Encore sous le coup de l'émotion à Saint-Gervais Mont Blanc, Romain Bardet est allé chercher une deuxième place de prestige au général - Photo Mathilde L'Azou
25 juillet 2016
Par  Robin Watt 
pub Grupetto Shop

Un rayon de soleil

Dire qu’on l’attendait si haut serait mentir. Mais Romain Bardet a su bousculer une hiérarchie aujourd’hui remise en question pour s’offrir un premier podium sur le Tour de France. Le tout avec panache et suspense, deux choses trop rares ces trois dernières semaines pour que l’on boude notre plaisir.

Deux ans après Péraud et Pinot

Le garçon avait vraisemblablement du mal à réaliser. Depuis sa fantastique chevauchée vers le Mont Blanc, vendredi, il est sur son petit nuage. Mais hier, sur les Champs-Elysées, il a pu commencer à mesurer l’ampleur de son exploit. Tous ses potes d’AG2R La Mondiale étaient là, à quelques mètres du podium, pour admirer l’un des plus jeunes de la bande monter sur la boîte. Bardet termine entre Froome et Quintana, le symbole est fort. Il est entré dans la cour des très grands. Alors forcément, deux ans après Péraud et Pinot, sa performance a un goût particulier. Sportivement, c’est sans doute encore plus fort, parce qu’il a fallu battre tous les cadors – sauf Froome, devant lui, et Contador, qui a abandonné – à la pédale. Mais historiquement, la portée est moindre, parce que ça ne faisait pas quinze ans qu’on attendait ça. Des considérations anecdotiques, malgré tout, pour un Bardet qui a mérité de savourer.

Son Dauphiné, terminé déjà sur les talons de Chris Froome, n’était donc pas un exploit en soi. C’était simplement la preuve que l’Auvergnat fait désormais partie de ces coureurs sur qui il faut compter lors des grands rendez-vous. Deux ans après sa sixième place à Paris, il n’est plus question de parler de surprise : juste de confirmation. Bardet est un bon vivant, mais surtout un bourreau de travail, qui a tout mis en œuvre pour atteindre cet objectif du podium. Parfois trop entreprenant sur la route, il a aussi pris soin de calmer ses ardeurs pour ne pas s’éparpiller. Mais, joli clin d’œil de la course, c’est sur un coup aussi inattendu que bien senti qu’il est allé conquérir cette deuxième place, au nez et à la barbe de Quintana, Yates et Porte. Chassez le naturel il revient au galop. Vincent Lavenu et Julien Jurdie ont vécu la descente de la côte de Domancy la boule au ventre, mais leur leader, accompagné de Mikaël Cherel, avait vu juste.

Il ne l’a pas volé

Dans un Tour où les autres favoris ont manqué à leur devoir, incapables pour certains de place ne serait-ce qu’une attaque, Bardet n’a rien volé. Les deux hommes les plus entreprenants terminent sur les deux plus hautes marches du podium, juste récompense qui peut-être en fera réfléchir quelques uns. Alors bien sûr, les plus sévères diront qu’en ne bougeant pas, samedi vers Morzine, Bardet a manqué de vérifier l’état de Froome après sa chute. C’est un détail, tant les risques de tout perdre était grands et tant il aurait été miraculeux de reprendre plus de quatre minutes. Pour une fois, le Français l’a joué raisonnable, après avoir déjà joué avec le feu la veille, quand ses directeurs sportifs lui disaient d’assurer dans la descente. Attaquant lucide, voilà donc comment qualifier le nouveau Romain Bardet. Celui qui pourrait commencer à prendre goût à se positionner en dauphin de Chris Froome. Jusqu’à ce que lui vienne l’idée de faire vaciller le patron…

pub Grupetto Shop

4
Poster un commentaire

avatar
2 Threads de commentaires
2 Réponses
0 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
4 Auteurs de commentaire
gougiOlivierchris83batboo Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
batboo
batboo

Merci Romain! Un Tour de France ennuyeux comme jamais qu’il a réussi à rendre lumineux pour nous français!

chris83
chris83

Les critiques sur l’ennui que provoque le Tour me fatiguent.Le Tour est un évènement sportif et pas un film policier où tout se joue dans les 5 dernières minutes; Vous voulez du suspense? Regardez Milan San Remo, vous connaitrez le vainqueur sur la ligne d’arrivée, pas avant! une course par étapes est par définition une course d’endurance et le plus fort se dégage rapidement, c’est statistique! Dès le premier Tour c’était ainsi, 1903, Garin avait gagné la 1ère étape et n’avait plus été inquiété! Les Tours gagnés par Anquetil, Merckx, Hinault, Indurain, sans parler d’Armstrong étaient joués bien avant la 3ème semaine. Le duel Fignon-Le Mond de 1989 est l’exception. Regardez le Paris Dakar, les rallyes, c’est la même logique; le futur vainqueur est souvent connu avant la mi-course.Le sport est d’abord du sport où le plus fort peut se révéler rapidement, ce n’est pas un roman d’Agatha Christie. En Formule 1, dans le tennis, au foot ( exemple du dernier championnat de France), le suspense est plus l’exception que la règle et plus l’épreuve sportive est longue, moins le suspense est statistiquement assuré. Et ceux qui aiment vraiment le vélo, le Tour et ses coureurs ne regardent pas que… Lire la suite »

gougi
gougi

je ne partage pas votre opinion, concernant l’intérêt du tour, vous confondez suspens et spectacle. or il n’ y pas eu de spectacle sportif ( a 2 ou 3 exceptions). j’adore le cyclisme en général , et je suis peu ou prou toutes les courses, mais on peut dire que ce tour était d’un profond ennui, alors qu’il est possible de changer la donne , si on ne cede pas aux affres de l’argent .( j’ai donné mon avis sur l’article précédent concernant la victoire de Froome ) Ce tour était ennuyeux , non pas parce que Froome a gagné , mais parce qu’il a cadenassé la course avec son équipe et surtout l’argent de la sky. Il n’y a eu ni l’art , ni la manière Bien sur Sagan, Van Avermaet, Alaphilippe, Pantano et autres ont animés les étapes mais l’interêt du tour c’est quand même la victoire finale ( ce n’est pas 21 classiques bout a bout ), avec des champions qui se battent a armes égales , je me répète mais le cyclisme doit rester un combat d’hommes à hommes , et même si le combat est gagné d’avance pour l’un ça n’exclut pas le spectacle, et… Lire la suite »

Olivier
Olivier

Et le tour d’Italie ? Tous les ans, le vainqueur se décide dans les derniers jours, encore cette année, où Nabili prend le Rose le samedi avant l’arrivée