Voilà, c’est fini. Un intense mois de Tour de France a pris fin hier. Nous voulions, non pas clore ce chapitre car vous allez avoir encore quelques articles travaillés sur les routes ces dernières semaines, mais marquer la fin de notre superbe voyage dans notre beau pays.

Une machine extraordinaire

C’est avec une émotion certaine que nous écrivons ces lignes. Il y a près d’un mois, nous embarquions dans notre bolide aux couleurs de la Chronique du Vélo pour l’Allemagne. Düsseldorf, première étape de notre Grande Boucle. Là-bas, nous avons découvert une immense machine, celle du Tour de France. Des milliers de personnes s’activaient dans le centre des congrès. Des journalistes bien sûr, mais aussi des petites mains et des grandes figures. Ainsi, croiser Bernard Hinault devenait une banalité quotidienne. Partager l’escalator avec Nairo Quintana, presque une formalité. C’était le début d’une belle aventure.

Chaque matin, au village départ, nous pouvions discuter avec de très accessibles légendes comme Raymond Poulidor ou Bernard Thevenet. Venait ensuite le temps des interviews devant les bus. Moments importants, pas toujours fructueux mais souvent instructifs. Les six mille bornes de voitures sont finalement passées vite, à discuter des faits de courses, à élaborer des scénarios, à prévoir nos papiers. Une fois arrivés à destination, en salle de presse, nous écrivions pour vous servir, puis l’un d’entre nous allait à la pêche aux informations quand les coureurs arrivaient. Un exercice essentiel qui permettait d’humer l’atmosphère pour retranscrire la course telle qu’elle se passe, pas uniquement telle qu’elle se voit. L’autre se fendait d’un édito et participait à la conférence de presse. Moins authentique, elles étaient parfois saisissantes, comme lorsque Chris Froome a quitté la salle après trois questions sur son comportement avec Fabio Aru.

Merci à vous

Des moments forts comme celui là, on en a connu pendant tout ce mois de juillet. La lourde chute de Valverde dès ses premiers coups de pédale, la facilité puis le coup de coude de Peter Sagan, la surpuissance de Kittel, l’horreur Porte, la perte du jaune par Chris Froome, les échappées folles de Warren Barguil… Et tant d’autres. Nous avons eu la chance de le vivre de l’intérieur pour la première fois et nous avons essayé de vous le faire ressentir aussi à travers nos papiers. Nous espérons que notre travail vous a comblé car si nous avons pu connaître cette odyssée, c’est aussi grâce à votre soutien.

Alors merci. Merci de nous avoir aidé, merci à nos plus fidèles lecteurs, aux nouveaux, merci de vos messages amicaux, merci d’avoir commenté, donné vos avis, vos idées, vos pensées et vos critiques. Nous espérons pouvoir vous offrir nos plumes encore longtemps, ce Tour n’est qu’un début.

Enfin un très grand merci à tous nos contributeurs Ulule : Genghis, Manouchman, Gmlegourd, woui, fabiennemartin, bonnetolivier1, degandnicolas, pat34720, lajonchere, halfrom, henri33, gougi91, martingombert, etiennedenis-2, valeursenjeu, choupamentos, darylramadier, thominecatherine, lesventrachoux, aprobles, jeanphiparent, christof26, agw1, green_greg, marabout83, initialsbn, jean-mathieufoli et à l’association Jazzinade. Merci pour vos précieux dons, votre aide a été essentielle.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Chronique du Velo ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.