Malgré le forfait de dernière minute de Christopher Froome, le plateau de Tirreno-Adriatico est d’un niveau exceptionnel. Alberto Contador, Vincenzo Nibali et Nairo Quintana, tous les trois vainqueurs d’un grand tour la saison dernière, devraient se disputer la victoire finale. Comme un avant gout du prochain Tour de France.

– Les Favoris

***** Alberto Contador : Sur le Tour d’Andalousie, on a eu droit au premier round entre le Madrilène et son rival britannique. Si même pour le Pistolero, rien n’est joué d’avance, il se pointe en favori logique compte tenu de l’absence de Froomey. Et avec Basso et Kreuziger comme lieutenants, il n’en demeure pas moins l’homme le mieux accompagné du peloton lorsque la route s’élève. Mais surtout, le fait qu’il soit le seul des favoris à viser le Giro justifierait une montée en puissance plus précoce qui pourrait lui faire survoler la semaine italienne.

**** Vincenzo Nibali : Comme Contador, le Squale a déjà remporté l’épreuve, et même deux fois ! Pour autant, il ne s’aligne pas au départ avec autant de certitudes que l’Espagnol. Discret à Dubaï puis à Oman, il a aussi été en difficulté ce week-end lors des Strade Bianche. Ses objectifs ne sont pas tout proches et sa forme arrive donc très progressivement, ce qui pourrait l’empêcher de titiller le Pistolero sur la Course des deux mers. Malgré tout, sa grande connaissance du terrain et sa motivation décuplée à domicile en font un rival sérieux pour Contador.

**** Nairo Quintana : Si l’on excepte les championnats de Colombie début février, cela fait presque deux mois que le grimpeur de la Movistar n’a pas couru. Sur ce Tirreno, il effectue donc la véritable reprise de sa saison, ce qui pourrait lui coûter un petit temps de mise en route. Les premières étapes, assez tranquilles sur le papier, devraient le lui permettre, car c’est de toute façon dimanche, lors de la montée vers Terminillo, que le général devrait se jouer. Et Quintana, sur une montée, est largement capable de faire assez d’écart pour s’assurer un sacre.

– Les Outsiders

*** Joaquim Rodriguez : A 35 ans, le Catalan entame une nouvelle saison sans que l’on sache vraiment ce qu’il pourra y décrocher. Mais sa saison 2014, et sa dernière Vuelta, ne laissent pas encore penser que le leader de la Katusha est trop vieux pour jouer les premières places. Quatre fois vainqueur d’étape sur Tirreno, Rodriguez n’y a pourtant jamais fait mieux que cinquième au général. Malheureusement, le chrono par équipes remplacé au dernier moment par un prologue n’est pas pour l’avantager.

*** Thibaut Pinot : Après Bessèges et Oman, le Français va refaire face, sur une épreuve qui compte, à la concurrence qu’il devra affronter sur le prochain Tour de France. Préférant une nouvelle fois l’épreuve italienne à Paris-Nice, le Franc-Comtois aura à cœur de faire mieux qu’en 2012 (50e) et 2014 (abandon). Cela passera par un gros week-end, dans la roue des cadors.

*** Rigoberto Uran : Le Colombien va disputer sa première course à étapes de la saison, mais sa septième place sur les Strade Bianche a de quoi le rassurer. Tout comme le prologue, qui s’ajoute au chrono final, ce qui n’est pas pour lui déplaire. Son directeur sportif Davide Bramati a en effet assuré que ce serait un avantage pour lui. S’il devra cohabiter avec Cavendish, sa présence avec les meilleurs ne fait pas de doute.

** Bauke Mollema : La recrue phare de l’hiver pour l’équipe Trek va enfin pouvoir se confronter à la concurrence. Plutôt en forme en ce début de saison, le Néerlandais n’est cependant pas un habitué des grandes performances sur Tirreno-Adriatico, et cherchera sans doute plus à se rassurer qu’à aller titiller les favoris.

– A ne pas sous-estimer

** Daniel Martin : Si la course italienne est devenue un passage régulier de l’Irlandais ces dernières saisons, il a tendance à s’y rendre avec très peu de jours de courses dans les jambes. Cette année, il n’a couru que trois jours, et manquera clairement de rythme cette semaine. Jouer le général paraît donc compromis.

** Domenico Pozzovivo : Poursuivant sa préparation hors des pelotons depuis le Tour Down Under, l’Italien fait son retour à la compétition dans une certaine inconnue. Sa condition reste un mystère, mais étant donné son programme, axé sur les ardennaises et le Giro, on peut imaginer qu’il sera en mesure d’être parmi les meilleurs cette semaine.

* Leopold König : En l’absence de Chris Froome, le Tchèque devrait récupérer le leadership de la Sky. S’il ne venait à l’origine que pour se préparer en vue du Giro, ces libertés inattendues pourraient le propulser un peu plus haut que prévu.

* Pierre Rolland : Si les objectifs du Français sont encore lointains, il ne peut se permettre de venir en touriste sur une épreuve où Europcar est invitée. Leader de l’équipe de Bernaudeau, il a le devoir de prouver ses qualités, pour le bien de toute sa formation.

Mais aussi : Roman Kreuziger, Carlos Betancur, Jürgen van den Broeck, Ryder Hesjedal, Mikel Nieve, Alessandro De Marchi, Fabio Duarte.

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de Robin Watt ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.