Cela fait désormais deux années consécutives que Joaquim Rodriguez lève les bras en Lombardie - Photo Il Lombardia
6 octobre 2013

Rodriguez prophète en Lombardie

Une semaine après les Mondiaux, Joaquim Rodriguez a pris sa revanche cet après-midi en remportant son deuxième Tour de Lombardie. Cette victoire permet au coureur de la Katusha de passer devant Christopher Froome au classement World Tour, pour prendre une première place qui ne devrait plus quitter. Sûrement pas de quoi faire oublier la deuxième place de dimanche dernier à Florence, mais un joli lot de consolation qui renforce son statut, malgré lui.

Rodriguez encore devant Valverde

Purito n’a pas vraiment eu besoin d’innover pour remporter son deuxième monument. À 10 kilomètres de l’arrivée, après une accélération de Pozzovivo, Rodriguez a attaqué, pour ne plus être revu. Un an plus tôt, le Catalan avait attaqué au même endroit, dans des conditions climatiques quasi similaires. Le grand enseignement de cette course réside donc dans la suprématie de l’Espagnol sur ce genre de parcours, aux montées courtes mais à fort pourcentages. Barré par Gilbert et son ancien coéquipier Valverde par le passé, il est devenu à présent le meilleur puncheur du peloton, et paraît presque imbattable lorsque la pente dépasse les 15 %. Avec cette deuxième victoire sur la classique des feuilles mortes, Purito entre ainsi dans la catégorie des grands coureurs de courses d’un jour. Il ne lui reste qu’à se diversifier pour faire de son nom l’un de ceux qui ont marqué l’histoire. Les grands tours, notamment, lui échappent encore…

Mais le leader de la Katusha n’était pas le seul ibère à viser la victoire. Malgré tout, après les Ardennaises, le Tour, la Vuelta et les Mondiaux, Alejandro Valverde a encore montré ses limites. Très présent lors des grands évènements, il a encore manqué un petit quelque chose au Murcian pour s’imposer et décrocher un bouquet prestigieux qui lui échappe depuis le Tour d’Espagne 2009. Si ce manque de réussite s’explique en partie par la malchance, il serait trop facile de s’arrêter là. La stratégie souvent inadaptée de Valverde paraît être une explication plus rationnelle, et on l’a encore vu sur ce dernier monument de la saison. Après une attaque dans le vide à plus de 80 bornes du but, son attentisme lors du début de la descente lui a été fatal. Et ce n’est pas la première fois que Balaverde fait le mauvais choix, en témoignent le dernier Liège-Bastogne-Liège et la course de dimanche dernier.

Gilbert décevant, Majka surprenant

Depuis son arrivée chez BMC, Philippe Gilbert ne compte qu’un seul podium sur une classique World Tour, sur la Flèche wallonne 2012, il y a plus de 18 mois. La saison 2013 marque donc une énième déception pour le Liégeois, qui ne peut pas compter cette fois sur un titre mondial pour sauver les apparences. En grande difficulté dans la Villa Vergano, il a encore une fois déçu. Même si désormais, ce n’est plus une surprise… Gilbert va devoir se remobiliser pour 2014, au risque de tomber dans l’oubli malgré un palmarès des plus fournis du peloton.

Côté satisfaction, on note cependant l’excellente performance de Rafal Majka. La révélation du dernier Giro confirme petit à petit les espérances, et il ne fait aujourd’hui aucun doute qu’il faudra compter avec lui pour la saison prochaine. Le coureur polonais pourrait peut-être suivre l’exemple de Dan Martin, 4e de ce Tour de Lombardie, et qui termine sa saison plutôt bien. Après avoir déçu sur le Tour de France, l’Irlandais a montré lors de cette dernière classique de renom que sa victoire sur la Doyenne n’était pas due au hasard.

Côté français, la performance de Voeckler aura marqué la course. Seul à l’avant pendant 50 kilomètres, le coureur d’Europcar aura montré tout son panache, mais aussi qu’attaquer de si loin est voué à l’échec. Il n’a pour lui que la fierté d’avoir tenté, comme Nibali il y a quelques années, qui avait subit le même sort. Pour Thibaut Pinot en revanche, la performance est plus intéressante. Avec le gros des cadors jusqu’au bout, il est parvenu à tenir leur roue malgré les nombreuses descentes qui auraient pu l’effrayer. Il ne lui manque pas grand chose pour se battre avec les cadors. Alors, à l’année prochaine, pour revoir tous ces hommes sur les classiques et les grands tours. D’ici là, il reste Paris-Tours la semaine prochaine, avant que le rideau ne soit définitivement tiré pour 2013.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me prévenir
avatar
wpDiscuz