En 2014, Nibali avait été encerclé par le duo Péraud-Bardet. Rééditeront-ils leur performance ? - Photo Getty.
27 juin 2015
pub Grupetto Shop

Péraud et Bardet, l’assurance de la réussite

Respectivement deuxième et sixième du dernier Tour de France, le duo phare de l’équipe AG2R la Mondiale part avec des ambitions semblables ou presque pour la Grande Boucle 2015. Brillant en montagne sur le Dauphiné, Romain Bardet voudra essayer de faire au moins aussi bien en juillet, tandis que pour Jean-Christophe Péraud, l’objectif final reste un peu plus flou. Alors, avant le grand départ d’Utrecht, faisons le point sur les chances des deux garçons, qui devront s’entendre à la perfection afin de pouvoir disposer d’une tactique collective.

Pourquoi il faut y croire

D’année en année, «Jicé» se bonifie. L’ancien spécialiste du VTT, passé professionnel sur le tard, en est déjà à son sixième Tour de France. Neuvième en 2011, Péraud était pas loin d’améliorer ses référence sur le centième Tour de France avant son abandon malheureux, et a réalisé la meilleure saison de sa carrière l’an passé, en terminant deuxième à Paris, mais également sur le podium de nombreuses courses World Tour d’une semaine très relevées. L’ancien coureur d’Omega Pharma – Lotto ne cesse de repousser ses propres limites et de se surpasser dès que la route s’élève. À aujourd’hui 38 ans, franchir l’ultime marche est presque impossible, surtout au vu de la concurrence qui se présente, mais sa nouvelle dimension pourrait encore une fois le transcender. Le public n’attend que ça.

Un parcours très montagneux, ouvert aux audacieux. Si Romain Bardet n’est pas le meilleur grimpeur intrinsèque du peloton, il n’en est pas moins l’un des plus offensifs lors des étapes clés. Durant le Critérium du Dauphiné, il s’est amusé de la désormais traditionnelle passivité des favoris dans la sinueuse descente du Col d’Allos, lui permettant de filer vers Pra-Loup en solitaire. Et sur le Tour, en plus de cette même étape alpine qui sera répétée à l’identique, les occasions ne manqueront pas. En première semaine d’abord, avec l’enchaînement Cherave-Huy, mais aussi dans les Pyrénées avec une descente toujours difficile du Tourmalet, puis la présence de difficultés nouvelles comme les Lacets de Monvernier et la distance réduite des étapes de haute-montagne en troisième semaine. Avec une si faible présence de kilomètres contre-la-montre, toutes les conditions sont réunies pour lui permettre de s’exprimer.

Pourquoi il ne faut pas y croire

Péraud n’a pas rassuré. Pourtant vainqueur incontestable du Critérium International en Corse, devant Thibaut Pinot, l’expérimenté leader d’AG2R la Mondiale n’a pas confirmé par la suite. Seulement seizième au Pays Basque, il a ensuite fini très loin des meilleurs en Romandie et surtout au Dauphiné, bien plus inquiétant. Le Toulousain a même abandonné sur le chrono des Championnats de France à Chantonnay, jeudi. D’ici samedi prochain, le timing resserré ne lui laisse pas une grande marge de manœuvre, et il lui faudra repartir du bon pied sans traîner, quand on voit l’état de forme de ceux avec qui il se battait il y a exactement un an pour une place sur le podium. Difficile de se prononcer, donc.

Ils seront attendus au tournant. La pression, bonne ou mauvaise chose ? Après l’exceptionnelle cuvée française de 2014, tous les coureurs tricolores feront l’objet de sollicitations particulières, aussi bien médiatiques que populaires. Et forcément, cela pourrait avoir de quoi inhiber le tempérament de certains. Les quatre fantastiques ont clairement annoncé vouloir viser la victoire, et le scénario fou de la première semaine de 2014 aura bien du mal à se répéter. Si on est en droit d’attendre l’effet positif d’un tel engouement autour de l’équipe savoyarde, attention non plus à ne pas partir trop sûr de soi. Leurs adversaires auront eux aussi bien pris note de leurs capacités, et ne pourront plus se faire surprendre comme ce pouvait encore être le cas.

Le chrono par équipes, un facteur handicapant. Au Dauphiné, l’équipe AG2R n’a pas réussi à accrocher la première moitié de tableau sur les vingt-quatre kilomètres tracés entre Roanne et Montagny, prenant une treizième position moyenne. Si l’on remonte auparavant, la copie donnée en Romandie est encore moins glorieuse, finissant dix-huitième et bonne dernière, à 1’22 » du Team Sky. La neuvième étape s’annonce donc critique pour la formation de Vincent Lavenu, qui va probablement laisser beaucoup de temps en route. Surtout quand on sait que toutes les équipes de leaders seront emmenées par leurs meilleurs spécialistes du chrono. De Sky à BMC, en passant par Movistar et Astana, les grosses artilleries seront de sortie, et AG2R, elle, laissera filer des secondes qui devraient s’avérer déjà déterminantes pour la suite.

20
Poster un commentaire

avatar
20 Threads de commentaires
0 Réponses
0 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
9 Auteurs de commentaire
KeldermanKeldermanIsaakjackchris Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
cisco
cisco

Bardet top 10 dans le meilleur des cas ! Peraud out ! oubliez ! meme si je l’apprecie, arretez de croire qu’il peur gagner le Tour !

Gentleman
Gentleman

Plutôt du même avis que Cisco. Il faudrait que Romain Bardet n’ait pas de jour sans pour intégrer un top 5 cette année, et je redoute qu’au lendemain d’une étape où il aura brillé son organisme lui joue des tours.

James
James

Ca va être l’année où les français rentrent dans le rang. Après avoir fait 2, 3 et 6, j’en vois difficilement un seul dans les 5 et au max 2 dans les 10.

Péraud ne rassure ni par ses déclarations ni par ses résultats cette saison, il va se prendre une minute dès l’étape d’Huy, puis des cassures et va arriver dans les pyrénées déjà out pour le général.

Bardet peut faire top10 à la pédale, difficilement mieux. Il y a quand même, hors incidents de course, Froome, Contador, Quintana, Nibali, Van Garderen et Pinot définitivement plus forts que lui, auxquels on peut ajouter dans une moindre mesure Rodriguez et Valverde. Il va se battre pour être dans les 10 avec les Yates, Gesink (qui revient fort, s’il reste sur son vélo je le sens bien) Uran, Majka, Frank, Costa etc…

Pinot est juste en dessous des 5 (pour moi ils ne sont pas 4 à être « fantastiques » – que je hais cette expression – mais 5 avec TVG) mais je ne le vois pas leur reprendre plus de temps en montagne qu’il en aura perdu sur les deux chronos.

Après, tout ça reste théorique hors cassure, crevaison etc..

cisco
cisco

Et n’oublions pas, ce qui n’a rien avoir avec le spectacle et avec ce qui rend cette course mythique, que tout le monde n’est probablement sur la meme ligne de départ ! Froome, Contador,……

Kelderman
Kelderman

Peraud a l’air de ne pas être au même niveau de l’année dernière mais méfiance car allons étape par étape déjà, au clm de Utrecht pour moi Bardet-Pinot vont perdre le même temps (dans les mêmes eaux) 40 secondes… sur le vainqueur. Froome sera pas loin de celui-ci je pense… Peraud lui sera plus près s’il est à son niveau de l’année dernière… sur les étapes piègeuses Peraud ma l’air moins à l’aise que Bardet… mais pareil Avant d’arriver dans la montagne, le clm par équipe pour moi c’est 1 minute pour AG2R comme FDJ, donc 1 minute 30 déjà de perdu, faudra aller les rechercher… en tout ca avec le parcours… y a de quoi faire… J’attends un tour très serrer et mouvementer… intéressant à suivre.

Qui sait tous peux se passer la vérité de juin n’est pas celle de juillet… on en saura plus à la sortie du clm par equipes… beaucoup plus… même s’il restera toute la montagne donc rien ne sera finit…

Il serait intéressant Alexis Midol ou Robin Watt de faire un article sur les capacités de chacun des leaders sur les pavés (vous avez peut être déjà prévu de le faire…)

Kelderman
Kelderman

James

Vous avez raison à mon avis cette année la concurrence au départ en tout cas pour le classement général n’a jamais été aussi grande… Je note au moins une trentaine de coureurs voir plus pouvant finir dans les 10 au général… Il manquera juste Aru et Landa si non y a tout le monde… en plus la différence par rapport au Giro ou la Vuelta se fait aussi par les équipiers au Tour, les meilleurs coureurs au monde y sont alignés tous sauf exceptions. On verra le niveau de chaque coureurs réellement sur le tour sauf hécatombe.

Kelderman
Kelderman

Désolé du triple post mais quand vous dites james que Gesink revient fort vous entendez par quoi revient fort… (M’intéresse étant donné mon pseudo)

James
James

@ Kelderman : effectivement je me suis peut-être un peu enflammé. Sur l’impression qu’il m’a laissé lors des trois dernières courses que j’ai regardées auxquelles il a participé, il m’avais l’air d’être dans le coup. Mais à regarder les classements de plus près, c’est pas transcendant non plus. Discret mais correct 15è du Tour de Romandie, il enchaine en avril par une 5è place du Tour de Californie puis 9è du Tour de Suisse. Sur les étapes lui convenant, il fait toujours entre 10 et 20, jamais mieux. Constant, mais en second rideau. J’avoue ne pas encore avoir analysé les stratégies potentielles de Lotto-Jumbo, qui amène ses quatre leaders en montagne, laissant leurs sprinters à la maison. C’est pas forcément un mauvais choix, car Hofland-Bennett même en grande forme ne pourraient finalement pas grand chose face aux Kristoff Cav etc… mais du coup ils se retrouvent à 4 grossièrement du même niveau et on a souvent l’impression avec cette équipe que les Ten Dam, Gesink et Kruijswijk font leur course les uns à côté des autres, sans travail d’équipe. C’était pareil quand il y avait Mollema. Faudrait qu’ils fassent clairement : tout pour Kelderman mais ça ne semble pas êter… Lire la suite »

chris
chris

Heure de vérité! Le Tour regroupant le dessus du panier du peloton ( à l’exception d’Aru et la révélation Landa) va remettre au niveau tout le monde. Difficile d’imaginer pour les français d’approcher le résultat inespéré de l’an dernier. Une place dans les cinq premiers serait magnifique. Il y aura bien entendu des incidents de course en 1ère semaine: chutes et abandons avec le risque que deux ou trois gros poissons y laissent leurs écailles; Mais au final, on va pouvoir étalonner à leur réel niveau international les Pinot-Bardet et les autres tricolores.

Kelderman
Kelderman

James

Je suis totalement d’accord avec vous sur le point que la lotto.NL Jumbo (mon équipe préféré que je suis toute la saison) ne travail jamais en équipe, les leaders sont tous mis au même niveau ce qui est regrettable pour cela que Mollema est partit (cf Ten Dam l’année dernière ne travaillait pas pour lui finit devant en plus, même si Mollema souffrait d’une blessure au dos)

J’espère que cette année si Kelderman ne perd pas de temps en première semaine et si il est en forme qu’il pourra compter sur Gesink s’il retrouve pas son niveau se 2010 pour travailler pour lui comme Ten Dam et Kruisjwijk qui a fait un très bon Giro, il pouvait finir sur le podium s’il avait pas perdu 8 minutes sur une étape facile. Il visera pas le classement général mais le maillot à pois normalement et une étape.

Bennett de la lotto.Jumbo est un grimpeur, vous confondez avec Sam Bennett de Bora-Argon qui lui sera présent sur le Tour et est un sprinter comme vous l’avez dit.

Désolé du hors-sujet rien avoir avec l’article.

Kelderman
Kelderman

Chris

On oublie tous qu’il est aussi possible que ça ne soit pas les Nibali, Froome, Contador, Quintana qui connaissent des problèmes chutes ,bordures, cassures mais les Pinot Bardet…

Isaak
Isaak

De toute façon il n’y a pas + beau que la vérité de la route et celle-ci peut varier n’importe quand, ce que l’on peut déjà leur souhaiter c’est de passer sans encombres la 1e semaine. Dans l’absolu, Bardet est aujourd’hui un cran au-dessus de Péraud et me semble plus à même d’accrocher à minima un top 6-7. Et si jamais leurs plans respectifs devaient être contrariés à cause d’un souci x ou y ? Connaissant son tempérament offensif, Romain Bardet aurait le profil idéal pour décrocher le maillot à pois + une ou plusieurs victoires de prestige en montagne. Vous savez, un Tour de France accompli ne se résume pas nécessairement à un bel accessit au classement général, sans grain de folie. Prendre le pari de délaisser qq peu le général pour se concentrer sur le classement du meilleur grimpeur et des étapes peut être payant, même si pour les deux têtes d’affiche d’AG2R la Mondiale, ce genre d’objectif est assez secondaire à l’heure actuelle. A noter que Romain est encore éligible pour le maillot blanc, même si Quintana et Pinot semblent sur le papier meilleurs que lui sur 3 semaines, on ne sait jamais…

rolfsorensen
rolfsorensen

@James : c’est gentil de s’enflammer sur Van Garderen, mais en haute-montagne il est intrinsèquement un cran en-dessous de Pinot, ce qui peut ne pas l’empêcher de finir devant au CG, d’ailleurs, mais au départ Pinot est plus fort en tant que grimpeur.

Pour AG2R, Péraud est tout à fait inquiétant. Bardet, j’espère le voir au moins au niveau de TVG dans la montagne, les circonstances de course décideront de son classement… Et, avec Vuillermoz, Gastauer ou même Chérel, Bardet est infiniment mieux entouré en montagne que Pinot, ça, c’est sûr…

James
James

@kelderman : me suis trompé de Bennett effectivement.

@rolf : on peut en discuter même si ça n’a pas trop de sens ces « sur le papier » ou « intrinsèquement meilleur grimpeur » , mais pour moi ils se valent. J’ai vu Pinot mettre 30 à 40″ sur un col très dur en Suisse à Pozzo et Spilak,mais aussi « que » 40″ à Lopez (21ans 1ère saison pro) et Thomas (vainqueur de l’E3).
Alors que dans le même temps TVG battait Froome à Pra-Loup et ne lui concédait que 17″ au Mont Blanc.

Ils ont couru deux fois ensemble cette année, à la montagne Verte en Oman, TVG fait deuxième, Pinot cinquième 30 à secondes. Pas forcément révélateur.
Au Tour du pays Basque, on peut noter que sur les 3 étapes de montagne type tour d’espagne ça donne :
étape 3 : TVG 10è, Pinot 18è à 8″
étape 4 : Pinot 10, TVG 11 même temps
étape 5 : Pinot 17, TVG 19è à 8″
et sur le clm final vallonné : Pinot 20è, TVG 22è à 2″

On verra tout au long du Tour et ce sera amusant de venir commenter leurs perfs respectives dans les comm’ ici.

Kelderman
Kelderman

Tous peux se passer, on aura surement des révélations. Des désillusions mais au moins on pourra réellement voir le niveau de chacun et on saura qui est meilleur que telle ou telle personne, sur ce Tour de France sauf hécatombe. Du point de vue du sprint malheureusement il manquera Kittel et peut être Bouhanni mais si non, il y a les meilleurs sprinters au monde.

chris
chris

Kelderman

Quand je dis « gros poissons » je ne pense pas aux « quatre as » forcément mais à la trentaine de coureurs comme vous le dites justement qui peuvent prétendre au départ à terminer dans le Top 10. Il est certain qu’au bout d’une semaine, il va y en voir pas mal qui auront abandonné toute illusion, les français n’étant pas à l’abri bien entendu. De toute façon, aujourd’hui je serais bien en peine de faire un pronostic sur le top 10 final, ni dans l’ordre ni dans le désordre. Pour les français, on peut raisonnablement penser que Pinot pourrait accrocher un top 5 et Bardet un top 10. Pour Péraud, je n’ai aucune idée. C’est un solide et à l’usure il peut être bien placé.Pas trop d’ idée non plus pour Barguil, que je verrai peut être plus jouer les étapes que le Général. Rolland me semble plus juste: va t’il se consacrer au maillot de grimpeur?

jack
jack

Peraud me semble trop juste et la première étape de montagne risque de le confirmer. Bardet quoique il en dise sera le leader incontestable de l’équipe mais je ne le vois pas concourir pour le maillot à pois rouges, car maintenant c’est un coureur « à pancarte » qu’on ne laissera pas partir comme ça. Terminer dans les 6/8 serait déjà un bel exploit tant la concurrence est rude, mais en tout cas on peut attendre beaucoup de lui. L’équipe paraît solide et pour la montagne Wuillermoz, Gastauer, Cherel notamment peuvent l’aider efficacement de même que Bakelands qui a un bon tempérament offensif. Par contre Riblon c’est une erreur je crois, il a fait un bon CDF mais ne sera d’aucune utilité à Bardet en montagne, terrain ou il n’a pas du tout réussi cette année.

Isaak
Isaak

@jack : au cas où les choses ne se passeraient pas comme il le souhaiterait, Bardet, avec ses qualités de grimpeur, pourrait reporter ses ambitions sur le maillot à pois + des étapes. Il a déjà fait 6e du Tour, qu’est-ce que ça lui coûterait de faire des barouds en montagne et ainsi régaler la France entière ? Idem Pour Warren Barguil, pour ne pas rester dans l’ombre, autant attaquer…

Kelderman
Kelderman

Moi je conseillerais à Barguil qui a déjà fait deux Vuelta de viser le classement général, il faut mieux terminer dans le top 10 que gagner une étape, il est vrai que certains diront que gagner une étape on s’en souvient plus qu’une place au classement général mais pour moi les jeunes ou les moins jeunes doivent se tester et voir leur capacité pour le classement général par rapport aux autres, par contre si sur les pavés ou enfin de première semaine, ils sont déjà perdu beaucoup de temps la d’accord, ils pourront viser une étape ou un maillot à pois, qui a mon goût n’a pas assez d’importance aux yeux des coureurs, on ne sait pas qui sont les favoris le maillot à pois n’est pas un objectif, il apparaît au fil de l

Kelderman
Kelderman

Pour moi il faut mieux viser une place au général qui permet de se jauger qu’une étape qui est peut être plus significatif on se souvient plus celui qui a gagner une étape que celui qui a finit 8 ème du Tour 1958 mais pour les jeunes, il est bon de voir ou est son, niveau au classement général par rapport aux meilleurs du monde qui sont présent sur le Tour… Dommage aussi que le maillot à pois ne soit pas un réel objectif pour les coureurs quand même un honneur de le porter…