Vainqueur surprise en 2013, l'italien Luca Paolini remet sa couronne en jeu sur l'ancien Het Volk - Photo Lieven De Cock
28 février 2014

Les classiques pointent enfin le bout de leur nez

On ne cesse de chercher des dates en affirmant : « ça y est, la saison commence ici ! » En réalité, elle a commencé depuis plus d’un mois et demi, sur la Tropicale Amissa Bongo. Mais en ce premier week-end de mars, c’est en quelque sorte une autre saison qui débute : celle des classiques. Le week-end belge d’ouverture est là, enfin, avec l’Omloop Het Nieuwsblad ce samedi, et Kuurne-Bruxelles-Kuurne dimanche. A trois semaines de Milan-Sanremo, les spécialistes ne peuvent plus sa cacher. Entre cadors en préparation et seconds couteaux déjà au top, la bataille sera belle, personne n’ose en douter.

– Les favoris

***** L’équipe OPQS : Les huit membres de l’équipe Omega-Pharma Quick-Step en favoris ? Si Tom Boonen a déjà la pancarte dans le dos sur la seule course qu’il manque à son palmarès, l’état de forme des protégés de Patrick Lefevere est déjà insolent, et il ne serait pas improbable que le manager laisse carte blanche à ses hommes dans la seule optique de la gagne. Pourquoi n’assisterait-on pas alors à un numéro du virevoltant Zdenek Stybar ? Du récent vainqueur qu Qatar, Niki Terpstra ? Ou encore à la revanche du malheureux de 2013, Stijn Vandenbergh ? Seul l’embarras du choix semble pouvoir faire trébucher la formation belge.

**** Jürgen Roelandts : Déjà très à l’aise sur le Tour du Qatar, le sauveur de la maison Lotto-Belisol lors de la dernière campagne printanière (troisième du dernier Tour des Flandres !) a tout pour repartir sur les mêmes bases. Aux côtés des travailleurs acharnés que sont Lars Bak ou Marcel Sieberg, et sans ses compères Greipel et Gallopin pour lui disputer le leadership, l’ancien champion de Belgique devrait pouvoir s’illustrer sur n’importe quel scénario. Et quand on sait que le dernier mont est situé à 36 kilomètres de Gand, où sera samedi jugée l’arrivée…

– Les outsiders

*** Alexander Kristoff : Le sprinteur norvégien de la Katusha aime de plus en plus les classiques, et arrive rempli de confiance sur le sol belge après sa victoire à Oman. Quatrième du Ronde l’an passé, c’est l’un des meilleurs sprinteur-flandriens du peloton, et ce serait sans aucun doute une belle récompense pour lui que de lever les bras au nez et à la barbe des spécialistes. L’occasion, aussi, de garder le trophée au sein de la maison russe.

*** Greg Van Avermaet : Enfin désigné leader sur les flandriennes par une équipe BMC en quête de résultats, l’une des valeurs sûres de la bande à Jim Ochowicz a déjà de quoi se mettre en valeur, aussi bien sur le Het que le lendemain à Kuurne, pour ainsi confirmer les belles promesses entrevues l’an passé. A noter la présence de Thor Hushovd à ses côtés, un équipier de choix.

*** Sylvain Chavanel : Le meilleur spécialiste français des classiques pavées s’apprête à rentrer dans le vif de sa nouvelle aventure suisse avec IAM Cycling, là où il goûte – à demi-mot – au statut de leader. Beaucoup plus affûté que son coéquipier Haussler, Mimosa a l’opportunité de décrocher un joli succès qui lui amènerait la confiance nécessaire pour jouer la gagne sur les monuments.

** Edvald Boasson Hagen : On l’aurait presque perdu des radars de contrôle. Le Norvégien de l’équipe Sky aura à cœur de remporter la première classique de son équipe depuis sa création. Dans le coup lors de sa reprise espagnole, l’homme à tout faire pourrait bien s’illustrer et se réveiller au meilleur des moments

** Sep Vanmarcke : Déjà vainqueur en 2012 en alignant Boonen au sprint, le jeune prodige de la Belkin a désormais un statut d’homme de la relève à incarner. Quoi de mieux que de marquer les esprits dès le Het Nieuwsblad ? Néanmoins, il est plus probable que le garçon soit au top de sa forme d’ici quelques semaines seulement, pour les monuments.

** Sebastian Langeveld : Ancien vainqueur du Nieuwsblad en 2011, l’ex-espoir néerlandais débute une nouvelle phase de sa carrière sous les couleurs de Garmin-Sharp, après un passage des plus compliqués chez Orica. Personne ne l’attend, et cela pourrait bien jouer en sa faveur si l’on assiste à un round d’observation.

– A ne pas sous-estimer

** Luca Paolini : Le tenant du titre de ce Circuit Het Nieuwsblad ne pourra plus bénéficier de l’effet de surprise, qui lui avait permis de se faire la malle en compagnie de Stijn Vandenbergh sur ces mêmes routes il y a un an. Néanmoins, le transalpin brille toujours par sa régularité, et sa pointe de vitesse n’est pas négligeable si jamais un petit groupe se détachait.

* Gerald Ciolek : Et si l’Allemand de MTN parvenait une nouvelle fois à créer la surprise ? Complètement relancé depuis son arrivée chez les Sud-africains, le vainqueur de la dernière Primavera se distingue de plus en plus par sa polyvalence, et notamment sur les pavés, comme en témoigne sa victoire d’étape à Ichtegem sur les Trois-Jours de Flandre-Occidentale. Victorieux en Andalousie et onzième en 2013, il faudra se méfier de lui en cas d’arrivée groupée…

* Sébastien Turgot : Dauphin de Tom Boonen sur le vélodrome de Roubaix en 2012, le Français se doit de confirmer ses performances de haute volée, pour le compte d’une équipe Ag2R la Mondiale qui place beaucoup d’espoirs en lui afin de redorer le blason de la formation savoyarde sur les flandriennes. A lui de composer avec les clés du camion.

* Taylor Phinney : Encore un BMC, mais un autre atout très différent pour l’équipe américaine. Phinney ne pourra pas rester au chaud et attendre le dénouement final comme Van Avermaet et Hushovd. Mais en gros rouleur qu’il est, et à l’aise sur les pavés, il pourrait partir de loin. S’il prépare bien son coup, il sera très dur pour le peloton de le revoir avant Gand…

Mentions : Lars Boom, Bernhard Eisel, Marco Bandiera, Florian Sénéchal, Ramon Sinkeldam, Yoann Offredo, Björn Leukemans, Paul Voss et Nick Nuyens.

Poster un commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir