Ce dimanche, le Tour de Suisse se conclut par un contre-la-montre de 38 kilomètres autour de Berne. Logiquement, avec seulement 37 secondes d’avance sur Geraint Thomas, Thibaut Pinot devrait perdre son maillot jaune, et devra sans doute se contenter d’un podium. Mais voici quelques chiffres qui peuvent malgré tout nous rendre optimiste quant aux chances du Français.

Il a déjà battu Thomas, et plusieurs fois

Oui, le Britannique, sur le papier, roule mieux que le Français. Mais les exemples d’épreuves sur lesquelles le leader de la FDJ a devancé, sur un chrono, celui qui sera son principal rival dimanche, ne sont pas aussi rares qu’on pourrait le penser. Récemment, sur le Tour de Romandie, le Franc-Comtois avait par exemple réalisé un bon contre-la-montre, même s’il n’avait pas réussi à se maintenir sur le podium au général. Sur 17,3 kilomètres et un parcours vallonné à peu près dans les mêmes proportions que le tracé bernois, il avait collé 1’48 au coureur de la Sky. Lorsqu’on remonte un peu plus, Pinot a également battu Thomas sur le dernier Tour de France. Lors des 54 kilomètres au programme entre Bergerac et Périgueux, il avait mis 1’49 au Gallois. Cependant, il faut relativiser ces performances : à chaque fois, Pinot jouait sa place sur le podium, alors que Thomas terminait en roue libre. Dimanche, les deux seront en concurrence directe, et ce sera une première.

Neuf fois sur onze dans le top 20

Sur les onze derniers contre-la-montre disputés par Thibaut Pinot (on élimine donc les prologues), le Français a terminé neuf fois dans le top 20, et même cinq fois dans le top 10. C’est bien la preuve que l’effort solitaire n’est plus, pour lui, l’handicap qu’il a pu être par le passé. Ses deux seuls contre-performances, il les a réalisé dans des circonstances assez particulières. Sur le Tour de Bavière 2014, à une période où sa forme était encore loin d’être optimale (c’est Geraint Thomas qui avait malgré tout gagné le chrono), et sur la dernière Vuelta, juste avant d’abandonner à cause d’une maladie. Au contraire, plus il y a d’enjeu, moins Pinot se rate. D’ailleurs, depuis le début de saison, à chaque fois qu’un contre-la-montre a été disputé pour achever une course par étapes (Etoile de Bessèges, Tirreno, Pays-Basque et Romandie), il n’a jamais fait perdre de position au Français. Enfin, sauf sur le Tour de Romandie, où il est passé de deuxième à quatrième…

On a beau chercher, on ne trouve rien d’autre

Au moment de conclure, le fait de n’avoir jamais gagné une course par étapes au plus haut niveau pourrait peser pour Geraint Thomas. Comment ça, on essaie de se rassurer et de croire coûte que coûte en Pinot ? Oui, le Français, lui non plus, n’a jamais réalisé une telle performance, mais en 2015, il accumule les places d’honneur. Thomas a terminé cinquième de Paris-Nice ? Et bien Pinot a décroché deux quatrièmes places, sur Tirreno et en Romandie ! Mais de toute façon, dans les chiffres, c’est très clair : Pinot ne peut pas gagner ce Tour de Suisse. Sauf qu’on n’est pas à l’abri d’un exploit du tricolore. Rappelez-vous l’an dernier, quand tout le monde le voyait perdre le podium sur le Tour au profit d’Alejandro Valverde. Finalement, il a presque facilement termine troisième. Si perdre moins de 37 secondes sur Thomas dimanche serait un exploit encore plus probant, laissons-lui la chance d’essayer. En espérant que s’il perde, ce sera pour plus de dix secondes, le temps perdu ces deux derniers jours dans les cassures. Dans le cas contraire, il aurait de quoi s’en mordre les doigts…

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Robin Watt ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.