En 2012, Joaquim Rodriguez avait su dompter la pluie pour s'imposer en Lombardie - Photo Il Lombardia
5 octobre 2013
pub Grupetto Shop

Les grimpeurs rois en Lombardie

Dernière grande classique de l’année, le Tour de Lombardie ne fait plus figure de clôture de la saison européenne. Décalée deux semaines plus tôt qu’à son habitude depuis la réforme du calendrier World Tour fin 2011 et la mise en lumière du Tour de Pékin, la course lombarde a perdue son statut mais pas ses lettres de noblesse. En effet, le raccourcissement de l’intervalle entre les Mondiaux et le monument rehausse considérablement le plateau et le niveau de forme des participants. Un changement de date donc, mais aussi de parcours, qui favorise encore d’avantage les grimpeurs. Il y a donc de grandes chances d’assister à un scénario similaire à celui de l’année dernière, qui avait confirmé la mise au ban des puncheurs au profit des leaders hispaniques, enfin dominateurs après des années d’échec en terre italienne.

– Les Favoris

***** Joaquin Rodriguez : Premier vainqueur espagnol du Tour de Lombardie, Purito prépare sa revanche des derniers Mondiaux, qui lui auront forcément laissé un goût amer tant le Catalan est passé près du titre face à Rui Costa. Sur un parcours qu’il affectionne, avec la perspective d’effacer cette déception et par la même occasion de reprendre sa place de n°1 mondial, on l’imagine mal rater le coche. Le tenant du titre est le principal favori à sa propre succession.

**** Rui Alberto Costa : Dans la foulée de sa consécration florentine, Costa aura à cœur de prouver qu’il mérité de porter le maillot irisé. Pas question donc de se cantonner à un rôle d’équipier en Lombardie, comme avaient pu le faire Ballan pour Cunego, puis Evans pour Gilbert, à chaque fois avec succès. Valverde ne s’est jamais montré à son aise sur cette course, et Quintana ne semble pas à 100% de ses capacités. Le Portugais aura donc le champ libre.

– Les Outsiders 

*** Michele Scarponi : Excellent au service de Nibali au sein de l’équipe d’Italie, Scarponi termine la saison en trombe. Il vient de signer son premier succès depuis près de deux ans, sur le Grand Prix de la côte Etrusque, finalisant la démonstration de l’équipe Lampre. Second derrière Gilbert en 2010, il pourrait profiter de l’élan formidable qui pousse la formation fuchsia pour enfin s’imposer sur une classique d’envergure.

*** Vincenzo Nibali : S’il a clairement franchi un nouveau cap sur les courses par étapes et amélioré sa façon d’aborder les fins de saison, Nibali n’est plus un gagneur sur les courses d’un jour. Invisible à Liège ou Milan-Sanremo, et pas plus en vue sur les autres classiques, il ne retrouvera pas en Lombardie un circuit aussi usant qu’à Florence, et aura bien du mal à finir en solitaire tant son manque de punch lui fera défaut. Néanmoins,ses capacités de descendeur et de rouleur pourraient s’avérer être des atouts précieux.

*** Ivan Santaromita : Le champion d’Italie progresse à grande vitesse. Simple équipier durant ses premières années professionnelles, le futur coureur d’Orica-GreenEdge est désormais un puncheur redouté. Ses accélérations violentes sur la dernière Vuelta témoignent de sa capacité à jouer les troubles fêtes en Lombardie.

*** Domenico Pozzovivo : Le lutin d’AG2R n’a pas encore gagné en 2013. Surprenant quand on connait son parcours formidable avec l’équipe de Vincent Lavenu, dont il est devenu le leader absolu. Sa nouvelle dimension lui permettra sans doute d’améliorer sa 6e place de 2011, qui reste pour le moment son meilleur résultat obtenu en Lombardie.  6e, c’est aussi la place obtenu par Pozzovivo sur la dernière Vuelta.

*** Rigoberto Uran : Discret lors du Tour d’Espagne, Uran a rassuré en étant dans le coup pour la victoire jusqu’à sa chute fatale aux Championnats du Monde. Seulement légèrement touché, le 3e de la dernière édition devrait encore se montrer à son avantage sur l’un de ses classiques de prédilection.

– A ne pas sous-estimer

** Alberto Contador : Il n’est plus tout à fait le Pistolero, et n’a pu faire mieux que 9e au sommet de sa condition en 2012… Mais Contador dans un bon jour reste un danger potentiel sur ce type de tracé, où les grimpeurs seront rois.

** Oliver Zaugg : Coéquipier de Contador, Zaugg n’est ni plus ni moins que le vainqueur du Tour de Lombardie 2011. Encore 8e l’année suivante, le grimpeur suisse semble avoir fait de cette course le point culminant de ses saisons. S’il échappe à son statut d’équipier, il pourrait une nouvelle fois surprendre son monde.

** Warren Barguil : Offensif, Barguil fait partie des quelques coureurs français capables de réaliser un authentique exploit sur les routes lombardes. Propulsé leader de l’équipe Argos-Shimano, on a hâte de voir quel sera son comportement sur une telle classique.

* Jan Bakelants : Horner blessé et Schleck aux pâquerettes, la révélation du dernier Tour de France réalise une très belle fin de saison. Plus encore que Gilbert, c’est le Belge à suivre.

Mentions : Philipe Gilbert, Alexandr Kolobnev, Franco Pellizotti, Robert Gesink, Thibaut Pinot, Alejandro Valverde, Giovanni Visconti, Damiano Cunego et Sergio Henao.

>

pub Grupetto Shop

Poster un commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me prévenir