Sur le Tour de France, Nairo Quintana n'a pas été en mesure de titiller Chris Froome : il s'est rattrapé quelques semaines plus tard sur la Vuelta - Photo Mathilde L'Azou
Bilan 2016
14 novembre 2016

Movistar, on prend les mêmes et on recommence

Mettez énormément de Valverde, beaucoup de Quintana, assaisonnez le tout avec quelques bons crus de la formation espagnole et vous avez une saison type de Movistar, leader du World Tour depuis quatre ans avec les mêmes réussites et les mêmes échecs.

Le top : Nairo Quintana

Au départ de sept courses à étapes cette saison, le Colombien a terminé sur le podium de chacune d’entre elles. Il a au passage élargi son palmarès en remportant son premier Tour de Catalogne, son premier Tour de Romandie et sa première Vuelta. À 26 ans, le grimpeur poursuit sa trajectoire ascendante, obtenant le meilleur classement de sa carrière sur le circuit World Tour (2e derrière Peter Sagan). Il est surtout devenu le premier pourvoyeur de points de son équipe devant l’inusable Alejandro Valverde. Nairo Quintana n’a plus qu’une marche à franchir pour entrer dans l’histoire du cyclisme : remporter le Tour de France. Moins vif qu’en 2013 ou en 2015, le dauphin de l’édition 2015 a néanmoins mieux tenu la distance que ses rivaux face à Chris Froome pour obtenir un troisième podium en trois participations. Loin de ruminer ce nouvel échec contre le Britannique, le Colombien s’est prouvé sur la Vuelta que le leader des Sky n’avait rien d’une bête noire.

Le flop : Le Tour de France

Certes, Nairo Quintana a fini troisième. Certes, Ion Izagirre a décroché une belle étape de montagne après trois ans de disette sur l’épreuve. Pourtant, Movistar a déçu sur la Grande Boucle. Si une équipe avait les hommes nécessaires pour perturber la machine Sky, c’était elle. Un mois avant le départ dans la Manche, la formation espagnole a préféré envoyer une sélection de seconds couteaux sur le Dauphiné et sur le Tour de Suisse pour déterminer lesquels seront les plus aptes à épauler le Colombien en juillet. En dehors du tandem Quintana-Valverde, la liste finale avait fière allure avec des gros rouleurs (Erviti, Olivera, Herrada) et des bons grimpeurs (Anacona, Moreno, les deux Izagirre). Les Britanniques ont pourtant dicté leur tempo sans sourciller. Le vétéran Valverde a lancé quelques banderilles, en vain. La direction de l’équipe a longtemps joué la montre en prétendant attendre les Alpes pour agir. Devant le fait accompli, les rares tentatives comme sur le col de la Forclaz n’ont pas pesé dans la course. Eusebio Unzué et ses ouailles n’ont donc toujours pas remporté le Tour.



Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Movistar, on prend les mêmes et on recommence"

Me prévenir
avatar
Alex
Alex

ABERANT !!!

L’équipe remporte la Vuelta, la Flèche Wallonne, la Catalogne etc. Plus troisième du Giro et du Tour et de nombreuses autres victoires. C’est de loin la meilleure équipe pour la quatrième année avec un budget bien moindre que la Sky et vous leur mettez 15/20… Autant qu’IAM…

Navrant!

Robin Watt

Donc on ne peut rien attendre de plus de Movistar (sous-entendu surtout Valverde et Quintana) qu’une troisième place sur le Giro et sur le Tour de France ? Valverde allait-il en Italie pour faire troisième ou pour gagner ? Et quid de Quintana sur la Grande Boucle ? Ils ont obtenu de supers résultats, qui pour d’autres équipes vaudraient un 20/20. Mais pour Movistar, c’est loin d’être une saison parfaite. Simplement, compte tenu de leurs deux leaders, même quand ils ne sont pas aussi haut qu’espérés, ils cumulent plus de points que les autres.

Alex
Alex

Ils ont remporté la Vuelta, une classique et plusieurs tours d’une semaine. Si on cotait à l’école et fonction du potentiel, les cancres auraient 20 et les meilleurs 12…c’est un peu le nivellement par le bas, non?

Robin Watt

Mais les notes prennent ici en compte le potentiel. Ce qui ne veut pas dire que ceux qui se plantent vraiment ont des bonnes notes (cf Cofidis). Mais à la fin de cette saison, les dirigeants de IAM sont sûrement aussi satisfaits que ceux de Movistar !

VFH
VFH

Je rejoins Alex bien sûr.
On peut ajouter que la perf’ est extraordinaire pour une équipe qui a un budget moindre par rapport aux grosses formations. C’est juste que l’extraordinaire dure depuis 4 ans. Quel saison encore !

highlander
highlander

l´enorme saison du Colombien me semble etre le point d´orgue de cette equipe hyper competitive sur beaucoup de course wt; on sent naturelement que la passation de pouvoir entre Valverde et Quintana est consumée ..

wpDiscuz