Maillot de champion national sur les épaules, Philippe Gilbert a réalisé l'un des exploits de l'année sur le Ronde - Photo AF-Fotografie.com
23 décembre 2017
Par  Robin Watt 

Succès divin

En cette fin d’année, il est l’heure de revivre les plus beaux moments de la saison. Ceux qui nous ont fait bondir de notre canapé, ému ou révolté. Ceux que l’on retiendra longtemps, malgré les années qui passeront. Au gré des articles marquants de 2017, nous vous proposons donc de vous replonger dans ces épisodes un peu à part. A chaud, comme si vous y étiez. Aujourd’hui, le coup de force de Philippe Gilbert sur le Tour des Flandres.

Il ne rêvait que de ça. Montrer que lui, le Wallon qui survolait il y a quelques années les ardennaises, pouvait aussi dompter les pavés flamands. Et il y est arrivé. Malgré ses 34 ans, malgré la concurrence interne, malgré des adversaires sur le papier supérieurs, c’est bien Philippe Gilbert qui a inscrit son nom aux côtés des plus grands. Dans des circonstances très particulières…

Protégé par les Dieux

Les Dieux du vélo étaient sans doute du côté de Philippe Gilbert, en ce jour de fête pour toute la Belgique. C’est d’ailleurs ce qui hante nos esprits. Jamais, en temps normal, le Wallon n’aurait dû s’imposer. Mais définitivement, le Ronde n’est pas une course normale. « Si on veut gagner le Tour des Flandres, on n’attaque pas à 55 kilomètres de l’arrivée. » L’analyse de Jacky Durand, quelques minutes avant le podium, sur Eurosport, est pleine de sens. Parce que le Belge a eu un peu de chance. Celle de voir son leader désigné mis hors du coup sur un incident mécanique – et une certaine incompétence de l’équipe Quick-Step, disons-le. Et celle de voir, surtout, le trio Sagan-Van Avermaet-Naesen, tout juste parti à sa poursuite, chuter dans l’ultime passage du Vieux Quaremont. Sans ça, à 17 kilomètres de l’arrivée et avec moins d’une minute de retard, les trois hommes les plus costauds de ce printemps seraient revenus à coup sûr sur celui qui se donnait sans compter, seul, devant, depuis près de quarante bornes.

Parce que oui, quand Gilbert est sorti dans le deuxième passage du Vieux Quaremont, à plus de cinquante kilomètres de l’arrivée, il n’imaginait pas aller au bout. Il préparait le terrain pour ce Boonen que l’on espérait dans un grand jour et qui, à une semaine de raccrocher le vélo, rêvait de partir sur un succès de prestige. Mais finalement, de cette accélération jusqu’à Audenarde, « Phil » est resté seul. Personne n’a été là pour lui donner ne serait-ce qu’un relais. C’était Gilbert face au reste du peloton. Et face à lui-même. Alors aérien, il l’était à coup sûr. Jamais on ne l’avait vu aussi fort sur les pavés. Mais capable de s’imposer, dans des conditions normales, il ne l’était pas. Dans un sprint en petit comité, jamais il n’aurait pu rivaliser avec Sagan et Van Avermaet. Pas après tant d’efforts. Aujourd’hui, difficile donc de voir cette incroyable victoire de Gilbert comme celle du plus fort. Mais elle est incontestablement celle du plus courageux et du plus audacieux.

Étincelant

Comme si souvent, finalement, le Tour des Flandres a donc récompensé celui qui aura osé. Peut-être que ces fameux Dieux du vélo, en plus d’avoir un faible pour la belle histoire de Philippe Gilbert, ne voulaient pas d’un vainqueur qui ne se serait véritablement découvert que dans les vingt derniers kilomètres. Alors trente ans après Claudy Criquielion, voilà un nouveau wallon au palmarès du monument flamand. La légende Boonen et l’héritier Van Avermaet n’ont qu’à bien se tenir. Mais pas d’inquiétude. Le premier, déjà triple vainqueur, n’est plus à ça près. Le deuxième, lui, reviendra forcément l’an prochain, encore plus revanchard. On peut donc laisser, sans culpabiliser, une grande part du mérite à Philippe Gilbert. Un héros tellement heureux qu’en franchissant la ligne à pied, sa monture à bout de bras et le sourire jusqu’aux oreilles, il a propagé son bonheur. Jusqu’aux fans de Boonen, Sagan et Van Avermaet.

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Succès divin"

Me prévenir
avatar
highlander
highlander

Un explois phénoménal; j´adore Gilbert mais j´ai de la peine à croire que tout est reglo . la presse qui nous informe d´ »un pacte de corruption scellé au plus haut niveau international qui aurait profité à de très grands courreurs; il leur aurait permis de bénéficier des dernières avancées technologiques en matière de moteurs électriques  » (dixit le canard enchainé); ha bon tu m´etonnes ? Quand je vois comment sky et quick step ont dominés certaines epreuves et comment l´uci protége ses gros poissons ; les affaires sont les affaires mais là c´est devenu surréaliste …

pat
pat

A l’heure où les courses sont tellement cadenassées par les grandes équipes et où tout ce joue souvent dans les derniers km une telle victoire est vraiment magistrale . C’est pour ce genre d’exploit qu’on aime ce sport . Je ne pense pas que Gilbert préparait le terrain pour Boonen car il avait été dit que le wallon était leader pour cette course et que que Tom le serait pour Roubaix . Mais peut-être était ce de l’intox . Ceci dit les soucis mécaniques de Boonen on sûrement été un avantage pour Gilbert . On ne sait pas comment la quick step aurait géré la situation si le flamand avait été là . On a toujours en mémoire le quiproquo avec Chavannel et on sait à quel point elle soutient Tommeke . Tom Boonen semblait au top ce jour là , on ne saura jamais si il aurais pu se battre avec les meilleurs pour un podium ou une victoire . Le Ronde et Roubaix se gagnent à l’expérience mais aussi avec ce petit brin de réussite . Cette année Gilbert et Van Avermaet on eu la baraka !!!