Après avoir conquis quatre Tours de France, Chris Froome doit-il aller à la conquête du Giro ou se concentrer sur le record en France ? - Photo ASO
Débat
25 novembre 2017

Froome doit-il venir sur le Giro ?

Eddy Merckx est catégorique. S’il assume son statut, Chris Froome doit prendre le départ du Giro l’an prochain. « En fait, en tant que champion, il doit venir, même s’il a en tête une cinquième victoire sur le Tour », a confié le Belge à la Gazzetta dello Sport. Mais est-ce véritablement le sens de l’histoire ?

Oui par Alexis Midol-Monnet

La présentation du prochain Tour d’Italie se fait attendre, et les spéculations vont bon train. Départ d’Israël controversé et passage par la Sicile en suspens viennent ainsi s’ajouter à l’incertitude autour des prétendants au maillot rose. D’où les innombrables hypothèses autour d’une venue de Chris Froome après sa victoire au Tour d’Espagne et sa médaille de bronze dans le contre-la-montre de Bergen. Venir et gagner ferait un peu plus entrer le Britannique dans l’histoire, puisqu’il ferait aussi qu’Eddy Merckx et Bernard Hinault, les deux seuls à avoir remporté les trois grands tours d’affilée. Dans un cyclisme où Alberto Contador et Nairo Quintana se sont cassés les dents sur le doublé Giro-Tour, un triplé de Froome, même étalé sur deux saisons, serait invraisemblable. Mais tout cela semble dans les cordes du garçon, arrivé à pleine maturité.

En fait, c’est comme si tout s’accord. Au printemps prochain, Froome sera âgé de 33 ans, et bénéficiera ensuite d’un heureux concours de circonstances qui pourrait favoriser sa participation à l’épreuve italienne : le départ du Tour de France sera en effet retardé d’une semaine pour ne pas interférer avec la Coupe du Monde de football en Russie. De quoi offrir au Britannique assez de repos entre l’arrivée du Giro et le départ de la Grande Boucle. Alors, oui, rêvons d’une présence de Froome sur un Tour d’Italie, ne serait-ce que pour laisser derrière lui sa sombre disqualification de 2009 et la malédiction touchant l’équipe Sky depuis l’édition 2013. Le parcours, annoncé très montagneux, devrait se voir aussi plus fourni en contre-la-montre que la grande messe de juillet. Le grand duel tant attendu avec Tom Dumoulin, son nouveau challenger, volerait alors la vedette au Tour de France. Mais si l’histoire veut prendre le dessus, laissons-là bouleverser l’ordre établi.

Non par Robin Watt

Le Cannibale ne voue pas un grand amour à Chris Froome. C’est le cas depuis toujours, et la quatrième victoire du Britannique sur le Tour, en juillet dernier, n’a pas suffi à arranger les choses. « Je ne vais pas dire que Froome n’est pas un bon coureur, reconnaissait le Belge dans les colonnes du Het Laatste Nieuws. Mais ce n’est quand même pas un super coureur. » Alors on peut se demander, au fil des piques de plus en plus prononcées envoyées par Merckx, si le bonhomme n’aurait pas un peu peur pour son record. Comme Anquetil, Hinault et Indurain, le grand Eddy culmine à cinq victoires sur le Tour, le record depuis que Lance Armstrong a perdu ses sept succès consécutifs. Du coup, le Belge – peut-être plus que les autres, d’ailleurs – ne voit peut-être pas d’un bon œil d’être rejoint par un nouveau larron. Moins on est nombreux à partager un record, plus le prestige est grand.

Quand Merckx conseille donc à Froome de venir sur les routes italiennes pour compléter sa collection – ce qui hypothéquerait clairement ses chances en juillet -, on peut y voir une petite arrière pensée. Parce qu’en réalité, pour marquer l’histoire, ce n’est pas d’un Giro dont a besoin le Britannique, mais bien d’un voire deux Tours de France supplémentaires. Remporter les trois grands tours est une performance incroyable, mais être le recordman de victoires sur la plus grande course du monde en est une encore supérieure. C’est simple : d’un côté, il rejoindrait quatre légendes qu’on ne présente plus et serait le seul coureur du siècle à ramener cinq fois le maillot jaune. De l’autre, il entrerait dans un club forcément moins sélect où sont déjà installés Vincenzo Nibali et Alberto Contador depuis plusieurs années. Le choix devrait être vite fait.

Selon vous, pour marquer l'histoire, Froome doit-il venir sur le Tour ?

Poster un Commentaire

18 Commentaires sur "Froome doit-il venir sur le Giro ?"

Me prévenir
avatar
chris83
chris83

Zero chance sur cent que Froome s’aligne sur le Giro en 2018. Pas besoin d’entretenir un faux suspense.

pat
pat

Je ne sais pas si Froome doit ou pas participer au Giro . Mais je ne suis pas d’accord avec les arguments de Robin . Je pense que vous affabulé avec Merckx !!! Il est le plus grand coureur cycliste de tous les temps et ce même si Froome venait à dépasser son reccord de victoire sur le tdf . Le grand Eddy gagnait sur tous les terrains ce qui est loin d’être le cas pour Froome . Si Merckx n’apprécie pas trop Froome c’est surtout parce qu’il aime le cyclisme offensif avec des coureurs qui courent à l’ancienne un peu comme Gilbert . Il n’apprécie guère le cyclisme actuel trop attentiste et calculé . C’est agaçant aussi cette façon de penser que le cyclisme ce n’est que le tdf et que tout autre course n’a que peu de valeur . C’est typiquement français . Si le Giro n’avait pas décidé de s’expatrier en Israel il aurait pu y participer , mais là il risque de perdre beaucoup d’énergie avec tous ces déplacements .

highlander
highlander

Sky s´est toujours cassé les dents sur le Giro . Je ne vois pas ce que Froome irait faire sur cette course truffée d´imprevus et de col à fort pourcentage qui ne sont pas toujours à son avantage . Une epreuve dificile à maitriser et des conditions météo parfois hivernales en montagne . Des transferts longs et répétitifs . Une course qui ne lui correspond pas .

vincent3869
vincent3869

Merckx c’est 11 grands tours, 3 titres mondiaux et 19 classiques monuments. Froome c’est 5 grands tours, aucun maillot arc-en-ciel, et zéro pointé dans les classiques. Trente-trois victoires majeures pour Merckx contre cinq pour Froome. Y a t’il débat ?

Genghis
Genghis

« Je ne vais pas dire que Froome n’est pas un bon coureur, reconnaissait le Belge dans les colonnes du Het Laatste Nieuws. Mais ce n’est quand même pas un super coureur. »
Je trouve Merckx et Hinault bien trop hautains vis à vis des champions d’aujourd’hui’, c’est pourtant évidant qu’ils n’ auraient jamais eu un palmarès aussi fourni et complet en étant né le même jour que Froome.

loutrejoyeuse
loutrejoyeuse

En même temps même face aux gens né le même jour qu’eux, leur palmares est aussi énorme qu’hors norme. Donc ils peuvent se permettre.

genghis
genghis

Ils peuvent se permettre quoi ? De rabaisser un champion actuel car il n’a pas la domination sur tous le terrains qu’ils avaient, alors même que la spécification des différents domaines du cyclisme rend impossible cette domination ? Car je parle bien de cela

Ce qu’Ils pourraient en revanche, c’est d’ avoir l’ intelligence, la bonne foi et l’ honnêteté d’avouer qu’un palmarès comme le leur est strictement impossible dans le cyclisme moderne. On parle d’une époque ou l’ on pouvait finir le tour à la fois maillot jaune et maillot vert ( qui donnait déjà l’avantage au sprinteur), je pense qu »aujourd’hui, rien que pour des raisons musculaires, c’est impossible.

Everworl
Everworl

En effet, il ne faut pas oublier que c’était une époque ou le vainqueur du Tour de France pouvait également gagner des sprints massifs…

gougi
gougi

la comparaison avec Merckx est tentante du point de vue du palmares, mais aujourd’hui il est impossible de se construire un palmares identique, de plus n’oublions pas qu’a l’époque il n’ y avait que 5 ou 6 nations de cyclisme, donc il était quand même plus facile d’être dominateur. Je n’aime pas froome et j’adore Merckx,
aujourd’hui seul Valverde et Nibali sont des coureurs susceptibles de courir pour la gagne sur tous les terrains, ou presque. Entre parenthèse je serais curieux de connaitre le parcours du tour de Lombardie gagné par Van Looy…. les temps ont bien changé .. c’est sur cette profonde banalité que je vous dis bonsoir

tranquillo
tranquillo

Vous posez bien le problème, je trouce l’intérêt du cyclisme est que Froome aille sur le Giro, l’intérêt de Froome est de ne pas y aller.
A titre personnel, je pense qu’il n’ira pas en 2018 ni en 2019, et la seule chance qu’on l’y voie en 2020, c’est qu’il ait remporté les deux prochains Tours de France, et soit donc seul recordman de victoires sur la Grande Boucle, sans plus rien à prouver. Or non seulement les chances sont minces qu’il y parvienne (en raison du vieillissement auquel il est, comme tout le monde, asujetti, mais aussi de tous les imprévus qui peuvent y survenir – chute, jour sans, émergence d’un rival qui le battrait « à la régulière »), mais en plus, cela ne garantit absolument pas qu’il ait envie, à supposer qu’il y parvienne, de risquer sa réputation d’invincible pour une course dont il n’a pas ni une grande habitude ni de bons souvenirs.

tranquillo
tranquillo

Petite correction :
« Vous posez bien le problème, je trouve : l’intérêt du cyclisme est que… »

Gestas
Gestas

Aucune chance de voir Froome sur le Giro. Si il y va, cela voudra dire que « l’économie du vélo ne couvre plus ces imposteurs », il irait sur le Giro par défaut, chouchouter par rcs

Everworl
Everworl

Il y a de grandes chances qu’il ne fasse pas le Giro, mais la réponse définitive sera sans doute connue une fois le parcours du Giro dévoilé.

chris83
chris83

I’ai été présomptueux en rejetant toute idée de Froome sur le Giro.Les bruits courent sur sa participation. Je pense que le Tour est toujours son objectif numéro un et celui de Sky. Et on voit bien que le doublé est très difficile à réaliser. A moins qu’il s’aligne comme au Dauphiné l’an dernier, sans chercher la victoire. Par contre s’il visait vraiment le doublé, ce serait un coup de panache.

Everworl
Everworl

Même avec une semaine en plus, faire le Dauphiné sera trop éprouvant je pense. Je ne sais pas s’il courra entre les deux compétitions. Mais s’il le fait, ça sera ses championnats nationaux et/ou la route du sud ou le tour de Slovénie uniquement.

Par ailleurs certaines sources italiennes sur tweeter évoquent le fait que Froome étal Sky auraient signer un contrat pour venir sur le Giro, en échange de 2 millions d’euros. Pour l’instant ce ne sont que des rumeurs, mas ça explique peut être votre « erreur » d’analyse.

chris83
chris83

Confirmation que j’étais complètement à côté de la plaque puisque Froome sera bien au Giro! En dehors de l’aspect financier qui a dû être très convainquant, c’est un sacré défi, contraire a priori à toute logique de tout faire pour gagner un 4ème Tour. En ce cas s’il cherche le doublé Giro-Tour, chapeau! A moins qu’il ne vienne que pour faire des bornes, comme en son temps Lemond qui finissait tous les jours dans le gruppetto. En tous cas, S’il parvient à réaliser le doublé Giro- Tour après celui du Tour- Vuelta, il rentrera dans une autre dimension, aux côtés des plus grands.