Même s'il a vécu un été compliqué, Nacer Bouhanni est la meilleure chance française pour les Mondiaux - Photo Mathilde L'Azou
24 septembre 2016
Par  Robin Watt 

Pourquoi il ne faut pas se passer de Bouhanni

Le sélectionneur de l’équipe de France, Bernard Bourreau, a jusqu’à lundi pour communiquer la liste des neufs coureurs qu’il emmènera à Doha pour la course en ligne des Championnats du monde, le 16 octobre prochain. Depuis des semaines, il paraît compliqué voire impossible de réunir les trois sprinteurs tricolores Bouhanni, Démare et Coquard. Mais s’il y en a bien un dont il ne faut pas se priver, c’est le premier.

Ingérable…

Nacer Bouhanni est le point central du casse-tête de Bernard Bourreau en vue des Mondiaux. Un coureur au talent incroyable mais tellement imprévisible, sur le vélo comme en dehors, que les doutes ne s’estompent jamais vraiment quant à la pertinence de sa sélection. Il y a deux ans, à Ponferrada, il n’y avait pas eu trop de questions à se poser : le Vosgien était le sprinteur français qui passait le mieux les bosses, et offrait au sélectionneur la meilleure alternative à Tony Gallopin, davantage puncheur. A l’arrivée, Bouhanni s’était classé dixième, une performance prometteuse. Si le garçon avait depuis été un coureur « normal », il ne ferait donc aucun doute qu’il serait de la partie à Doha, dans moins d’un mois. Sauf que voilà. Le désormais leader de l’équipe Cofidis va de frasque en frasque. Même après avoir mis de côté sa rivalité presque malsaine avec Arnaud Démare à la FDJ, il a gardé pour habitude faire régulièrement parler de lui pour les mauvaises raisons. Dernier épisode en date, son altercation à la veille des Championnats de France à Vesoul au mois de juin, qui lui a valu de faire une croix sur le Tour de France.

Forcément, l’idée de faire à nouveau courir Bouhanni et Démare ensemble paraît risquée. Et la victoire du Picard en mars dernier, sur Milan-Sanremo, joue clairement en sa faveur dans l’esprit collectif. L’ancien champion du monde espoirs a prouvé avec ce succès qu’il était capable de l’emporter sur les plus grandes épreuves du calendrier, quand Bouhanni, de son côté, peine à franchir un cap depuis son arrivée chez Cofidis. Mais une seule immense victoire ne doit pas aveugler Bernard Bourreau. Le sprinteur de la FDJ, sur la Primavera, n’a pas volé sa victoire. Mais il a bénéficié de circonstances favorables : une chute dans le final qui a éliminé Gaviria et presque Sagan, et un problème de dérailleur de Bouhanni. Sans oublier qu’à Sanremo, il manquait des grands noms du sprint. Pour s’imposer, Démare avait battu Swift, Roelandts, Van Avermaet et Kristoff. A Doha, il faudra se coltiner Kittel, Greipel ou Cavendish. Rien à voir, en somme. Et ces garçons-là, il n’y a pour l’heure qu’un seul français qui peut les titiller : Bouhanni.

…mais capable de tout

Emmener Démare au Qatar, c’est sans doute s’assurer une place d’honneur derrière les monstres du sprint mondial. Mais c’est presque, aussi, faire une croix sur le maillot arc-en-ciel. En 2016, le garçon n’a gagné « que » quatre fois. Sans parler d’exception, lever les bras reste pour lui assez rare. Et ça n’arrive presque jamais lorsqu’il est en concurrence avec les quelques grands favoris des Mondiaux. Tout le contraire d’un Bouhanni qui, malgré ses problèmes, a lui décroché dix bouquets cette année. La comparaison est saisissante. Voilà pourquoi le champion de France 2012 est celui qui doit rallier Doha, sûrement accompagné d’un Bryan Coquard au profil tellement différent qu’on l’imagine mal être écarté de la sélection. Le Vosgien n’offre presque aucune garanti quant à son résultat final. Mais il est aussi le seul Français qui a une – petite – chance d’être sacré champion du monde. Et rien que pour ça, il doit être celui pour qui l’équipe roulera.

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Pourquoi il ne faut pas se passer de Bouhanni"

Me prévenir
avatar
Reg
Reg

Pas encore lu l’article, mais simplement parce que c’est le meilleur sprinter français.
Même si je n’ai rien contre Démare, je regrette encore son saut de chaine à San Remo, j’aurais vraiment aimé qu’il gagne.
Hop, je pars lire l’article.

Reg
Reg

Après lecture : en plus il n’est pas incompatible avec Coquard (qui lui aussi est meilleur que Démare).

pat
pat

Je pense qu’en vitesse pur Bouhanni est le plus rapide des 3 sprinteurs français . Il me semble donc difficile de s’en passer . Ceci dit il y aura 150 bornes dans le désert et si vent il y a le risque de bordure sera réel . Il faut donc aussi dans votre équipe des coureurs costauds sachant rouler dans ces conditions et protéger le leader . Coquard avec son petit gabarit sera t-il résister au coup de vent ?

Alex
Alex

Votre franchouillardise se révèle parfois

Je suis navré mais Démarre ne mérite absolument pas sz victoire sur MSM. Son équipe et lui même ont trichés en le tractant dans la Cipressa. En plus d’être antisportif et immoral, cela relève encore à quel point les journalistes français deviennent tout à coup aveugle lorsqu’il s’agit de Français

Concernant Bouhanni, il est nul et aurait mieux fait de continuer la boxe. Il est agressif sur le vélo, ne respecte pas sa ligne et je pense que bon nombre de sprinteurs ne l’apprécient pas

Finalement le seul qui vaut la peine c’est Coquard mais il doit passer encore un palier avant de devenir un grand

Batboo
Batboo

Pour Démare, quand tu dis « Son équipe et lui même ont trichés en le tractant dans la Cipressa. », tu veux dire selon Capecchi qui prétend l’avoir vu passer à 80 kms/h alors que son relever l’annonce à 48 kms/H? Et également selon Tossato, coéquiper de Sagan, qui aurait pu rentrer dans le top 10 en cas de déclassement de Démare? Deux coureurs qui viennent d’ailleurs d’équipes – Astana et Tinkov – réputées pour leur sens moral et sportif irréprochable d’ailleurs n’est-ce pas?

Concernant Bouhanni, oui ça lui arrive de ne pas respecter sa ligne. Au TdF l’année dernière Sagan a fait la même à Coquard et cette année Cav’ à Kittel. Personne pour s’en émouvoir… Mais vu que Bouhanni est français et membre d’une équipe de conti, c’est ‘achement plus simple de cracher dessus…

gougi
gougi

le problème Français est encore plus vif pour l’Allemagne, et dans une moindre mesure pour la Norvège et l’italie. je pense qu’a un moment les directeurs doivent taper du poing sur la table, et exiger que celui qui se sent le moins en forme a 40 kms de l’arrivée est l’honetteté de le dire et se mette au service des autres; c’est utopique, mais je pense qu’il peut partir avec les trois, avec un chacun leur poisson pilote; De plus Sagan risque fort de déclarer forfait, car visiblement il en a ras le bol , et la course ne lui convient pas, plus la chaleur extrème qu’il craint. Alors c’est peut être la grande chance de Bouhani, Kittel ou Gaviria

chris83
chris83

Bouhanni peut battre tout le monde au sprint. Ce n’est pas le cas de Demare, encore moins celui de Coquard qui n’a jamais gagné en World Tour.Alors si l’on veut avoir une chance d’arc en ciel, la question ne se pose même pas.

Baboutox
Baboutox

Démare ne peut pas gagner un sprint massif, Coquard le peut même si il est encore juste pour le World Tour. Un bon sprinteur ce n’est pas qu’une pointe de vitesse, c’est aussi savoir frotter, se placer et lancer son effort au bon moment. Pour toutes ces raisons Démare qu’elle que soit sa vitesse max dans un sprint reste un sprinteur de seconde zone. Il a gagné MSR de la même façon que son étape sur Paris-Nice, peu de sprinteurs en place et il a qu’à faire son bourrin, mais ca n’arrive jamais dans un sprint massif, et surement pas à Doha.
Coquard n’a pas la vitesse suffisante pour gagner actuellement mais peut-être qu’il a encore une marge de progression.
Bouhanni lui pourrait l’emporter même si il perd ses équipiers, si Bourreau ne le sélectionne pas la France fait pas même pas un Top 5

wpDiscuz