30 mars 2013

Le moment de vérité

A n'en pas douter, les monts flandriens ne feront aucun cadeaux aux coureurs, même aux meilleurs - Photo rondevanvlaanderen.be
A n’en pas douter, les monts flandriens ne feront aucun cadeaux aux coureurs – Photo rondevanvlaanderen.be

La 97e édition du Ronde se déroulera ce 31 mars entre Bruges et Audenarde. Pour la deuxième année consécutive, le Tour des Flandres ne se finira pas à Meerbeke, en passant par le Mur de Grammont et le Bosberg, mais le peloton traversera à trois reprises le duo Vieux Quaremont-Paterberg. Pour cette deuxième édition de ce « nouveau » Tour des Flandres, la course semble très indécise et de nombreuses inconnues sont encore à déplorer. Pour le deuxième monument de la saison, le Ronde Van Vlaanderen nous promet encore une fois du grand spectacle et du suspense.

– Les Favoris

***** Fabian Cancellara : Le grand favori sera encore une fois le Suisse de l’équipe Radioshack. Impressionnant sur le GP E3, Canci semble au-dessus des autres prétendants pour la victoire finale. Sa puissance, son endurance et son expérience de la course sont des atouts qui le rendent quasi-imbattable. Capable de lâcher n’importe qui, que ce soit sur les bergs flamands ou sur le plat ; et en grande forme, Cancellara semble inarrêtable. Son seul souci sera de finir seul ou non accompagné de Sagan ou Boonen, qui sont plus véloces que lui au sprint. Spartacus sera encore une fois l’épouvantail de la course et ceux qui seront capables de le suivre, seront en grande forme, pour ne pas dire dans le jour de leur vie.

**** Peter Sagan : Le prodige de Zilina s’attaquera au Ronde, ce dimanche, pour remporter son premier monument et devenir Rondeminator. Le jeune coureur de la Cannondale est dans une forme olympique, avec pas moins de sept victoires au compteur depuis le début de saison. Et surtout, une présence sur le podium des trois premières classiques World Tour. Quasi imbattable au sprint, Peter Sagan pourra se contenter de suivre les meilleurs et les battre lors de la dernière ligne droite. Craint comme la peste, notamment par Cancellara qui refusera de lui prendre n’importe quel relais, il ne pourra compter que sur lui-même et son équipe. Mais surtout, il devra passer le Vieux Quaremont avec les meilleurs. Car c’est ici que l’an dernier sur le Ronde, et il y a quelques semaines sur l’E3, Cancellara l’a lâché…

– Les Outsiders

**** Sylvain Chavanel : Le Français est dans la forme de sa vie ! Présent dans le top 10 de toutes les classiques auxquelles il a participé depuis le début de saison, il a notamment réalisé un numéro éblouissant sur la Primavera, où il décrocha une très bonne 4e place. Mais le parcours du Tour des Flandres semble encore plus à sa mesure, avec des bergs qu’il affectionne car compatibles avec ses qualités de puncheur. Malheureusement pour Mimosa, il ne semble pas avoir l’étoffe d’un leader, et il l’affirme lui-même. Davantage outsider que favori, il a énormément de mal à gagner, même si il a prouvé par le passé qu’il pouvait y arriver, notamment sur Paris-Nice.

*** Tom Boonen : Tornado Tom sera bien présent sur sa course favorite, et ce malgré une chute sur Gand-Wevelgem. Les blessures auront fortement handicapé Tom Boonen cette saison. Malgré ses soucis de santé, Boonen reste le champion qui a gagné à trois reprises le Ronde, et c’est peut-être le seul coureur capable de gagner cette classique sans être à 100% de ses capacités. Autre problème pour le coureur de Mol, sa capacité à passer les bergs qui s’amenuise avec le temps. Il est désormais bien plus à l’aise sur Paris-Roubaix. Mais il l’a encore affirmé, il a déjà gagné « en étant moins en forme ».

*** Filippo Pozzato : Après un retour en grâce l’année dernière grâce une deuxième place surprise suite à sa saison galère chez Katusha, Pippo sera l’un des gros outsiders de la course. Très à l’aise sur les monts pavés et doté d’une bonne pointe de vitesse, le nouveau transfuge de l’équipe Lampre est le pot de colle qu’aucun coureur ne voudrait avoir dans son sillage. Mais pour pouvoir remporter ce monument qui le fait rêver, il devra être à 100 % de ses capacités et pouvoir suivre la bonne roue, ce qui est loin d’être fait, connaissant le sens tactique de l’Italien.

*** Greg Van Avermaet : L’ancien vainqueur de Paris-Tours sera l’une des grosses menaces au départ à Bruges. Excellent puncheur, le coureur de la BMC n’a absolument pas peur des 17 monts au programme. Doté d’une excellente pointe de vitesse, il aura de grandes chances en cas d’arrivée en petit comité. « Débarrassé » de Gilbert, VA a déjà prouvé qu’il était bien meilleur lorsque le Wallon n’était pas dans ses pattes. Leader de l’équipe de John Lelangue, il devra démontrer qu’il peut assumer ce rôle particulier. Souvent présent sur les classiques, il lui a toujours manqué un petit quelque chose pour pouvoir jouer la victoire finale. Mais il ne faudra pas le laisser partir…

*** Team Sky : La formation Sky, surtout connue pour ses performances sur les courses par étapes, n’est pas à écarter pour les flandriennes. Avec le Norvégien Edvald Boasson Hagen notamment, souvent placé et qui devra enfin montrer qu’il peut gagner. Pour le soutenir, on retrouve un quatuor qui aura été présent, à tour de rôle, sur toutes les précédentes classiques : Stannard, Hayman, Eisel et Thomas. Malgré ces nombreux coureurs de qualité, le manque d’un vrai leader pourrait se faire ressentir. Mais la stratégie d’équipe pourrait permettre à l’un de ces cinq coureurs de décrocher le gros lot.

– A ne pas sous-estimer

** Luca Paolini : On n’aurait jamais cru, en début de saison, qu’à 36 ans, Luca Paolini serait encore à ce niveau. Trop souvent sous-estimé, l’ancien coéquipier de Paolo Bettini a enfin remporté une classique flandrienne, en triomphant sur l’ex Het-Volk. Mais ce n’est pas son seul fait d’arme cette saison puisqu’on l’a vu à l’avant sur Milan-Sanremo, 5e à l’arrivée. Toutefois, en forme les semaines précédentes, il ne pourra l’être éternellement.

** Jürgen Roelandts : Enfin leader de sa formation, le Belge pourra exprimer toutes ses qualités de routier-sprinteur aimant les pavés. Après de nombreuses blessures, il aura à cœur de montrer qu’il a les qualités pour briller sur les courses qui l’ont toujours fait rêver. Cependant, l’équipe mise en place autour de lui est plutôt faible et ne pourra l’accompagner très loin. Il devra compter sur lui-même et sur personne d’autre pour espérer réaliser l’exploit.

* Juan Antonio Flecha & Bjorn Leukemans : L’équipe Vacansoleil a en sa possession un duo de flandriens qui aurait été placé dans la rangée des gros outsiders il y a à peine deux saisons. Mais les deux vétérans, souvent passés tout près d’accrocher une classique par le passé, semblent avoir laissé passer leur chance et sont à l’heure actuelle trop courts pour pouvoir l’emporter. L’Espagnol sera là en équipier de luxe pour le Belge avant que les rôles soient inversés sur Paris-Roubaix. Alors sait-on jamais…

* Team Blanco : Si leurs leaders étaient en forme, cette équipe ferait partie des gros outsiders de la course, mais ce n’est malheureusement pas le cas pour l’ancienne équipe Rabobank. Boom est en baisse de régime depuis le Tour du Haut-Var et Vanmarcke, blessé au genou sur Tirreno, n’est pas réellement prêt. Méfiance néanmoins, surtout que Blanco peut compter sur de bons équipiers comme Tjalingii et Wynants.

Mentions : JohanVan Summeren, Matti Breschel, Borut Bozic, Thomas Voeckler, Oscar Gatto, Maxim Iglinsky et Yoann Offredo.

Mehdi Khouch


1
Poster un commentaire

avatar
1 Threads de commentaires
0 Réponses
0 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
1 Auteurs de commentaire
Un inconnu qui vous observe Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
Un inconnu qui vous observe
Un inconnu qui vous observe

Léger oubli de Niki Terpstra :)

Par contre j’ai des doutes pour Breschel qui peut rivaliser avec Andy Schleck pour la palme du coureur le plus irrégulier du peleton……