Comme chaque année, la semaine des classiques ardennaises voit aussi le déroulement d’une course par étapes italienne, le Tour du Trentin. Souvent prisée par les coureurs transalpins qui y voient une opportunité d’y briller à domicile, de plus en plus de coureurs faisant du Giro leur objectif principal viennent s’y tester. Et encore une fois, cette édition sera très pimentée et pourrait déjà livrer certaines indications.

Une pléiade de cols de la Marmolada 

Comme l’indique son nom, l’épreuve se déroule dans le Trentin. Ce  coin d’Italie niché autour du Lac de Garde possède des cols bien différents de ses illustres modèles alpins. C’est dans cette région que l’on retrouve les monstrueux Mortirolo, Gavia ou encore Stelvio, sans oublier un grand nombre des trouvailles encore peu médiatisées. Ces dernières sont d’ailleurs devenues la spécialité de l’organisation, qui déniche souvent de nouveaux cols ,de plus en plus difficiles. En innovant sans cesse, le Tour du Trentin sert de relais à son immense homologue qu’est le Giro. Il n’est pas rare de voir des cols présentés au Trentin remis à l’ordre du jour sur des étapes clés de la course rose. Dernier exemple en date, la Punta Veleno : un col d’une quinzaine de  kilomètres avec des pourcentages dantesques, qu’avait dompté le très planant Domenico Pozzovivo. Avant lui, c’est le désormais célèbre Alpe di Pampeago qui avait connu le même destin, dans les années 90.

Véritable mélange entre leaders en préparation et équipes continentales en quête de visibilité, le Tour du Trentin nous offre chaque année un spectacle rare pour une course de ce calibre. Du spectacle conforté par des innovations régulières au niveau du parcours, et c’est encore le cas en 2013. Le départ d’Autriche et le contre-la-montre par équipes remplaçant l’habituel chrono individuel marquent un changement marquant. Mais la tradition ne sera pas baffouée pour autant et comme on en a désormais l’habitude, les dernières étapes seront très corsées avec une arrivée au sommet de Vetriolo Terme (13 kms à 7.8 %) dont les plus forts pourcentages atteignent les 15 %, avant une étape vallonnée pour faire la transition vers l’étape reine. Celle-ci mènera les coureurs en haut de la Sega di Ala, une énième nouveauté de 11 kilomètres avec une pente fleurtant parfois avec les 20 %.

Un test reconnu pour le Giro

En parallèle des ardennaises, cette course est surtout un test grandeur nature pour la préparation des futurs favoris ou protagonistes du Giro. En ayant un profil fréquemment très montagneux, et un petit contre-la-montre, le Tour du Trentin est en quelque sorte l’équivalent d’un mini-Tour d’Italie. Les coureurs peuvent donc reconnaître les montées auxquelles ils seront confrontés dans les Dolomites et seront moins dépaysés le jour J. Mais surtout, cette épreuve permet de juger une première fois l’état de forme de chacun, et de se situer dans la hiérarchie. Car malgré que le bluff soit encore de permis et le Tour de Romandie une autre alternative de course à étapes pré-Giro, les pics de forme des cadors se rapprochent à grand pas. Et bien qu’une défaillance dans la Sega di Ala ne serait en rien rédhibitoire, et qu’une victoire éclatante en haut de ce même col ne garantirait rien pour la suite, les impressions laissées marqueront forcément. Domenico Pozzovivo et Michele Scarponi, lauréats des deux dernières éditions, ont ensuite réalisé leurs plus belles performances sur le premier Grand Tour de l’année.

Pour cette nouvelle édition, les deux favoris sont ceux du prochain Giro : Bradley Wiggins et Vincenzo Nibali, qui pourront se jauger une première fois. Mais il s’agira aussi de voir si l’Anglais parvient à cadenasser la course malgré des pentes parfois monstrueuses. Une explosion de l’équipe Sky n’est pas à exclure, et Wiggo devra alors montrer ses aptitudes à réagir sur des cols dont les profils ne le favorisent pas. Sans oublier les Italiens accompagnés des Sud-Américains toujours explosifs, emmenés par Domenico Pozzovivo, et les anciens Ivan Basso, Michele Scarponi ou encore Cadel Evans. Tout ce beau monde a quelque chose à jouer sur ce Tour du Trentin, et tentera évidemment de saisir l’opportunité.

– Les favoris

**** Vincenzo Nibali
*** Michele Scarponi, Bradley Wiggins, Domenico Pozzovivo
** Matteo Rabottini, Leopold König, Premyslaw Niemiec, Pierre Rolland
* Jan Barta, Sergio Pardilla, Ivan Basso, Cadel Evans, Dario Cataldo, Franco Pellizotti, Darwin Atapuma

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Alexis Midol-Monnet ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.