Nairo Quintana représente l’avenir du cyclisme colombien dans la plus pure tradition – Photo Flickr, Nuestrociclimso

Nous nous sommes déjà attardés sur l’avènement du cyclisme colombien grâce aux deux fers de lance qu’étaient Luis Herrera et Fabio Parra, puis à leur succession assurée par les deux grimpeurs Rigoberto Uran et Sergio Henao. Mais les coureurs de la Sky ne sont pas seuls, et leurs compatriotes espèrent bien se montrer à leur avantage pour cette saison 2013.

Quintana, le colombien par excellence

Le coureur de la Movistar, âgé de 23 ans, est la caricature même du coureur colombien, excellent grimpeur et , surtout, piètre sur les longues routes asphaltées. Mais Nairo Quintana est une perle que peu d’équipes peuvent se targuer de posséder. Vainqueur du Tour de l’Avenir 2010 avec 2 victoires sur les étapes phares, et malgré un raté sur l’édition suivante, il confirme tout son talent dès ses débuts professionnels. Le Tour de Murcie, la Route du Sud et le Tour d’Emilie dans la poche, le natif de Combita avait déjà réussi sa saison. Mais entre ces épreuves, il s’est permis de remporter une magnifique étape sur le Dauphiné Libéré, en attaquant dans le col de Joux Plane et en résistant à l’armada Sky dans les derniers kilomètres.

La suite se passe sur la Vuelta, après une courte pause. Il y chute et termine 36e mais aide parfaitement son leader Alejandro Valverde, s’offrant même de jolies places d’honneur en dernière semaine. Après cette saison remplie de promesse, le coureur colombien devra confirmer, ce qui est bien entendu le plus difficile. Mais sous les ordres d’Eusebio Unzué et avec un leader que l’on peut qualifier de conseiller en la personne de Valverde, Nairo Quintana sera parfaitement entouré. De quoi sans doute, jouer prochainement sa carte personnelle sur l’un des trois Grands Tours. Car le pays attend toujours le successeur de “Lucho” Herrera, le seul Colombien à avoir ramené une victoire sur trois semaines.

Betancourt, enfin en World Tour

En fin d’année 2009, de nombreux médias nous parlaient de Romain Sicard, vainqueur du Tour de l’Avenir et Champion du monde espoir devant un certain Carlos Betancourt. Trois ans plus tard, dans le pays de Sicard, c’est bien du Colombien que l’on parle puisqu’il a été l’une des grosses recrues de la formation AG2R La Mondiale. Cependant, cette “révélation” peut sembler un peu tardive tant Betancourt a perdu du temps. Son passage chez les pros dans la formation Acqua e Sapone n’est pas passé inaperçu et il aurait pu très rapidement rejoindre une formation de première division. Préférant rester en Continental Pro, le Colombien n’a pu disputer les grandes épreuves du calendrier, fautes d’invitations… Le temps était donc venu de franchir le pas.

Son arrivée dans l’équipe de Vincent Lavenu marque sans aucun doute un cap important dans la carrière du jeune coureur, qui pourra désormais avoir des objectifs au niveau de sont talent. A l’instar de Joaquim Rodriguez, Betancourt est un excellent puncheur doté d’une accélération phénoménale. De quoi en faire un spécialiste des courses de côtes. Talent rare, le natif de Bolivar aura un temps d’adaptation non négligeable, n’étant pas habitué à courir des courses de rang mondial. Dans des épreuves ou étapes particulièrement longues, ses capacités s’estompent à l’approche de l’arrivée. Mais ce transfert sera pour lui un véritable test. Dans une équipe qui a eu d’énormes difficultés à gagner la saison passée, la pression ne sera pas à négliger. En espérant que le Colombien la supporte…

Mehdi Khouch


 

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Mehdi Khouch ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.