Dans le bon coup mais encore en retrait : c’est exactement ce qui était attendu de Thibaut Pinot sur Tirreno-Adriatico. Troisième du général final mais pas avec les meilleurs dans l’étape reine du Terminillo, il monte en puissance progressivement en vue du Tour d’Italie.

Prendre son temps

Il ne fallait pas être en forme trop tôt. Pinot avait fait l’erreur l’an passé, au top sur le Tour de Romandie, puis à la rue sur la Grande Boucle. Mais le Franc-Comtois a incontestablement appris de cet épisode. Sur Tirreno-Adriatico, depuis la semaine dernière, il est venu pour jouer les premiers rôles, mais pas vraiment pour gagner. Depuis sept ans, de toute façon, le vainqueur est presque toujours un homme qui a pour objectif le Tour de France. Seul Vincenzo Nibali, en 2013, a remporté le maillot bleu au mois de mars avant d’aller batailler sur le Giro quelques semaines plus tard. Alors pas d’inquiétude pour le Français, qui a terminé assez loin de Nairo Quintana. L’épreuve transalpine est là pour le préparer à la course rose, rien de plus. C’était même la première étape importante d’une mise en route qui doit le mener presque au top au départ d’Alghero, le 5 mai prochain.

Au sommet du Terminillo, lors de l’étape reine, le leader de l’équipe FDJ ne s’inquiétait donc pas de son résultat. « Seulement » neuvième, il savait qu’être capable de suivre Quintana aurait presque été mauvais signe. Là, il est simplement dans les temps, ni en avance, ni en retard. Son résultat final est d’ailleurs plus qu’emballant. Uniquement devancé par Quintana et Rohan Dennis, il décroche son deuxième podium sur une course par étapes World Tour – après le Tour de Romandie l’an dernier. Alors même qu’il vise le Giro, il a fait mieux que ces dernières saisons (4e en 2015 et 5e en 2016) sur les bords de l’Adriatique. Et il n’y a rien de plus rassurant que de voir un Pinot moins en forme réaliser de meilleures performances que par le passé.

Devenir un patron

A 26 ans, il est en partie logique de voir le Franc-Comtois franchir des caps, à la fois dans ses capacités physiques et dans sa gestion d’une saison. Mais plus que jamais, il semble en mesure d’aller jouer la gagne sur un grand tour, et sans se cacher. Parce qu’au départ de Sardaigne, dans un peu plus d’un mois et demi maintenant, il sera l’un des grands favoris du Giro. Le temps où il allait chercher un podium sur le Tour à la surprise générale est révolu. C’est donc la dernière inconnue pour Thibaut Pinot. Très attendu sur les routes de juillet ces deux dernières années, il n’est pas parvenu à assumer son nouveau statut. Loin de la sur-médiatisation du Tour, il aura donc sans doute l’esprit plus libéré en Italie. Mais il fera quand même partie de ceux sur qui pèsera le poids de la course. Une situation qu’il va devoir apprendre à gérer pour devenir un cador. Et peut-être prendre la place de Quintana dans quelques années, en gagnant Tirreno-Adriatico quatre mois avant de se présenter parmi les favoris du Tour de France.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Robin Watt ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.