qu’en faire autant. Philippe Gilbert, seul en tête à cet instant, disposait d’un boulevard pour conclure. Coupé dans son élan, Van Avermaet a dû se contenter de la deuxième place, son troisième podium sur l’épreuve en quatre ans.

Il fallait au moins un fait de course aussi sordide pour stopper la frénésie de succès du champion olympique en titre. Sur les classiques pavées, il était de loin le plus fort du peloton. Même sur les sprints, le Belge a montré qu’il avait la vitesse et la roublardise pour piéger un Peter Sagan. Sur le Het Nieuwsblad, première flandrienne du calendrier, il domine tellement le Slovaque dans le final que ce dernier se rassoit de dépit dans les derniers mètres. Rarement cité pour ses qualités de sprinteur, Van Avermaet a pourtant eu le mérite, en 2017, de s’imposer à chaque fois qu’il se trouvait dans le groupe de tête.

Un premier monument en apothéose

Sept jours à peine après la frustration du Ronde, celui qui était parfois désigné comme le « Poulidor belge » s’est ainsi rattrapé Outre-Quiévrain en partant à la conquête de son premier monument : Paris-Roubaix. Malgré une première partie de course galère, Van Avermaet s’accroche pour rester au contact des leaders avant de planter le gros de la mêlée sur le Carrefour de l’Arbre. Il s’isole alors avec un petit groupe prêt à jouer la gagne au sprint sur le Vélodrome. Pas besoin de vous faire un dessin pour deviner la suite. Plus véloce que jamais, le Belge s’est offert, l’année de ses 32 ans, un quadruplé sur les flandriennes. Comme le hasard fait bien les choses, ce petit chelem est intervenu le jour de la retraite de Tom Boonen. Celui-là même qui avait réalisé pareil exploit en 2012, l’année de ses 32 ans.

Cerise sur la gâteau, cette victoire sur l’Enfer du Nord a permis à GVA de s’emparer de la première place au classement mondial UCI, aux dépens de Peter Sagan. Trente-trois semaines plus tard, le garçon a tenu son rang malgré une fin de saison légèrement décevante. Malade, il repart bredouille du Tour de France pour la première fois en trois ans. Sur les classiques de l’automne, les places d’honneur s’enchaînent mais la victoire ne lui tend plus les bras. Pas de quoi chambouler Van Avermaet. En bon flandrien qui se respecte, un objectif fait figure de priorité absolue en 2018 : remporter une bonne fois pour toutes ce Tour des Flandres. Ne vous attendez pas à ce qu’il retourne sa veste.

Greg van Avermaet
31pts
Philippe Gilbert
18pts
Peter Sagan
11pts
gva portrait

Greg
Van Avermaet

32 ans, Belge, BMC

7 en 2017
Classement UCI : 1

gva roubaix

Paris-RoubaixVainqueur

1Avec la victoire de GVA à Roubaix, BMC a remporté son premier monument en dix ans d’existence

gva ronde

Tour des FlandresDeuxième

11Depuis 2007, soit onze éditions, Van Avermaet n'a jamais manqué le Ronde, et a terminé trois fois sur le podium

gva het nieuwsblad

GP E3Vainqueur

1Le triplé GP E3 - Gand-Wevelgem - Roubaix n'a été réalisé qu'une fois, par Boonen en 2012 (qui avait aussi gagné le Ronde)

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Jean-Baptiste Caillet ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.