Deux podiums sur trois semaines, un Monument : Esteban Chaves est passé dans une autre dimension cette saison - Photo RCS Sport
Bilan 2016
22 novembre 2016
Par  Robin Watt 

Orica tout en haut de l’affiche

Les leaders de l’équipe australienne n’étaient pas attendus pour décrocher de tels résultats. Mais avec deux podiums sur le Giro et la Vuelta, une quatrième place sur le Tour et deux succès venus d’ailleurs sur Paris-Roubaix et le Tour de Lombardie, la saison d’Orica a dépassé toutes les attentes.

Le top : Esteban Chaves

Et dire qu’il y a trois ans et demi, après une chute sur le Trofeo Laigueglia, le grimpeur Colombien avait failli faire une croix sur sa carrière de cycliste professionnel. Le monde du vélo serait alors passé à côté d’un sacré phénomène. Cette saison, Esteban Chaves s’est imposé comme l’un des meilleurs coureurs du peloton. Il a réalisé une saison invraisemblable, qu’on ne lui prédisait pas. Maillot rose à deux jours de l’arrivée du Tour d’Italie, il a finalement craqué face à Vincenzo Nibali : mais il a sauvé sa deuxième place, confirmation de son nouveau statut depuis sa Vuelta 2015 (5e). Sur les routes espagnoles de sa révélation, il a d’ailleurs fait encore mieux que la saison passée, en allant cette fois chercher un podium – au détriment, sur l’avant-dernière étape, d’un Alberto Contador pourtant pas né de la dernière pluie. L’enfant de Bogota, qui n’était jusqu’alors jamais monté sur le podium d’un grand tour, a donc connu cet honneur à deux reprises cette année. Et comme si ça ne suffisait pas, il a ajouté à ce fabuleux bilan son premier monument avec le Tour de Lombardie. Juste phénoménal.

Le flop : Caleb Ewan

La fratrie Yates a franchi le cap attendu. Matthews, sans réaliser un exercice incroyable, a tenu son rang et décroché son premier bouquet sur le Tour. Enfin, Gerrans, le leader emblématique, peut se cacher derrière les blessures pour justifier une saison quasi blanche. Seul le jeune Caleb Ewan fait finalement office de relative déception chez Orica. En 2015, à 21 ans seulement, le sprinteur australien avait levé les bras sur la Vuelta. L’éclosion avait été précoce, mais la confirmation n’est pas encore totalement venue. S’il a remporté deux étapes à domicile, sur le Tour Down Under, il a ensuite eu du mal sur Tirreno-Adriatico et surtout sur le Giro, qu’il a quitté après douze jours de course et sans bouquet. Mais preuve de la fabuleuse saison que vit la bande à Matthew Bannan, le prodige qui laisse un petit goût d’inachevé cette année aborde tout de même l’hiver avec dans ses bagages une victoire sur la Classique d’Hambourg. Parce qu’en 2016, Orica était dans un autre monde, au-dessus de tout. Plus ou moins au paradis.



Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Orica tout en haut de l’affiche"

Me prévenir
avatar
Zdenou
Zdenou

Grosse évolution de cette quand même, il y a 4 ans c’était l’équipe la plus mauvaise du World Tour en montagne, aujourd’hui à 20s près au TDF entre Adam Yates et Quintana; ils faisaient un podium sur les 3 GT. Ils étaient pas loin de remporter un 3e monument à Liège avec Albasini aussi, dommage pour lui il l’aurait vraiment mérité.
Les Yates nous ont montré cette année qu’ils savaient tenir 3 semaines.

pat
pat

Quand je regarde votre classement j’en viens à me poser la question sur le classement world tour . Serait-il nul ne refléterait-il pas la réalité du terrain ? Dimention Data 2ème meilleure équipe de la saison avec 17/20 alors qu’elle est bonne dernière en world tour c’est étonnant .
C’est vrai que Orica a fait une belle saison . J’ai bien aimé Ce petit Chavez tant par son tempérament que par sa sympathie .
En 2012 Quick step a aussi gagné 2 monuments mais avec un seul coureur .

wpDiscuz