La Montagne de Lure, juge de paix de la cinquième étape, est le premier grand rendez-vous de ce Paris-Nice.

Avec l’arrivée ce vendredi à La Montagne de Lure, les coureurs de Paris-Nice vont entrer dans la phase décisive de la Course au Soleil, celle qui nous amènera jusqu’au sommet du col d’Eze dimanche soir et nous dévoilera son grand vainqueur. Si ces cinq premiers jours étaient ceux des premiers écrémages et de la survie pour la plupart des prétendants au maillot jaune,  ils vont désormais devoir abattre leurs cartes sur un parcours montagneux et autrement plus sélectif. Et force est de constater que tout reste à faire dans ce Paris-Nice, puisque les candidats sont encore nombreux et se tiennent en une poignée de secondes…

Paris-Nice cherche leader

A l’annonce du parcours de la 71ème édition de Paris-Nice, on se doutait que la différence se ferait lors de l’ascension vers Lure puis dans le chrono final sur le col d’Eze, la première partie du parcours étant jugée sans grande difficulté. Ces impressions n’étaient pas trompeuses puisqu’au départ de la 5ème étape à Chateauneuf-du-Pape, les coureurs sont encore vingt-trois à se tenir en moins d’une minute et le Top 10 tient sur quinze secondes seulement. Mais au delà du point de vue comptable, on a vu une grande homogénéité  dans le niveau affiché par les prétendants à la victoire finale. Pas une équipe  ou un coureur en particulier n’a mis la main sur ce Paris-Nice et le déroulement de la course s’en ressent : les étapes sont difficiles à contrôler et chaque protagoniste a son mot à dire. Si la logique fut respectée sur les deux sprints menant vers Nemours et Cerilly, Damien Gaudin a surpris tout son monde en enlevant le prologue inaugural et Andrew Talansky a jailli entre les gouttes pour lever les bras à Brioude au terme d’un final incontrôlable. Le maillot jaune change d’épaules chaque soir et l’Américain sera le premier à pouvoir le garder un deuxième jour de suite. Paris-Nice cherche un réel leader et les seconds couteaux en profitent à merveille.

La rédaction avait dégagé au départ à Houilles trois hommes susceptibles d’enlever le maillot jaune à Nice, et une pléiade d’outsiders à l’affut. Avant les premiers rendez-vous montagneux, la plupart d’entre eux est encore dans le coup. Les grands favoris Tejay Van Garderen (12ème à 16s) et Lieuwe Westra (6ème à 6s) ont confirmé qu’ils étaient en forme et se sont contentés pour l’heure de suivre le mouvement, alors que Robert Gesink a loupé le coche dans la descente vers Brioude et pointe déjà à une minute. Mais rien d’insurmontable pour le Néerlandais qui affiche un état très satisfaisant et qui détient les meilleures qualités de grimpeurs du peloton en lice. Les habitués des courses d’une semaine Peter Velits, Richie Porte ou encore Andreas Kloden sont bien présents alors que Michele Scarponi et Nicolas Roche font pour le moment leur chemin sans bruit. Les Français sont aussi à l’heure puisque Sylvain Chavanel, Jean Christophe Perraud et Arnold Jeannesson sont à moins de 20 secondes du leader. Mais qui mène la meute ? Le jeune américain Andrew Talensky. Le Floridien, très discret et opportuniste, s’est emparé de la tunique jaune après sa victoire à Brioude et a fait preuve d’une grande maitrise sur les routes menant à St Vallier, se retrouvant pourtant rapidement sans équipiers.

S’affirmer à Lure, Eze pour conclure

Tout ce beau monde va pouvoir en découdre dès demain sur les rampes de La Montagne de Lure, petite sœur du mythique Mont Ventoux et juge de paix de la 5ème étape. Bien qu’aux pentes régulières et raisonnables, elle va pouvoir opérer dans un premier temps une sélection par l’arrière puis livrer les meilleurs grimpeurs à eux même pour une bataille qui s’annonce très ouverte. Les premières tendances vues en ce début de semaine pourraient se confirmer au même titre qu’une surprise pourrait arrivée. L’impressionnante BMC de Van Garderen aura tout intérêt à rapidement isoler Talansky sur les rampes sud-alpaises pour pouvoir déboussoler le coureur de la Garmin. Les grimpeurs en retard devraient se montrer très offensifs à l’image de Robert Gesink ou encore Nairo Quintana, et les moins à l’aise toucheront leurs limites pour pouvoir limiter la casse au classement. Nous verrons beaucoup plus clair au soir de cette étape vers Lure mais le classement ne sera pas pour autant figé. Il restera en effet le contre la montre final sur les rampes du col d’Eze dimanche pour désigner le vainqueur de la Course au Soleil. Exercice qui devrait nettement avantager “TVG”, Westra et même Talansky s’il est encore dans le coup dimanche matin. Après un début de semaine venté et piégeux, place aux reliefs du sud-est hexagonal. Paris-Nice commence maintenant, à bas les masques.

Amine Ladouani


 

Buy me a coffeeOffrir un café
Vous avez aimé cet article de ? Participez à l'élaboration du prochain en contribuant aux frais d’hébergement du site.