Entre le Tour des Flandres et Paris-Roubaix, le Tour du Pays Basque va avoir une semaine de médiatisation. Après le joli Tour de Catalogne remporté par un audacieux Dan Martin, le peloton va faire escale dans une nouvelle région ibérique. Et ce pour une 53e édition de l’épreuve qui s’annonce serrée, haletante, dure et surtout très intéressante. Après que l’an dernier, Samuel Sanchez ait enfin réussi à s’octroyer son tour régional, la concurrence demeurera très rude, et pas seulement entre les hispaniques.

– Les Favoris

**** Samuel Sanchez : Le tenant du titre sera entouré comme personne : sa garde rapprochée sera composée d’Anton, Nieve et des frères Izagirre. De quoi braver les différents cols basques bien protégé jusque dans les derniers kilomètres. Le parcours, encore une fois très montagneux, lui sera à coup sûr favorable. Sans aucun doute pas encore au top de sa forme, c’est une course qui le tient particulièrement à coeur, et qui doit le mettre en confiance avant les Ardennaises. Seul le chrono final pourrait lui faire perdre du temps, mais il est capable de très bien faire sur un parcours aussi vallonné. L’an passé, il s’était même imposé sur celui d’Onati.

**** Richie Porte : La domination des Sky cette saison sur les courses par étapes le place forcément parmi les favoris de ce Tour du Pays Basque. Une nouvelle fois très bien accompagné avec Henao, Kiryienka, Tiernan-Locke ou encore Dombrowski, le train noir tentera de se mettre en place de la même façon que sur Paris-Nice, Tirreno-Adriatico et sur le Critérium International. Si cela fonctionne aussi bien que prévu, à n’en pas douter, le protégé de Dave Brailsford aura de grandes chances de victoires. Une nouvelle étape importante pour l’Australien, en quête de leadership dans une formation pléthorique.

*** Alberto Contador : Encore loin de sa forme optimale, l’Espagnol ne vient toutefois pas pour faire de la figuration. Avec son statut de meilleur grimpeur du peloton, on attendra beaucoup de lui sur les arrivées au sommet notamment. Il est l’un des rares à pouvoir faire craquer les Sky grâce à son accélération fulgurante. Accompagné de la plus belle des manières (Kreuziger, Roche, Sorensen, Rogers), l’épreuve servira de répétition générale au groupe que l’on devrait retrouver sur la Grande Boucle. Pour El Pistolero, ce sera un bon moyen de se tester par rapport à ses futurs concurrents…

– Les Outsiders

*** Nairo Quintana : On l’a vu très à l’aise et vainqueur d’une étape en Catalogne, le Colombien sera donc – en l’absence de Valverde – logiquement leader de sa formation sur les routes basques. Le parcours très montagneux n’est pas pour lui déplaire, et le chrono loin d’être plat, ne devrait pas trop l’handicaper. S’il parvient, malgré un rôle de leader, à garder sa fougue habituelle, il sera forcément présent dans le haut du classement en fin de semaine.

** Ryder Hesjedal : A l’approche du Giro, les Garmin doivent commencer à se pencher sur le cas du Canadien. Plus que discret depuis le début de saison, le tenant du titre sur la course rose voudra montrer le bout de son nez. Entouré d’un Andrew Talansky auteur d’un bon Paris-Nice et d’un Tom Danielson qui pourra l’accompagner dans les cols, Hesjedal est en mesure de se placer dans le haut du classement. Reste à savoir jusqu’où…

** Thibaut Pinot : On le sait très bon grimpeur, et on l’a déjà vu à l’avant sur le Tour de Catalogne. Ici, le Franc-Comtois retrouvera donc un terrain à sa convenance. Plutôt bien accompagné dans l’équipe FDJ, le moment est donc venu de montrer que la préparation jusqu’ici discrète porte ses fruits. Leader de sa formation, Pinot doit aussi prendre ses responsabilités et s’affirmer.

** Jürgen Van den Broeck : Le leader de la Lotto,qui aura à ses côtés son fidèle équipier Jelle Vanendert, est dans le même cas qu’Hesjedal et Pinot : absent des grandes épreuves jusque là, on attend de le voir à l’oeuvre avant les grosses échéances de sa saison. A l’aise en montagne, c’est notamment dans les cols qu’on espère pouvoir juger de son état de forme, avant des Ardennaises sur lesquelles il peut avoir des ambitions.

– A ne pas sous-estimer

** Tejay Van Garderen : Sur Paris-Nice comme sur le Critérium International, il a semblé en retrait. A chaque fois incapable de prendre le sillage des Sky, il n’a pas forcément rassuré. Au Pays Basque, le cinquième du dernier Tour de France doit remettre les choses à leur place.

* Vacansoleil : José Rujano, Thomas De Gendt, Wouter Poels. Ce sont les trois leaders de la formations néerlandaise, et ils seront accompagnés de Rafael Valls et Rob Ruijgh. Un joli effectif qui peut espérer aller conquérir aussi bien une victoire d’étape qu’une bonne place au général.

* Jakob Fuglsang : Après un Paris-Nice plutôt décevant, on attend le Danois au tournant sur le Tour du Pays Basque. Ayant signé chez Astana pour avoir un rôle de leader ponctuel, il l’a. A lui d’en profiter et de montrer, surtout, qu’il le mérite.

* Damiano Cunego & Diego Ulissi : Les deux Italiens s’entendent visiblement très bien, et sont complémentaires. Damiano Cunego tentera sans aucun doute d’aller chercher une étape alors que le jeune Diego Ulissi jouera le classement général.

* Radioshack : Il y a Andy Schleck, mais peut-il jouer quelque chose ? Pas sûr… Du coup, on pense à Maxime Monfort, Andreas Kloden ou Haimar Zubeldia. Lequel aura le rôle de leader ? Cela devrait se décider en fonction des circonstances de course.

Alexis Midol & Robin Watt


 

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Alexis Midol-Monnet ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.