A peine le livre « Mon année de rêve » retraçant sa surdomination quasi « merckxiste » en 2011 achevé, Philippe Gilbert aspira à retracer sa prochaine saison via la plume du même journaliste, Stéphane Thirion.  Mais alors, me direz-vous, que trouve-t-on dans cette deuxième édition ? Recueil émouvant d’un brave champion sincère ou arnaque à but purement lucratif destinée à tromper les fans aveuglés par les prouesses de leur « star » ? La réalité est évidemment bien plus nuancée.

Dans la première partie, Philippe Gilbert explique les causes de cette descente aux enfers, de cette désillusion, qui sont souvent toutes autres de celles communiquées à l’époque dans les médias. En effet, ce mal de dents tant évoqué et utilisé comme unique motif de cette méforme ne fait, en réalité, que s’ajouter à d’autres soucis tels l’entraînement intensif de sa nouvelle formation, un planning surchargé après une saison déjà épuisante ou encore le matériel bien différent chez BMC.

Cadel, Tom et les autres…

Durant cette période douloureuse, le champion tant idolâtré en 2011 va être le sujet d’articles peu élogieux rédigés par des journalistes pas forcément très respectueux, oubliant en une déception, toutes les prouesses, toutes les victoires de l’année à peine écoulée. Lors de l’annonce de sa sélection pour les championnats du monde 2012, certains journalistes oseront même affirmer que « Phil » ne la tient que de son année 2011, qu’il ne la mérite pas… Aujourd’hui, sans aucun doute, ils s’en mordent les doigts.

Plus loin dans le livre, le Belge raconte aussi sa participation au Tour. Il confie n’apprécier guère cette compétition car lorsque comme lui on ne souhaite pas jouer le classement général, il est très difficile d’y gagner quelque chose. Cela étant, il se devait d’y être dans le rôle d’équipier pour Cadel Evans, vainqueur de l’édition 2011.

Pour clore cet ouvrage, la victoire du Remoucastrien aux Championnats du monde fait office de cerise sur le gâteau. Il confie que ce rêve de gosse réalisé de revêtir le maillot arc-en-ciel toute l’année est l’un des plus beaux moments de sa carrière, sans oublier de remercier le second leader de l’équipe belge à Valkenburg, Tom Boonen. En effet, le champion de Belgique en titre ne lui a en aucun cas tenu rigueur de son attaque décisive et l’a félicité sincèrement à l’arrivée.

Tant les passionnés de la petite reine que les admirateurs du champion du monde en titre retrouveront dans ce livre, proche de l’hagiographie, les moments forts de cette saison contrastée, pouvant ainsi mieux les comprendre et donc mieux les apprécier.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Tom Duterme ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.