L’Eneco tour a pris ses quartiers à Coxyde, station balnéaire belge, où beaucoup plus de touristes que de passionnés avaient rallié le grand départ de l’édition 2013 pour voir les 167 coureurs partants dont quelques grands noms comme Gilbert, Wiggins, Chavanel, Greipel, Kittel et Boom, le vainqueur de l’édition précédente. Lors de cette épreuve du World Tour, les participants emprunteront les routes sinueuses du plat pays. D’abord dans les Ardennes flamandes où ils rouleront plusieurs kilomètres sur les routes du tour des Flandres lors de la deuxième étape. Sur la Redoute, samedi, le Tour du Benelux risque de prendre un autre tournant, les puncheurs et les grimpeurs pourront enfin s’exprimer après avoir laissé la part belle aux sprinteurs qui vont batailler pour  une victoire durant la semaine sur les grandes lignes droites du plat-pays, exposées au vent. Dimanche, l’arrivée finale sera jugée au sommet du célèbre mur de Grammont.

Au départ, les coureurs étaient assez accessibles, proches du public qui entourait massivement particulièrement les cars d’Omega-Pharma Quick Step et de BMC, où la star du jour était Philippe Gilbert, le champion du monde qui court toujours après un résultat cette saison. Celui-ci a quitté très rapidement le bus de son équipe pour aller signer la feuille au départ et rejoindre la ligne d’arrivée sans se livrer au bain de foule. Concentré ? Dans la presse belge, ce lundi matin, il affichait clairement ses ambitions, il faut une victoire avant Florence pour le Wallon. Deux autres coureurs belges en vogue en ce moment étaient au départ, Maxime Monfort qui a participé la veille au championnat de Belgique de contre la montre (remporté par Kristof  Vandewalle) et avec lui, Jan Bakelants. Tous deux très satisfaits après leurs résultats sur le Tour, ils étaient détendus, signaient des autographes et prenaient des photos avec des fans. Ils sont présents pour aider le nouveau champion de Belgique, Stijn Devolder, qui avait l’ambition de briller sur un parcours qui lui convenait parfaitement. Mais à l’arrivée, il a près de deux minutes de retard. On attend donc de voir si les deux larrons joueront leur carte personnelle.

Et les français ?    

Sylvain Chavanel est la seule véritable chance française au général, lui qui est convoité par AG2R La Mondiale mais qui n’a pas encore fait de choix pour l’année prochaine. Cette épreuve décidera peut-être de son avenir. Suite à la blessure de Tom Boonen qui a annoncé la semaine dernière qu’il ne prendrait pas le départ de la course, il est le leader de l’équipe de Patrick Lefevere. Il roulera avec l’Italien Petacchi qui fait son grand retour dans le peloton après avoir arrêté quelques mois. Arnaud Démare sera l’outsider sur les sprints où les trains Argos et Lotto vont se jouer des coudes. Arnold Jeannesson a expliqué : « toute l’équipe FDJ.fr sera regroupée autour d’Arnaud  pour essayer de tenter quelque chose au sprint durant les premiers jours, surtout les trois premiers qui seront parfait pour lui. Ensuite, nous allons voir pour le général, si une opportunité se présente, nous la prendrons. Les quelques bosses de la deuxième étape ne nous font pas peur, elles ne devraient pas poser problème. »  

La première étape est partie très rapidement : après 25 kilomètres, l’échappée  composée de deux Topsport Vlaanderen et d’un Accent Jobs, les deux équipes invitées sur l’Eneco Tour, avait déjà plus de 8 minutes d’avance. Néanmoins,  à cause du vent qui soufflait en rafales le long du parcours, De Vreese, Jacobs et Verraes ont été repris par le peloton à 15 bornes de l’arrivée.  Renshaw a ensuite fait le coup du kilomètre pour remporter la première étape à Ardooie, devenant ainsi le premier leader deux secondes devant le reste du peloton, où Greipel a fait jouer sa puissance pour prendre la deuxième place. Les prochains jours s’annoncent au moins aussi disputés…

Maxime Hantson

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Robin Watt ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.