Le Slovaque enchaîne les places d'honneur, mais il va falloir penser à faire le nécessaire pour enfin lever les bras - Photo AFP
9 juillet 2015
Par  Robin Watt 

Peter, il va falloir gagner

Oui Peter, on aime te voir plaisanter avec Degenkolb, Greipel et les autres, après les sprints intermédiaires. Mais déjà, il fallait qu’on te le dise, on aime moins la queue de cheval que tu arbores depuis peu. Et puis surtout, on ne peut se satisfaire de tes innombrables deuxièmes places. On veut te voir gagner, et tu devrais y songer, parce que le maillot vert, cette année, passera sans doute par là.

Le Havre, c’était l’occasion rêvée

Ce jeudi vers Le Havre, tu avais une occasion en or de lever les bras pour la première fois depuis plus de deux ans sur le Tour. L’arrivée en côte était faite pour toi. Depuis hier, on a d’ailleurs été nombreux à repenser à tes victoires acquises sur la Grande Boucle en 2012, à Seraing ou Boulogne-sur-Mer. Les profils étaient similaires, et à l’époque, tu n’avais laissé aucune chance à tes concurrents. Alors quand tu vois Stybar qui s’en va, pourquoi ne pas y aller ? Surtout que le Tchèque, tu le connais un peu. Sur les classiques déjà, il t’as enquiquiné. Rappelle-toi les Strade Bianche, tu y étais ! Tu ne peux pas faire celui qui ne savait pas. Surtout que tout le printemps, il t’as suivi : il était dans ta roue sur Tirreno, lors de l’arrivée à Arezzo. Il était encore pas loin sur le Tour des Flandres, et il a été présent jusqu’au bout sur Paris-Roubaix, quand tu étais déjà bien loin…

Alors oui, il ne gagne pas souvent, mais c’est pas une raison pour lui laisser autant de libertés. D’autant que ce n’est pas la première fois que tu te fais avoir. Jusque là, on ne t’en voulais pas d’avoir été vaincu par André Greipel. Il est beaucoup plus puissant que toi, et il a toute une équipe autour de lui. Mais lorsque le parcours te favorise, tu dois saisir ta chance. Ce soir, tu aurais dû être en vert, mais ta deuxième place permet à l’Allemand de conserver le paletot. Rater de telles occasions n’est plus permis. Pas avec le nouveau barème, qui offre sur certaines étapes – et notamment celle d’aujourd’hui ! – 50 points au vainqueur. Ce qui a marché l’année dernière, où tu as remporté le maillot vert sans gagner une seule étape, pourrait être bien plus compliqué sur ce Tour 2015. Greipel est vraiment impressionnant, et en l’absence de Kittel, il pourrait faire une véritable razzia. Tu dois donc absolument réagir si tu veux encore monter sur le podium parisien, et te rapprocher du record de Zabel, détenteur de six maillots verts consécutifs.

En retard sur tes temps de passages

D’autant que Peter, on ne voudrait pas te porter la poisse, mais ces trois dernières années, au soir de la sixième étape, tu portais le maillot vert. On veut bien ne pas pinailler, et dire que ce soir tu n’es franchement pas loin, à seulement trois points de Greipel. Mais si l’on en croit les premiers sprints de la semaine, l’arrivée de demain n’est pas faite pour toi, et tu seras relégué un peu plus loin encore. Dans les deux prochaines semaines, il va donc falloir que tu t’actives pour aller chercher des points : à Cambrai et au Havre, tu en as pris, pas Greipel, et ça n’a pas suffit ! D’où la nécessité de passer la vitesse supérieure. L’arrivée à Mur de Bretagne, samedi, pourrait t’offrir une nouvelle opportunité de faire la différence. Mais ça ne suffira pas, et vers Rodez ou Valence, tu seras aussi attendu, malgré ton isolement chez Tinkoff. Alors brise le mauvais sort et lève les bras, sinon, on va commencer à s’inquiéter sérieusement…

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Peter, il va falloir gagner"

Me prévenir
avatar
James
James

C’est clair.
J’en peux plus de toutes ces places de 2.

Isaak
Isaak

Je suis indulgent avec Sagan en ce moment compte tenu de son statut chez Tinkoff-Saxo, avec une priorité donnée aux intérêts de Contador. Etant seul, il n’allait pas larbiner pour ses concurrents du jour et ainsi leur offrir la victoire sur un plateau en chassant Stybar. La victoire du Tchèque l’arrange qq part même s’il aurait bien évidemment souhaité gagner afin de vaincre le signe indien; ils se connaissent relativement bien et je suppose que ceci atténue sa déception. De plus, ce n’est pas comme s’il était au sein d’une formation entièrement dévouée à sa cause, avec un devoir personnel de lever les bras pour les copains qui ont taffé toute la journée comme ce fut le cas les années antérieures, ici le cadre est différent en bcp de points. Concernant le maillot vert, je pense qu’au vu de sa grande polyvalence, il dispose d’un certain matelas fictif sur Greipel, et ce en dépit d’un éventuel labeur qu’il devrait effectuer pour Contador en fonction de sa position au général. Il a déjà connu ça avec Nibali lors de son premier TdF.

Contador sur la loire
Contador sur la loire

Toujours 2… Mais quel travail pour Alberto sur l’étape des pavés! Concernant le maillot vert, attention à Degenkolb !

Gentleman
Gentleman

Sagan s’est peut-être dit qu’il était plus intéressant de favoriser la prise de points de la victoire d’étape par Stybar, moins dangereux au classement par points que ceux qu’il avait dans la roue, plutôt que d’emmener de bons sprinteurs derrière lui ?

gilbert5866
gilbert5866

En attendant il est déjà maillot vert (après 8e étape ) alors que le nouveau barème ne l’avantageait pas en début de tour

LC
LC

J’ai quand même l’impression qu’il est moins fort qu’avant et qu’il n’est plus aussi tranchant, ou alors que ses rivaux se sont rapprochés de son niveau. Avant, en une attaque, il lâchait tout le monde de sa roue et s’envolait vers la victoire. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. S’il était sorti à la poursuite de Stybar, je pense qu’il n’aurait pas fait le trou sur ses adversaires, qui auraient tous sauté dans sa roue sans grande difficulté ; il serait peut-être revenu sur Stybar mais se serait fait voler la victoire.
Sagan est devenu très massif, très musculeux. Regardez les images de 2012 et vous verrez la différence (et regardez celles de 2010 sur Paris-Nice ou sur le Tour de Californie, la différence est vraiment flagrante). Il n’est plus aussi fort dans les bosses qu’auparavant. C’est dommage, c’était quand même son domaine de prédilection.
Autre chose moins importante : en devenant si massif, je trouve qu’il est devenu moins beau à voir sur un vélo, il n’a plus cette classe qu’il avait auparavant.
Enfin, je suis d’accord pour une chose : il va falloir qu’il se rase, là ce n’est vraiment plus possible.

wpDiscuz