Derrière un Vincenzo Nibali impressionnant de facilité et qui disputera le contre-la-montre de samedi sans véritable pression, c’est le podium qui se jouera sur les 54 kilomètres entre Bergerac et Périgueux. Pinot, Péraud et Valverde se tiennent en quinze secondes seulement, et à l’arrivée, il y aura forcément un déçu. Lequel ?

Péraud intouchable ?

Du haut de ses 37 ans, Jicé est sans aucun doute le plus à l’aise des trois candidats au podium dans l’effort solitaire. Ancien champion de France de la discipline, il possède de multiples références en chrono, y compris cette saison. Sur le Tour du Pays-Basque, où un contre-la-montre vallonné de 26 kilomètres était au programme, il a terminé cinquième (à 35 secondes de la référence Tony Martin), assez largement devant Valverde (huitième à 1’02) et Pinot (dixième à 1’25). Evidemment, l’historique joue donc en faveur du Toulousain, également quatrième sur le chrono du Tour Med’ en début de saison, qui peut se targuer d’accumuler les performances intéressantes depuis quelques années (Pays-Basque 2012 et 2013, Tour de Suisse 2013, Paris-Nice 2011 et 2012…). Enfin, il faut noter que Péraud a pris pour habitude de se montrer à son aise sur les chronos de fin de Tour qu’il a pu disputer : cinquième à Grenoble sur le Tour 2011, en très bonne position l’an dernier jusqu’à sa chute à quelques encablures de l’arrivée, il pourra compter sur un passif avantageux pour prendre le départ confiant. La deuxième place lui tend les bras, il n’a qu’à aller la cueillir.

Valverde n’a pas à rougir

Cependant, l’Espagnol, seulement deux secondes derrière le leader d’AG2R La Mondiale au général, n’est pas un manchot dans l’exercice. Au fil des années, il a su s’améliorer petit à petit pour devenir, si ce n’est une référence, un coureur largement capable de limiter la casse, d’autant plus sur un chrono vallonné comme celui de ce samedi. On se rappelle qu’il y a un an, il avait terminé cinquième à Chorges, même si le parcours était encore plus difficile que celui qui s’annonce vers Périgueux. Qu’importe, quatrième à quinze secondes de Pinot au général, le Murcian peut légitimement croire au podium. En effet, depuis un an, à chaque fois qu’il a croisé la route du Français, il l’a devancé : au Pays-Basque (de 0’13’’ sur 26 km), sur la dernière Vuelta (de 0’40’’ sur 38,8 km) et vers le Mont-Saint-Michel, sur le Tour 2013 (de 1’16’’ sur 33 km). Sur les plus de cinquante bornes au programme de ce samedi, Valverde devrait donc être plus que capable de reprendre le temps nécessaire pour remonter sur le podium. A moins, et c’est là que le doute subsiste, que son état de fraîcheur soit si mauvais qu’il craque et ne reprenne pas de temps à Pinot.

Pinot a besoin d’un exploit

L’actuel maillot blanc, lui, aura le plus grand mal à conserver sa place sur le podium, alors qu’il est pour le moment deuxième… Pourtant, le Franc-Comtois a fait les efforts nécessaires depuis plusieurs mois, pour progresser en chrono. Sur les parcours vallonnés qu’il a rencontré cette saison, Pinot n’est même jamais sorti du top 10, que ce soit au Pays-Basque (10e), en Suisse (9e) ou en Romandie (9e). Malgré ça, c’est comme si c’était perdu d’avance. Alors oui, on peut toujours ressortir quelques étapes ci et là, comme en Romandie justement, où Pinot a terminé devant Péraud, ou au Tour de Suisse 2013 où il n’avait concédé que treize secondes à son compatriote sur près de 27 kilomètres. En remontant plus loin, on peut même évoquer le chrono vers Chartres, sur le Tour 2012. A la veille de l’arrivée, Pinot avait pris plus de une minute à Péraud, et plus de trois à Valverde. Mais aucun des deux ne jouaient encore le général… En réalité, il n’y a donc que la fraîcheur qui joue en faveur du meilleur jeune de ce Tour, étincelant dans les Pyrénées quand son rival espagnol semblait par moment lâcher prise. Mais qu’on ne s’y trompe pas, il faudrait un exploit pour voir Pinot ne serait-ce que troisième du général demain soir.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Robin Watt ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.