6 décembre 2015
Par  Robin Watt 
pub Grupetto Shop

Valverde, coureur de l’année 2015

Le numéro un mondial n’est pas toujours celui qui mérite d’être désigné coureur de l’année. Mais pour ce qui est de 2015, il y a comme un consensus : Alejandro Valverde, 35 ans, était au-dessus de tout. Malgré l’âge, il a réalisé la meilleure saison de sa carrière. Phénoménal.

Le doublé, neuf ans après

El Imbatido a moins gagné que l’an passé, mais il a incontestablement « mieux » gagné. Un peu moins omniprésent qu’à son habitude sur les courses de reprise, il a su être le patron attendu quand il le fallait. Après une victoire qui sonnait comme un rituel sur le Challenge de Majorque, il a en effet fallu attendre le Tour de Catalogne pour (re)voir Valverde à son meilleur niveau. À trois semaines des ardennaises, le Murcian y avait décroché trois étapes et une deuxième place au général. Juste assez pour montrer que cette saison n’était pas encore celle de son déclin. Quand est venu le temps du triptyque ardennais, on se doutait donc que Balaverde serait parmi les candidats à la victoire. Après sa deuxième place sur l’Amstel, au terme d’une course de côte, on a toutefois pu penser qu’il allait encore nous offrir une pléiade de places d’honneur sans forcément réussir à gagner. Mais c’était tout le contraire.

La semaine de son anniversaire, le leader de la Movistar s’est offert deux grands succès, sur la Flèche wallonne et sur Liège-Bastogne-Liège. Le doublé, Valverde l’avait déjà réalisé en 2006 : neuf ans après, il a donc prouvé qu’il était toujours aussi efficace. Mais surtout, l’Ibère a fait étalage de toute son expérience pour remporter les deux épreuves de manière totalement différente. Sur un Mur de Huy qu’il connaissait déjà par cœur, il a su partir au bon moment, et son talent a fait le reste, le menant à une victoire en apparence facile. Puis à Liège, dans un final très compliqué à gérer sur le plan stratégique, Valverde a couru à la perfection. Faisant lui-même l’effort pour revenir sur un Dani Moreno un peu trop entreprenant dans le dernier kilomètre, il aurait pu avoir grillé ses chances. Mais il n’en a rien été puisque derrière il a su prendre l’ultime virage en tête du groupe, et ne laisser aucune chance à ses rivaux lors du sprint final.

Un podium au goût de victoire

Avec un palmarès qui compte désormais trois Flèches wallonnes et autant de victoires à Liège, l’Espagnol a abordé le Tour de France avec une certaine légitimité pour refuser de se mettre à plat ventre pour Nairo Quintana. Désireux de perpétrer la bonne entente entre ses deux leaders, la Movistar n’a pas cherché à aller contre cette demande, quitte à ce que le Colombien soit par moments handicapé. Valverde, coureur emblématique de la structure d’Eusebio Unzué, a en temps normal droit à certains privilèges. Alors après son printemps exceptionnel, il était encore plus évident que rien ne lui serait refusé. Et si on ne peut pas en dire autant à chaque fois, laisser carte blanche à ses deux grimpeurs fut une brillante idée pour Unzué. Derrière l’intouchable Froome, Quintana et Valverde ont en effet tous les deux réussi à monter sur le podium des Champs-Elysées. Un doublé qui sonne comme une victoire, surtout pour le plus âgé des deux coéquipiers.

Malgré de nombreuses tentatives, Valverde n’avait effectivement jamais pu goûter au podium de la Grande Boucle. Il aura fallu attendre sa huitième participation pour réparer ce qui était presque une anomalie pour un des plus grands coureurs de la dernière décennie. Le signe qu’il n’est jamais trop tard. Pour ce qui est de la fin de saison, l’Espagnol nous a rappelé qu’il était aussi un collectionneur d’accessits. De San Sebastian (3e) au Tour de Lombardie (4e) en passant par la Vuelta (7e) et les Mondiaux (5e), il a sans doute payé le contrecoup de son exceptionnelle première partie de saison. Il faut bien, à un moment, que l’âge se fasse ressentir. Mais le talent du briscard lui permet encore d’être l’un des hommes les plus costauds du peloton de mars à juillet. Alors quand la réussite est en plus de son côté, rien ne peut l’arrêter dans sa quête de grands succès. Cette saison en a été l’exemple parfait. Valverde n’est pas mort, il est même plus vivant que jamais.

pub Grupetto Shop

8
Poster un commentaire

avatar
8 Threads de commentaires
0 Réponses
0 Followers
 
Commentaire suscitant le + de réactions
Thread le + chaud
7 Auteurs de commentaire
M7OAlex Péjugougi321zorroAlex Péju Auteurs de commentaire récent

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir
Alex Peju
Alex Peju

Sans contestation, de loin le meilleur coureur de l année !

rolfsorensen
rolfsorensen

On encense Valverde pour avoir freiné les possibilités de victoire de Quintana sur le Tour? Je trouve qu’on est un peu trop dithyrambique pour cet épisode…
Je parle évidemment en tant que spectateur un peu frustré, mais aussi en tant que simple amoureux du cyclisme…
Ce qui ne remet pas en cause l’impressionnante régularité du coureur sur tout ce que le calendrier cycliste peut compter de parcours vallonnés et relativement montagneux!

pat
pat

C’est vrai qu’il a fait une très bonne saison avec d’excellent résultat . Les performances de Froome font débat mais pas celles de Valverde qui traîne pourtant des casseroles derrière lui . J’ai du mal à croire qu’il soit vraiment repentit alors qu’il semble plus fort qu’avant sa suspension . La chose appréciable est qu’il est un des rares coureurs à pouvoir performer à la fois sur les classiques et les grands tours .

Alex Péju
Alex Péju

Loin de moi l’idée de dire que Valverde est tout propre, tout blanc mais:

– Sa prise ne dopant n’a jamais été prouvée à 100%.
– Peut-on dire d’un gars qui revient de suspension encore plus fort qu’il n’est pas tout simplement un monstre du cyclisme (un des derniers d’ailleurs…)?

Et puis même si dans l’ensemble des cas de figure, les grands noms du cyclisme sont tous dopés (ou une majorité), cela n’enlève rien au fait que ce gars là est de loin le plus polyvalent et le plus doué du cyclisme actuel, dopants ou pas.

321zorro
321zorro

J’ai quand même du mal à m’extasier sur un mec qui traine plus qu’une batterie de cuisine derrière lui et qui plombe ses coéquipiers quand ils sont mieux placés…

gougi
gougi

je crois qu’il n’ y a pas de secrets, Valverde, ne vit que pour le vèlo. déjà en Amateur il gagnait énormément ! je pense qu’il peut courir jusqu’à 40 ans, et en continuant de gagner ! Poulidor l’a fait . de plus quand on regarde un coureur comme Rebellin qui n’est pas tout blanc, c’est sur mais qui a 44 ans est encore capable de figurer en bonne place sur certaine course, on ne peut qu’être admiratif. et je ne pense pas que ce soit pour l’argent ( en tout cas concernant Valverde ) ce sont des coureurs qui vivent leur passion, et qu’il la font partager ! je dis bravo même si je suis lucide sur la manière , c’est un grand champion incontestablement né avec des prédispositions pour son sport !

Alex Péju
Alex Péju

Ce sport est gangrené par la suspicion… Cela en devient navrant.

Allez voir les Messi et les Djokovic s’ils ne prennent que de l’Evian pour leurs performances douteuses.

M7O
M7O

Comme dit Alex c’est dans tous les sports… les Messi, Bolt, Nadal etc…. doivent prendre autant (voir plus) de produits qu’un cycliste.

Enfin bref je ne vois pas qui aurait pu être le coureur de l’année a part Valverde, il passe pas loin du triplé Ardennais, il monte pour la première fois de sa carrière sur le podium du Tour, gagne une étape de la Vuelta (7e du général) et encore une fois placé sur les mondiaux malheureusement…