L'armada Etixx, Geraint Thomas ou encore Sep Vanmarcke peuvent espérer l'emporter ce dimanche - Photo Sky
4 avril 2015
Par  Robin Watt 

Quand le Tour des Flandres devient accessible

Quand Tom Boonen et Fabian Cancellara sont au départ d’un Tour des Flandres, depuis une dizaine d’années, il faut être sacrément costaud pour espérer leur voler la victoire. Alessandro Ballan, Stijn Devolder et Nick Nuyens sont les seuls à y être parvenus depuis 2005. Mais cette année, avec l’absence des deux monstres des flandriennes, ils sont nombreux à pouvoir espérer lever les bras à Audenarde.

– Les Favoris

**** Geraint Thomas : Le Gallois, sur l’enchaînement E3 – Gand-Wevelgem, s’est clairement montré comme l’homme le plus costaud du peloton. Capable de lâcher presque n’importe qui à la pédale, il a levé les bras à Harelbeke avant de monter sur le podium à Wevelgem. Pour la dernière flandrienne où il aura carte blanche – avant ensuite d’aider Wiggins sur Paris-Roubaix -, Thomas aura à cœur de jouer la victoire. Ses qualités de puncheur et sa confiance maximale seront des atouts pour le mener dans les meilleures conditions jusqu’à Audenarde.

**** Niki Terpstra : Le Néerlandais, en l’absence de Boonen, a reçu les clés de la maison Etixx Quick-Step. Il a une véritable armada autour de lui, et des expériences passées plutôt encourageantes sur le Ronde (deux fois 6e, en 2012 et 2014). Sa deuxième place à Wevelgem dimanche dernier a aussi permis de rassurer Patrick Lefevere quant à la condition de son leader de substitution. Seul hic, ses errements tactiques, qui ne lui seront pas permis sur ce Tour des Flandres. La course se joue souvent en un rien de temps, et il est primordial de prendre – rapidement – la bonne décision.

**** Greg van Avermaet : Le Flamand est quelque peu entre deux eaux. On l’avait vu très en forme sur le week-end d’ouverture des classiques flandriennes, et plus récemment sur Milan-Sanremo. Mais sa chute sur le GP E3 l’a empêché d’y jouer un rôle déterminant, et sans doute aussi sur Gand-Wevelgem, où il est resté discret. Deuxième à Audenarde l’an passé, celui qui a levé les bras sur une étape de Tirreno-Adriatico au mois de mars sait cependant qu’il a là une énorme opportunité de décrocher un monument.

– Les Outsiders

*** Sep Vanmarcke : Lui est déjà monté sur le podium du Ronde et de Roubaix, et pourtant, on a du mal à savoir ce qu’il sera capable de faire ce dimanche. Toujours placé depuis le début des classiques, il n’a pas encore gagné, et ne s’est même jamais montré réellement entreprenant. A chaque fois, il se contente de suivre le plus longtemps possible, avant de prendre un accessit. Il n’y a qu’à espérer qu’il se préservait en prévision de son épreuve fétiche.

*** Peter Sagan : Le Slovaque n’est pas épargné par les critiques depuis le début de saison, et il faut dire qu’il n’a pas tout fait pour les éradiquer. Clairement en difficulté sur le plan mental, il prend de moins en moins les bonnes décisions. Pourtant, il reste l’un des coureurs le plus forts physiquement, et cela pourrait lui suffire, dans un grand jour, pour faire la différence dans les bergs.

*** Zdenek Stybar : Il sera la deuxième lame de l’équipe Etixx Quick-Step. Moins bon rouleur que Terpstra, il est cependant plus à l’aise dans les bosses, et largement capable d’accompagner les meilleurs dans l’enchaînement Vieux Quarement – Paterberg. Reste à savoir si Lefevere le laissera jouer sa carte personnelle, ou s’il devra se sacrifier pour un leader qui ne présente pas toutes les garanties.

** Alexander Kristoff : Etincelant cette semaine sur les Trois jours de la Panne, le Norvégien arrive au départ du Tour des Flandres la confiance au plus haut et le couteau entre les dents. Après avoir terminé dans le top 5 ces deux dernières années, il espère bien franchir un cap et lever les bras. Mais il lui faudra pour cela accompagner les meilleurs jusqu’au sprint.

– A ne pas sous-estimer

** Lars Boom : Le nouveau leader de l’équipe Astana n’a pas pu rassuré depuis dix jours, la faute à une chute sur le GP E3 qui a mis en péril sa participation aux deux monuments pavés. Finalement il est bien là, mais sa condition reste un mystère.

** Sylvain Chavanel : S’il n’est pas parvenu à prendre le bon coup sur Gand-Wevelgem, le Français a malgré tout tenté de partir en contre. C’était voué à l’échec, mais ça a prouvé qu’il avait confiance en lui et en ses jambes.

* Jürgen Roelandts : On se rappelle de son numéro sur le Tour des Flandres 2013, et il nous l’a refait dimanche dernier vers Wevelgem. A l’aise sur les pavés, surtout quand il est seul face au reste du peloton, le Flamand sera à surveiller.

* John Degenkolb : Comme Kristoff, il cartonne depuis le début des classiques. Mais comme Kristoff, il aura besoin de tenir jusqu’au sprint pour espérer lever les bras. Sauf que tout le monde essaiera de se débarrasser de lui avant la dernière ligne droite.

* Filippo Pozzato : Il est difficile de savoir quoi attendre de l’Italien tant la régularité lui fait défaut. Mais sur l’étape pour puncheurs de Tirreno, on l’avait vu à son avantage, ce qui laisse envisageable de le voir sortir de sa boîte au meilleur moment.

* Björn Leukemans : Le Flamand, lui, est la régularité incarnée. Toujours placée, jamais gagnant. Cette année, à 37 ans, il a un peu de mal, mais c’était pire l’an passé, et il avait terminé neuvième du Ronde. Alors ne l’enterrons pas.

Mentions : Stijn Vandenbergh, Luca Paolini, Ian Stannard, Stijn Devolder, Heinrick Haussler, Sebastian Langeveld, Yoann Offredo et Matthew Hayman.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me prévenir
avatar
wpDiscuz