Michal Kwiatkowski fait partie des nouveaux patrons du peloton, avec des coureurs comme Degenkolb ou Kristoff - Photo Mathilde L'Azou
13 octobre 2015
Par  Robin Watt 
pub Grupetto Shop

De nouveaux patrons dans le peloton

La saison 2015 touche à sa fin, et sur les plus grandes épreuves du calendrier, on a observé une relative nouveauté parmi les vainqueurs. C’était déjà le cas l’année passée, et c’est donc une tendance qui se poursuit. Pourtant, personne n’a vraiment débarqué de nulle part pour décrocher un Monument voire un grand tour…

Des visages inédits sur les classiques…

John Degenkolb par deux fois et Vincenzo Nibali ont connu le succès sur les Monuments cette saison, et c’était pour eux une première. Alexander Kristoff, lui, avait déjà connu cet honneur l’année passée, alors qu’Alejandro Valverde est plus ou moins habitué depuis son premier succès à Liège en 2006. Mais cela fait donc trois des cinq épreuves qui sont remportées par des coureurs jusqu’alors jamais sacrés sur ces si prestigieuses courses. C’est plus que ces deux dernières saisons, et autant qu’en 2012. Pourtant, aucun de ces hommes ne sort de nulle part. On peut même dire qu’ils étaient à chaque fois le grand favori de l’épreuve qu’ils ont remporté. Il semble donc que l’on soit dans une phase de transition : les grands champions des dix dernières années rendent petit à petit leur tablier, même si Valverde en demeure un représentant régulier, au profit de classicmen plus jeunes.

Exit en effet les Cancellara, Boonen, Gilbert et même Rodriguez, tous âgés d’au moins 33 ans. Désormais, ce sont les Degenkolb, Kristoff, Nibali voire Martin qui font la loi, chacun sur leur terrain de prédilection. On est donc loin de cette saison 2011 pleine de surprises, qui avait vu Goss, Nuyens, Vansummeren et Zaugg remporter un Monument chacun de manière inattendue. Cela avait fait de cet exercice, pur certains, une saison au rabais, où les vrais patrons ne s’étaient pas illustrés. C’est tout le contraire en 2015. D’autant que cette saison, d’autres garçons pas forcément habitués aux grandes victoires ont découvert cette joie, à l’image de Geraint Thomas sur le GP E3, Michal Kwiatkowski sur l’Amstel ou Adam Yates à San Sebastian, sur qui il faudra incontestablement compter dans les prochaines années.

… beaucoup moins sur les grands tours

Sur trois semaines, en revanche, les nouveaux visages se font attendre. Fabio Aru a bien réussi à décrocher un grand tour, sur la Vuelta, face à une concurrence relativement moindre qu’à l’accoutumée. Mais il est un peu le seul « nouveau » pour jouer la gagne, après avoir décroché son premier podium l’année passée. Comme en 2013 avec Chris Horner ou en 2014 avec Nairo Quintana, Aru fut donc l’unique homme qui soit venu s’immiscer parmi les cadors que sont Froome, Contador et Nibali. Parce que sur le Giro, le Tour ou la Vuelta, il y a beaucoup moins de place pour les surprises que sur les courses d’un jour. La victoire se joue sur la durée, et il faut emmagasiner beaucoup d’expérience avant de pouvoir titiller les patrons de la discipline. Alors bien entendu, certains ont montré les dents, comme Landa sur la course rose ou Majka à la fin de l’été, sur les routes espagnoles. Mais franchir le pas pour devenir un candidat à la victoire finale ne s’annonce pas aisé. Peut-être parce que les patrons des grands tours sont moins âgés que ceux des classiques, et qu’ils ne sont pas tout à fait prêts à laisser leur place.

pub Grupetto Shop

4
Poster un commentaire

avatar
4 Threads de commentaires
0 Réponses
0 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
3 Auteurs de commentaire
patrolfsorensenchris83 Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
chris83
chris83

Je voudrais rajouter à ce constat un petit bilan du côté français sur cette saison. En tenant uniquement compte des 27 courses World Tour ( les plus prestigieuses), tous classements confondus: courses d’un jour, courses à étapes ( classement général et étapes), les espagnols arrivent en tête avec 22 victoires obtenues par 8 coureurs différends, juste devant les italiens ( 21 victoires mais 16 coureurs ont « scoré »).

Les français arrivent seulement en 6ème position, derrière les australiens ( 15 succès pour 6 coureurs), allemands( 14 succès pour 5 coureurs) et belges ( 13 succès pour 8 coureurs), avec 11 victoires ( uniquement des étapes) pour 7 coureurs ( Gallopin, Pinot, Bouhanni, Bardet, Villermoz, Lebon et Gougeard).

Plus grave, AUCUNE victoire ni sur une classique d’un jour, ni sur un classement général de course à étape.

Bref, 2015 ne restera pas un grand cru tricolore, mais on est habitué….

rolfsorensen
rolfsorensen

Le problème français cette année c’est:
– le flop Démare (j’imagine qu’on va s’y habituer)
– la malchance Bouhanni (lui sait rebondir)
– Les limites des autres leaders, au sprint si la course est dure (Bardet, Vuillermoz) ou au punch si la course est justement trop dure (Gallopin). Ce sont des habitués aux top 10, mais s’ils ne tentent pas leur chance avant l’emballage final sur les classiques, ils vont avoir des difficultés à en décrocher une…
– Les conditions météos du Tour (en même temps, difficile de rivaliser avec les 5 1ers de la course française…)
– en regardant les CG: la justesse de Pinot sur les clm par rapport à ses poursuivants moins bons grimpeurs. Mais le Français a remporté de très belles étapes.

L’espoir français pour briller sur le WT : Alaphilippe. Mais il ne faudrait pas qu’on nous le crame…

rolfsorensen
rolfsorensen

En y regardant bien, ce qui manque aux Français c’est LE grand leader : Les Australiens ont Porte pour les tours d’une semaine et Matthews sur les sprints et classiques pas assez sélectives. L’Allemagne cette année, c’est avant tout Degenkolb. Et la France manque d’abord d’un grand rouleur-grimpeur pour les WT d’une semaine.
Quant aux sprinteurs, c’est aussi en se réservant un pic de forme pour le Tour, alors que la concurrence est la + forte et la nervosité à son comble, qu’ils manquent des occasions…

pat
pat

Les jeunes prennent peu à peu le pouvoir et la concurrence devient plus rude pour les champions trentenaires . Ceci dit ce n’est pas pour autant qu’il faut les jeter à la poubelle. Cancellara et Boonen pour cause de blessure n’ont même pas participé aux classiques flandriennes . Que ce serait-il passé si ils avaient été là en pleine possession de leur moyen . Rien ne dit qu’il ne se serait pas mêlé à la lutte pour la victoire . Gilbert lui à chuté sur la flèche Wallone et n’était donc pas au top sur LBL . Rodriguez blessé au genoux n’a pu participer au tour de Lombardie . Ce ne sera pas facile mais ils auront tous soif de revanche la saison prochaine . Cancellara et boonen auront envie de briller encore une fois sur les classiques avant de mettre un terme à leur carrière . J’ai hâte de voir ce beau duel qui sera arbitré par les Degenkolb , Sagan et autres Kristoff . Le propre des grands champions c’est de pouvoir revenir alors qu’on ne les attend plus . Ne les enterrez pas trop vite ils n’ont pas dit leur dernier mot!