Le Coq va changer de poulailler, mais ne devrait pas changer de basse-cour. Le sprinter quitterait Direct Energie, son équipe de toujours, pour rejoindre la nouvelle structure montée par Jérôme Pineau, Vital-Concept. Alors qu’on l’attendait dans une écurie étrangère, ce choix étonne. Est-ce une si mauvaise décision comme beaucoup le sous-entendent ? La rédaction de la Chronique du Vélo en débat.

Un très mauvais choix, par Baptiste Allaire

Dimanche matin, la surprise était de taille. Les informations de l’Equipe envoient Bryan Coquard dans la nouvelle équipe de Jérôme Pineau, qui évoluera la saison prochaine en Continental Pro. Vraiment ? Cette décision a de quoi décevoir. lorsque le Coq a annoncé en mai dernier quitter l’écurie de Jean-René Bernaudeau, il avançait plusieurs arguments. D’abord, « donner un nouvel élan » à sa carrière. Quitter une Continental Pro française pour une autre, le défi n’est pas énorme. Aller à l’étranger ou même rester en France, mais en World Tour, pour se frotter à l’élite du sprint mondial, voilà une véritable aventure; Coquard semble préférer son confort dans une nouvelle équipe entièrement construite autour de lui. Les noms de Matteo Trentin, Johan Le Bon ou Kevin Reza reviennent souvent, mais l’équipe sera-t-elle aussi solide que Direct Energie, qui connait parfaitement son sprinteur ? Ensuite, le Nantais expliquait « rechercher la performance » en changeant de formation. Mais cette quête passe par une vraie concurrence, celle du World Tour évidemment, mais pourquoi pas interne, avec un rival dans la même formation. Découvrir une équipe avec de grands coureurs aurait pu aider Bryan Coquard à franchir un cap. Enfin, plus officieusement, le sprinteur français n’aurait pas apprécié l’absence des Direct Energie sur Milan Sanremo, course World Tour… à laquelle Vital-Concept n’est pas sûr de participer l’an prochain. Certes, Jérôme Pineau a annoncé que son équipe visait le World Tour d’ici à trois ans, mais rien n’est sûr dans le cyclisme. Aux risques et périls de Bryan Coquard.

Un choix compréhensible, par Théo Sorroche

Jérôme Pineau est un homme qui réussit. Sa reconversion à la radio et à la télévision a été un succès. Quand il nous disait il y a un mois et demi qu’il rêvait de diriger sa propre structure, nous ne pensions pas que ce serait si rapide. Mais l’ancien coureur aime surprendre, il a déjà franchi le pas, avec ambition. Ses relations nombreuses et soignées dans le peloton vont lui offrir une belle marge de manoeuvre pour faire progresser sa nouvelle équipe dans les années à venir. Bryan Coquard n’est que la première pierre, angulaire, d’un projet d’envergure. L’objectif est évidemment de participer au Tour avec le sprinteur en tête d’affiche. Jérôme Pineau devrait pouvoir attirer des coureurs de la trempe de Matteo Trentin, de quoi entourer le Coq d’une équipe extrêmement compétitive. Certes Coquard n’a pas pris le pari de partir à l’étranger pour tenter de progresser à l’aide de nouvelles méthodes. Mais les précédents réussis ne sont pas si nombreux et l’expérience, encore fraîche, chez la référence Quick-Step de son nouveau manager devrait lui permettre d’évoluer. Ce choix est néanmoins risqué pour Coquard, qui malgré des apparences de confort, se met en danger en restant en Continental. L’échec ne sera pas accepté. Néanmoins, dans une structure plus moderne, marchant moins à l’affectif, il pourrait enfin devenir ce coureur capable de remporter des étapes sur le Tour.

Coquard fait-il le bon choix ?

Voir les résultats

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Théo Sorroche ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.