Julian Alaphilippe, deux fois deuxième de la Flèche wallonne, était le plus grand espoir français pour la gagne, mais il a dû déclarer forfait - Photo ASO
12 avril 2017

Peines bleues sur les Ardennes

Dans la série des grandes disettes françaises, place aux classiques ardennaises. La dernière victoire sur le triptyque, signée Laurent Jalabert sur la Flèche wallonne, fête également ses vingt bougies. Et si Julian Alaphilippe laissait planer l’espoir d’une relève, son forfait a de quoi refroidir nos ardeurs.

Pas brillant sur l’Amstel Gold Race

Le Limbourg ne sourit pas aux coureurs français avec seulement deux succès en un demi-siècle. Jean Stablinski a remporté la première édition en 1966, Bernard Hinault s’est imposé quinze ans plus tard, et c’est tout. Depuis 1997, les Bleus ont rarement trusté les premières places. Aucun n’est monté sur le podium et c’est Bryan Coquard l’an dernier qui a réalisé la meilleure performance tricolore avec une quatrième place. Peut-être que la disparition du Cauberg dans le final permettra aux Français de se refaire une place dans le palmarès de l’épreuve néerlandaise.


La Flèche presque dans le mille

Les Français sont plus en réussite sur la Flèche wallonne avec huit victoires, dont celle de Laurent Jalabert en 1997 – sacrée année pour « Jaja ». Plus récemment, Julian Alaphilippe a fini à deux reprises dans la roue du triple tenant du titre Alejandro Valverde, mais il sera forfait cette année. Un vrai regret pour le puncheur polyvalent qui avait fait des ardennaises son principal objectif de la saison. Reste à savoir qui sera capable d’aller à la bagarre dans le mur de Huy. En l’absence du coureur de Montluçon, c’est Alexis Vuillermoz a qui est l’auteur de la meilleure prestation pour un tricolore en activité avec une sixième place en 2015.


Du mieux sur Liège-Bastogne-Liège

Malgré son statut de monument, c’est peut-être sur « LBL » que les Français sont le plus présent ces dernières années. En plus de la deuxième place d’Alaphilippe en 2015, Warren Barguil et Romain Bardet ont été en mesure de jouer la gagne lors des précédentes éditions. Laurent Jalabert n’a pas été loin d’être le premier Français à succéder à Bernard Hinault, lauréat en 1980, mais Michele Bartoli l’a battu au finish deux fois de suite (1997 et 1998). Comme sur les flandriennes, la décennie des années 2000 n’a pas vraiment été probante, mais le vivier bleu semble désormais armé pour prendre le relais du Panda et du Blaireau.


Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Peines bleues sur les Ardennes"

Me prévenir
avatar
Genghis34
Genghis34

Une victoire française sur les ardennaises ? En nationalisant Valverde pourquoi pas, sinon…

chris83
chris83

Vous allez nous rejouer le même coup pour toutes les courses? Après la disette de Paris Nice, le bas du pavé des flandriennes, maintenant la peine bleue des ardennaises. Quels titres trouverez vous avant les futurs rendez vous du Giro, du Tour, de la Vuelta des mondiaux et du Lombardia? Ou simplement constater que malgré les lueurs d’espoir que projettent ça et là les jeunes français, le cyclisme français est dans une pénurie de grandes victoires depuis la retraite de Jalabert et que l’on tarde à sortir du désert….

pat
pat

C’est vraiment dommage qu’Alaphilippe soit forfait pour les ardennaises . C’était sûrement la meilleur chance française pour faire un grand résultat .

wpDiscuz