Parcourant seul les derniers hectomètres, Sagan avait remporté Gand-Wevelgem la saison passée - Photo Flanders Classics
29 mars 2014

Quelqu’un peut-il battre Sagan ?

Pour la cinquième année consécutive, Gand-Wevelgem se une semaine avant le Tour des Flandres. Deux jours après l’exigeant Grand Prix E3, c’est une classique plus orientée vers les sprinteurs qui est au programme. Avec le Mont Kemmel comme seule véritable difficulté – placé à 40 kilomètres de l’arrivée -, les non-sprinteurs vont devoir partir de loin pour avoir une réelle chance de victoire. Mais on se souvient que l’an dernier, si c’est bien Sagan qui avait gagné, il était arrivé seul. Les autres ont désormais le modèle à suivre.

– Les Favoris

***** Peter Sagan : Après avoir réglé au sprint Niki Tersptra et Geraint Thomas sur le GP E3, le coureur slovaque va tenter de remporter pour la seconde année consécutive Gand-Wevelgem. Avec ses qualités de flandrien et de sprinteur, il a le profil parfait. En confiance depuis sa victoire de vendredi, il sera l’homme à battre, et c’est sûrement là sa seule faiblesse. Son équipe est plutôt limitée et Sagan ne pourra vraisemblablement compter que sur lui-même. Statistique intéressante, en 25 ans, seuls Boonen et Cipollini ont remporté deux Gand-Wevelgem de suite. Et tous les deux, l’année de leur deuxième sacre, avaient décroché le GP E3.

***** John Degenkolb : Comme on le pensait pour la Primavera, il sera le principal concurrent de Sagan. L’Allemand fait partie de ces coureurs qui se subliment quand la fameuse barre des 200 km est franchie. À l’instar du Slovaque, il s’est rassuré sur le GP E3 après une Classicissima décevante. Pouvant compter sur un Dries Devenys en grande forme, Degenkolb devra se racheter de ses deux derniers échecs à Wevelgem où il n’avait pas pu se battre avec les meilleurs sur la dernière ligne droite. Mais s’il est dans la même forme que vendredi, il ne fait aucun doute qu’il sera aux avant-postes au moment de l’emballage final.

**** Borut Bozic : L’ancien sprinteur de l’équipe Vacansoleil apprécie de plus en plus les classiques flamandes. Étonnant second la saison passée, il a réussi cette année à confirmer les grosses attentes placées en lui, ce qu’il n’était pas parvenu à faire en 2010. 3e d’A travers les Flandres et 7e vendredi sur le Grand Prix E3, il fait maintenant incontestablement partie des favoris à la victoire finale, malgré un nom pas très ronflant. Après avoir décroché de nombreuses places d’honneur, c’est peut-être le moment pour le Slovène de remporter sa première classique et d’enfin être reconnu à sa juste valeur.

– Les Outsiders

*** André Greipel : On l’annonce toujours, et il déçoit souvent sur les classiques. Maîtrisé par son compatriote Degenkolb sur la Vattenfall Cyclassics la saison passée, il semble incapable de conclure pour décrocher les grandes classiques. Mais ses contre-performances sont à partager avec son équipe, qui enchaine les erreurs tactiques et n’arrive pas à épauler son leader, comme ce fut le cas sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne. Intrinsèquement, André Greipel est bien entendu capable de remporter la classique belge, mais il va falloir changer quelque chose…

*** Tyler Farrar : Il est de retour ! Après une longue traversée du desert, l’ancien vainqueur du GP de l’Escaut a enfin retrouvé la forme. Second derrière l’imbattable Niki Terpstra mercredi, il a fini à une très étonnante 8e place sur le très exigeant GP E3. 3e de Gand-Wevelgem derrière Boonen et Bennati en 2011, il court en effet sur ses routes d’entraînement. Devenu plus complet, il aura à cœur de remporter une classique qui lui va à ravir.

*** Alexander Kristoff : Récent vainqueur de Milan Sanremo, le Norvégien est tout aussi à l’aise sur les classiques flandriennes, qu’il apprécie tout particulièrement. Surprenant sur Paris-Roubaix et le Tour de Flandres en 2013, c’est sur ces classiques pavées qu’il a construit sa victoire sur la Primavera. Maintenant épié par tous, il ne pourra plus créer la surprise mais il sera accompagné par un Luca Paolini en grande forme. Et au sprint, sa qualité n’est plus à prouver.

– A ne pas sous-estimer

** Tom Boonen : Tommeke vit des moments difficiles. Sa femme victime d’une fausse couche, l’ancien champion du monde a dû stopper toute activité pendant plus d’une semaine pour rester au chevet de sa compagne. En plus de cela, il a été touché au pouce lors du GP E3 après une chute survenue à 100 km de l’arrivée. Mais malgré ces contretemps, il reste un grand champion. Co-recordman de victoire sur l’épreuve avec trois succès, il avait déjà remporté la classique belge en 2011 alors que beaucoup l’annonçaient au fond du trou. En l’absence de Cavendish et Terpstra, il sera l’unique leader de la formation de Patrick Lefevere. Un mal pour un bien ?

** Sky : On aura rarement vu l’équipe de Dave Brailsford aussi performante sur les classiques pavés. Après la victoire de Stannard sur l’Omloop Het Nieuwsblad, c’est Geraint Thomas qui s’est distingué vendredi, particulièrement impressionnant sur le Vieux Quaremont. En plus des deux coureurs britanniques, l’équipe Sky a dans ses rangs Edvald Boasson Hagen, vainqueur de Gand-Wevelgem en 2009, et qui n’a jamais été aussi fort à l’approche du Tour des Flandres. Sans oublier Bernhard Eisel, vainqueur en 2010 et capitaine de route parfait. Un joli collectif, à surveiller.

** Arnaud Démare : Sprinteur de classiques, Démare a comme chaque année maintenant coché Gand-Wevelgem. Marc Madiot a des raisons de croire en lui puisque l’ancien champion du monde espoir a disputé quelques beaux sprints en ce début de saison. Mais sur les classiques, il s’est jusqu’à maintenant fait très discret. C’est le moment de sortir le bout de son nez !

* Greg Van Avermaet : La véritable question est de savoir si le coureur de BMC est capable de gagner une grande course. Depuis des années, Van Avermaet enchaîne les places d’honneur mais ne parvient pas à lever les bras. Pourtant, le Flamand a les qualités pour l’emporter, comme le montre sa troisième place l’année dernière où encore sa récente deuxième place sur l’Omloop Het Niewsblad. On attend toujours la suite…

* Fabian Cancellara : Spartacus ne porte pas vraiment cette classique dans son cœur. Depuis sa première victoire sur Paris-Roubaix, il n’y a plus réalisé le moindre top 10. Mais le Suisse est revanchard après ses échecs sur Milan-Sanremo et l’E3. Le Bernois, s’il en a l’opportunité, n’aura aucun scrupule à tenter sa chance. Dans ce cas de figure, ses concurrents ne devront pas réfléchir trop longtemps au risque de ne plus le revoir.

Mentions : Sep Vanmarcke, Matthieu Ladagnous, Kenneth Van Bilsen, Tom Van Asbroeck, Jens Keukeleire, Fran Ventoso, Jempy Drucker, Daniele Bennati, Danny Van Poppel, Bryan Coquard, Gerald Ciolek.

Poster un commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir