Nacer Bouhanni est monté en puissance sur le début de saison, et a cartonné sur Paris-Nice - Photo Mathilde L'Azou
18 mars 2016
pub Grupetto Shop

La Primavera pour Bouhanni ?

Le sprinteur français a mis tout en œuvre cette saison pour arriver dans les meilleures dispositions ce samedi, jour de la première grande classique de la saison et du Monument qui le fait rêver, Milan-Sanremo. Et il paraît avoir plus que jamais de très bonnes chances de réussir son pari.

La forme est là

On a quitté Nacer Bouhanni sur une belle victoire à Romans-sur-Isère jeudi dernier, au lendemain de l’annulation de l’étape du Mont Brouilly qui aurait pu considérablement modifier la classement général de Paris-Nice. Loin de s’intéresser à ce maillot jaune destiné à des coureurs plus complets, le Lorrain était surtout venu pour préparer au mieux Milan-Sanremo, en visant au moins une victoire d’étape. Il a pleinement rempli cet objectif en y ajoutant deux places de trois, dont une due à un déclassement après avoir tassé Michael Matthews sur les balustrades à Commentry. Il bénéficie une fois de plus d’une équipe toute entière à son service et la mayonnaise semble prendre de mieux en mieux. En atteste sa victoire sur la Ruta del Sol où un excellent Christophe Laporte l’a déposé juste avant la ligne, lui laissant le soin d’aller cueillir sans difficulté le bouquet du vainqueur. Une condition indispensable pour espérer s’imposer en bas du Poggio.

Bouhanni est donc en pleine possession de ses moyens avant sa première échéance de l’année 2016, comme nous l’a confirmé son entraîneur Jacques Decrion. « Il est en confiance, et il a confiance en ses coéquipiers. Les derniers jours ont surtout été axés sur la récupération et Nacer était cette semaine en stage à Nice avec Christophe Laporte, Cyril Lemoine, Geoffrey Soupe et Julien Simon. » Comprendre sa garde rapprochée, ses grégario qui sont chargés de l’accompagner le plus loin mais surtout de le protéger tout au long de la course la plus longue de la saison, là est l’enjeu. « C’est dur de finir la course avec trois ou quatre coureurs à ses cotés, la journée est usante. Le but est d’en avoir au moins un pour le remonter dans le final après le Poggio », note Decrion. Mais la clé de la réussite se situera sûrement avant cette dernière descente. « Son placement au pied de la Cipressa et du Poggio sera primordial pour ne pas perdre trop d’énergie à remonter à l’avant. La ligne d’arrivée vient très vite après cette dernière bosse. »

Presque une position de favori

De quoi mettre Bouhanni parmi les favoris, surtout avec l’absence du vainqueur sortant John Degenkolb. Mais le leader de la Cofidis ne se soucie pas de la liste des coureurs au départ. « Il ne fait pas de fixette sur ses adversaires. Il préfère se concentrer sur sa condition et son équipe », précise son entraîneur. Qu’importe donc Kristoff, vainqueur en 2014, ou Matthews, dont les dents rayent le parquet. Reste que Milan-Sanremo propose plus de 300 kilomètres de course et que c’est sûrement le paramètre le plus important à prendre en compte. Alors pour ne rien laisser au hasard, le train rouge a perfectionné sa connaissance du parcours. « Ils vont effectuer la reconnaissance des soixante derniers kilomètres qui comprennent les capi, la Cipressa et le Poggio. Nacer connaît très bien le final pour l’avoir repéré plusieurs fois l’an dernier et avoir fait sixième sur la via Roma l’année dernière », ajoute Decrion. Tous les coureurs vont donc progressivement monter en puissance et permettre à l’équipe de rentrer dans sa bulle.

Nacer Bouhanni, à titre personnel, espère tirer profit de son changement d’entraînement hivernal, où il a axé sa préparation sur des séances plus courtes. « Il va avoir plus d’explosivité », avance son coach personnel, ce qui va lui permettre d’être plus à l’aise dans les parties ascendantes du final. Il faudra alors être en mesure de contrer les armadas Sky, Etixx ou même Dimension Data, qui sauront s’organiser avec sans doute plusieurs hommes encore présents après le Poggio. Mais il semble quand même que l’on n’a jamais été aussi proche de trouver un successeur à Laurent Jalabert, dernier vainqueur tricolore de Milan-Sanremo. C’était en 1995, une autre époque…

pub Grupetto Shop

12
Poster un commentaire

avatar
12 Threads de commentaires
0 Réponses
0 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
9 Auteurs de commentaire
gougigenghisbathighlanderGentleman Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
Half
Half

Je ne le vois pas capable de remporter la primavera pour l’instant, sauf si son entrainement a vraiment changé son profil. Je me trompe peut être, nous verrons bien dimanche, mais 300 km c’est 100 de plus que la plupart des courses pour sprinteurs, et ça fait beaucoup quand même. Généralement ceux qui gagnent -ces derniers temps- sont vraiment des gars très puissants, souvent capables de décrocher une victoire sur les flandriennes d’ailleurs (Kristoff, Sagan toujours bien placé, Degenkolb..) Or sur ce que j’ai pu voir du Paris-Nice il me semble un peu plus faible que les autres sur ce point de puissance, enfin à voir. Autre point crucial, Bouhanni semble vraiment avoir besoin d’une équipe autour de lui, capable de l’amener sur les derniers 150 mètres où à cette distance il est peut être le meilleur sprinteur actuel. Contrairement à des gars comme Sagan, Kristoff et consort qui sont peut être plus à mène de se débrouiller seul (bon bien sur ça reste une impression globale). Enfin, je vois vraiment Mathews très fort, les commentateurs l’ont un peu descendu sur la fin de Paris-Nice en le prenant pour ce qu’il n’est pas : malgré qu’il monte assez bien pour… Lire la suite »

gougi
gougi

300 kms ! une paille ! en effet je partage l’avis de half, a mon sens il manque de foncier ( a un degré moindre je ne sais pas si Sagan là et encore moins Mattews , qui débutait sa saison à Nice . quand a Bouhani il aurait dû finir Paris Nice ! j’ai lu que Fignon faisait des sorties de + de 300 kms avant SanRemo. Je pense que Cancellara va tout faire exploser dans le Poggio ,apres il faudra qu’il se débarasse de Sagan, Boassen hagen, Van Avermaet . Et s’ils arrivent au sprint Sagan l’emportera ! mais bon c’est un des dix scénario possible . Je souhaite à Bouhanni de faire partie des derniers survivants du Poggio . Pour les non sprinteurs il va falloir durcir la course 60 bornes avant le Poggio, sinon on assistera a une arrivée groupée, et Nibali aura eu raison de bouder la course !

Baboutox
Baboutox

Je pense à l’inverse que Bouhanni aurait pu profiter de la présence de Degenkolb. Si y’a des attaques dans le poggio il faudra des équipes pour rouler et cette année y’aura qui? La Katusha bien sûr mais pas grand monde à part eux, etixx ne mettra probablement pas tout en oeuvre pour gaviria alors qu’il n’a jamais courru la primavera et que stybar est sans doute plus sûr, la tinkoff non plus parceque sagan a intérêt à une course dur, pareil pour la BMC ou Orica etc… au final à part Kristoff, Bouhanni et Démare personne n’a intérêt à ce que le peloton arrive groupé sur la via Roma et même si les deux équipes françaises semble plus en forme que l’année dernière je les vois pas capable de contrôler les leaders dans le poggio. par exemple l’année dernière il n’y avait que bouhanni pour la cofidis dans les 15 derniers kilomètres. Je ne vois pas cette année comme celle des sprinteurs pur jus mais plutôt pour les sprinteurs puncheur.

pat
pat

La particularité de MSR c’est qu’il y a un grand nombre de vainqueur potentiel et ce ne sont pas toujours le grands favoris qui l’emportent . Personne n’avait imaginer voir un Goss l’emporter au nez et à la barbe des favoris . Tout est possible sur cette course . Les puncheurs peuvent l’emporter tout comme ils peuvent s’enterrer les uns les autres au profit des sprinteurs . Bouhanni peut avoir ses chances , il passera un tel kilométrage mais son équipe c’est moins sur . Il risque donc de se retrouver un peu seul . Il ne faut pas sous estimer Kristoff . Une victoire sur Paris Nice n’est pas indispensable pour remporter MSR . Il était encore présent avec les meilleurs dans le final de l’étape de moyenne montagne alors que le français était largué . Il paraît que l;arrivée sur la via Roma est plus propice à un sprint .

Jean FERMOND
Jean FERMOND

@ Half : tout à fait d’accord avec toi. Matthews est vice-champion du monde en Oct, on l’oublie que trop. Et si Sagan n’avait pas été aussi malin, sur quelles épaules aurait été le maillot arc en ciel ?
À surveiller dimanche sinon : un Cancellara de feu !

Gentleman
Gentleman

6ème l’an dernier tout en étant obligé de se débrouiller tout seul, je trouve que Bouhanni a déjà prouvé qu’il pouvait être présent dans le final de Milan Sanremo. Sa pointe de vitesse actuelle et sa force mentale en font à mon avis un des acteurs du dernier quart d’heure de course. D’accord aussi pour s’interroger sur les équipes qui rouleront dans le final s’il faut aller chercher des puncheurs. Et pourquoi pas la FDJ pour Démarre ? On a vu leurs bonnes performances contre la montre, tant par équipes qu’individuellement sur Tirreno Adriatico ? La course est imprévisible, mais je n’écarte pas qu’ils tirent les marrons du feu pour leur ancien coéquipier… Van Avermaet et Cancellera me semblent incontournables dans le final, et ces deux-là il faudra la jouer fine pour les devancer sur la ligne d’arrivée. La rage de vaincre de Nacer Bouhanni, alliée à une condition irréprochable et à un minimum de circonstances favorables seront peut-être une des solutions pour les mettre en échec.

bat
bat

Moi je suis d’accord avec gentleman sur Bouhanni. L’année dernière il fait 6 en étant obligé de se débrouillé tout seul. Et puis il a toujours préféré se débrouillé tout seul que de travailler avec un train, c’est lui même qu’il le dit. Le placer en favoris, c’est clairement aller vite en besogne, mais il a pour moi le profil pour être au moins un outsider crédible.

highlander
highlander

Il peux le faire ..

bat
bat

Au passage, j’ai une petite question à poser (au risque de me faire bâcher) : Je lis encore Gougi qui dit que si ça fini au sprint, Sagan l’emportera… Moi j’ai du mal à comprendre tout cet engouement pour le slovaque. Je reconnais que c’est un garçon au potentiel extraordinaire doublé d’un showman hors-norme, mais pour l’heure je n’arrive pas à y voir autre chose qu’un croqueur qui galère à empocher les grosses victoires qui lui semblent pourtant promises. On en a tellement parlé de ce garçon, tellement porté aux nues, et quand je regarde son palmarès comparé à des garçons comme Degenkolb ou Kristoff, j’ai beaucoup de mal à m’enthousiasmer pour lui. Quand il gagne son titre de champion du monde, on le porte aux nues comme si c’était du jamais vu, et on s’enthousiasme autant quand il ne gagne pas en disant qu’il est quand même le plus fort… D’où vient cette hype Sagan?

genghis
genghis

Comme Cancellara le dit : Milan-San Remo est une loterie, et pour moi si la chance lui sourit Bouhanni a toutes les qualités pour tirer le bon numéro.

gougi
gougi

pour répondre à la demande du pourquoi on s’enthousiasme pour Sagan ? tout simplement parce qu’il es toujours présent dans un final de course, qu’il est généreux dans l’effort, qu’il fait le spectacle ! le sport c’est aussi ça , du show ! Il a besoin d’être canalisé c’est sûr, ( il auraut dû être chez Etixx, et croyez moi il aurait battu Degenkolb, mais je pense qu’il est difficilement gérable, au dire de lefevere qui n’a pas voulu l’engager à cause de ça . Mais intrinsequement il est plus fort que Van Avermet,( quel était le palmares de van Avermaet avant ses 30 ans ? ) Il n’ a que 25 ans ! il finit dans le top Five de 70 ‰ de ses courses !!!! A part peut être Valverde et a un dégré moindre van Avermaet qui fait mieux ? Je parle ce coureur tout terrain
et en plus il a nom qui sonne !!! comme jan raas ça vous a de la gueule des noms comme ça ( je plaisante )

gougi
gougi

et pour en rajouter avec Sagan, qui peut affirmer que ce soir sagan ne sera pas dans le top Five !, et je suis sûr qu’il sera aussi dans le top du Ronde et de Roubaix, car il tient a honorer son maillot de champion du monde. Pour finir j’aimerai qu’un garçon comme Boassen hagen me fasse mentir, et atomise MSR , mais je n’y crois malheureusement pas . Et puis il en va du sport comme de la musique, qui peut dire pourquoi il aime un artiste plus qu’un autre . il y des musiciens ou des chanteurs que j’aiment même si j’ai conscience que, par exemple leurs textes ne sont pas à la hauteur, mais on les aiment quand même, c’est un peu irrationnel . pour sagan je suis juste dans l’émotionnel, et au bout du compte qui ça gêne ? Sagan ne gagnera pas MSR, je crois plus en Cancellara ( et pourtant je ne l’aime pas, j’ai encore en mémoire la manière qu ‘il a eu de lâcher Boonen dans le fameux ronde ! je reste persuadé que ce n’était pas net ! ( je ne dis pas un moteur dans le vélo, je pense que… Lire la suite »