A quelques jours de la clôture du marché des transferts, tout ou presque semble bouclé. Si quelques exceptions comme Samuel Sanchez ou Chris Horner demeurent sans contrat et pourraient faire le bonheur de certains au dernier moment, les jeux sont faits. Alors voici venu le moment de comparer le marché de chacun, et nous commençons avec ceux dont la pêché a été particulièrement bonne !

Lotto-Belisol : L’équipe de Marc Sergeant a été particulièrement active cet automne, avec neuf arrivées et sept départs – pour le moment. Alors recruter à tout va, on le sait bien, ne mène pas forcément à la réussite. Mais force est de constater que chez les Belges, on a fait ça intelligemment. Pas de stars, mais de nombreux coureurs de talent avec une bonne marge de progression. Ainsi, l’effectif de l’an passé, qui ne pouvait compter que sur Roelandts et Vanendert pour les classiques et Van den Broeck pour les courses par étapes, va être considérablement étoffé. Le polyvalent Tony Gallopin apportera sa pierre à l’édifice sur les courses d’un jour ou sur les sprints, alors que le régulier Maxime Monfort sera une valeur sûre pour tenir le rythme sur trois semaines. Sans oublier les recrutements de Kris Boeckmans et Pim Ligthart, mais surtout de Sean de Bie, grand espoir du cyclisme belge. Avec des cadres qui sont tous restés, Lotto sera une équipe à surveiller de près en 2014.

Les arrivées : Sander Armee, Vagard Breen, Stig Broeckx, Kris Boeckmans, Sean de Bie, Tony Gallopin, Pim Ligthart, Maxime Monfort, Boris Vallee.

Les départs : Dirk Bellemakers, Gaëtan Bille, Brian Bulgac Vicente Reynès, Frederique Robert, Jurgen Van de Walle, Joost Van Leijen.

Orica-GreenEdge : Chez les Australiens, comme chez Lotto, pas de stars en vue, mais un recrutement intelligent basé sur la jeunesse. Si Matthew Hayman apportera toute son expérience des classiques (et remplacera numériquement Langeveld), il est la seule recrue, avec Ivan Santaromita, à avoir déjà connu le World Tour. A côté, les nouveaux venus, pour beaucoup, découvriront carrément le monde professionnel ! Caleb Ewan, l’un des plus grands espoirs mondiaux, sera bien chez Orica l’an prochain, tout comme les frères Yates, très en vue sur la fin de saison, et Damien Howson, dont les Aussies attendent beaucoup. Tous les profils seront représentés, histoire de sortir du cliché de la première année qui faisait de la structure australienne les successeurs de la défunte HTC-Columbia, ne jurant que par les sprints. D’ailleurs, si tous ces jeunes prouvent le changement de philosophie d’Orica, l’homme qui dès l’an prochain décrochera des succès pourrait bien être Esteban Chaves. Longtemps handicapé par des blessures, le Colombien va découvrir les grands tours, et on a déjà hâte.

Les arrivées : Esteban Chaves, Caleb Ewan, Matthew Hayman, Damien Howson, Ivan Santaromita, Adam & Simon Yates.

Les départs : Fumiyuki Beppu, Baden Cooke, Sebastian Langeveld, Travis Meyer, Stuart O’Grady, Wesley Sulzberger, Daniel Teklehaimanot.

Astana : Avec Vincenzo Nibali en son sein, la formation kazakhe a évidement axé son recrutement sur des coureurs capables d’aider encore un peu plus le Sicilien. Michele Scarponi, gros coup de l’automne pour les Kazakhs, sera donc un lieutenant de choix pour le Squale sur le prochain Tour de France. Un temps, on a cru que Franco Pellizotti suivrait la même trajectoire, mais le MPCC en a décidé – logiquement – autrement. Du coup, il faudra se contenter de Mikel Landa, le jeune espoir jusque là pensionnaire de l’équipe Euskaltel. Sans oublier Lieuwe Westra, sans équipe lui aussi après l’arrêt de Vacansoleil et qui a trouvé un point de chute au sein de la formation d’Alexandre Vinokourov. Avec deux seuls départs, et de coureurs plutôt discrets ces dernières saisons, Astana a enrichi un effectif déjà excellent, en prolongeant tous ses bons éléments. C’était le minimum pour faire perdurer l’espoir d’une victoire finale sur la Grande Boucle face à la machine Sky.

Les arrivées : Danill Fominykh, Valentin Iglinskiy, Mikel Landa, Michele Scarponi, Lieuwe Westra.

Les départs : Assan Bazayev, Egor Silin.

Omega-Pharma Quick-Step : Le départ de Sylvain Chavanel est évidemment une mauvaise chose pour l’équipe de Patrick Lefevere. Le Français était l’un des plus réguliers de son équipe sur les classiques printanières, et semblait chaque année se rapprocher d’un grand succès tant attendu. Mais le Viennois est parti, emmenant avec lui son ami Jérôme Pineau, alors il a fallu reconstruire. Et OPQS l’a bien fait. Dépourvue de leader sur les grands tours, la structure flamande a fait signer Rigoberto Uran, deuxième du dernier Giro et en quête de reconnaissance. Pour l’épauler, le staff a saisi toutes les opportunités. Thomas De Gendt et Wouter Poels, sans équipes après l’arrêt de Vacansoleil, ont été invité à rejoindre la formation désormais ambitieuse sur les courses par étapes. Bakelants revient lui aussi au pays après quelques années chez Radioshack, et le jeune Alaphilippe franchit la marche entre l’équipe réserve et les professionnels. Enfin, autre très joli coup d’Omega-Pharma Quick-Step cet automne, la signature d’un Mark Renshaw en perdition chez Belkin, qui emmènera de nouveau Mark Cavendish dans les sprints.

Les arrivées : Julian Alaphilippe, Jan Bakelants, Thomas De Gendt, Wouter Poels, Mark Renshaw, Rigoberto Uran, Petr Vakoc.

Les départs : Sylvain Chavanel, Dries Devenyns, Jérôme Pineau, Kristof Vandewalle, Peter Velits.

IAM : La formation suisse n’a pas fait d’excès, et ne compte que cinq nouveaux arrivants pour deux partants. Ce qui n’a pas empêché Serge Beucherie et son staff de très bien choisir ces coureurs. Sylvain Chavanel est arrivé en grande pompe, avec l’objectif de mener l’équipe IAM sur les plus grandes classiques et surtout sur le Tour de France. Accompagné en provenance d’Omega-Pharma Quick-Step de son ami et compatriote Jérôme Pineau, qui souhaite recourir pour lui après avoir été un équipier chez Patrick Lefevere, le duo français pourrait faire des miracles ! Même le départ de Bandiera a été comblé avec les arrivées conjuguées de Roger Kluge et Vicente Reynès pour porter haut les couleurs d’IAM dans les sprints. Mais la recrue phare – au moins aussi importante que Chavanel chez nos amis Suisses – est bien sûr Mathias Frank. Lui le local, très à l’aise sur les courses d’une semaine, pourrait bien mener IAM bien plus haut qu’espéré et prouver à tous que la Suisse est un pays de vélo.

Les arrivées : Sylvain Chavanel, Mathias Frank, Roger Kluge, Jérôme Pineau, Vicente Reynès.

Les départs : Marco Bandiera, Alexandr Pliuschin.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Robin Watt ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.