Chez Bora, tout tournait évidemment autour de Peter Sagan, à la fois héros la plupart du temps, et pointé du doigt en juillet sur le Tour - Photo ASO
Bilan 2017
En cette fin de saison, l’heure des bilans est venue. La Chronique du Vélo a passé au crible l’exercice 2017 de chaque équipe, chaque rédacteur a livré sa note sur vingt permettant de faire une moyenne puis d’établir un classement. Des notes subjectives, basées sur les résultats mais aussi les effectifs et les objectifs annoncés en début d’année, qui prêtent forcément au débat. On attend donc de connaître vos avis.
13 novembre 2017

Bora, tout pour Peter

11,8/20

Le bilan de l’équipe Bora est forcément intimement lié à celui de son champion, Peter Sagan. C’était couru d’avance en début de saison. Et pour le Slovaque, l’exercice 2017 a longtemps été frustrant. Son titre mondial à Bergen ne peut pas faire oublier tout ce qui a précédé, de mars à juillet notamment.

Le top : Peter Sagan

Peter Sagan est rentré dans les livres d’histoire cette année, en remportant son troisième championnat du monde consécutif. Mais ce coup d’éclat, il ne l’a pas réalisé sous le maillot de Bora-Hansgrohe. Un détail ou presque, parce qu’il a aussi beaucoup gagné pour son équipe. Seuls Jakub Mareczko, Marcel Kittel et Fernando Gaviria (quatorze victoires chacun) ont plus gagné que le Slovaque cette saison (douze bouquets). Il est même le seul coureur à dépasser les vingt-cinq podiums en course cette année. Présent de février (première victoire de l’équipe Bora sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne) jusqu’en septembre (le Grand Prix de Québec), Peter Sagan a terminé la saison quatrième du classement World Tour, à seulement un point de Tom Dumoulin. Il a encore gagné sur le Tour de France (sa huitième étape), et a brillé sur Tirreno-Adriatico, en Californie, en Pologne et en Suisse. Bref, une nouvelle saison réussie sur le plan comptable.

Le flop : Peter Sagan

Un titre de champion du monde et une étape du Tour, rien que ça, pour n’importe qui, signifierait une saison parfaite. Mais Sagan n’est pas n’importe qui, et le concernant, on ne peut s’empêcher de pointer quelques points noirs. Le Slovaque n’a pas remporté de monument cette saison. Il est passé tout près du but sur Milan-Sanremo, a chuté sur le Tour des Flandres et a crevé sur Paris-Roubaix. De la malchance oui, mais Peter Sagan a des ambitions, et ne peut pas se contenter de ça. Et puis il y a la grosse frustration du Tour de France. Le quintuple maillot vert de la Grande Boucle revenait sur les routes françaises pour faire la passe de six et rejoindre Erik Zabel dans la légende du Tour. C’était très bien parti, avec une victoire facile à Longwy. Mais le lendemain à Vittel, il est exclu pour un coup de coude sur Mark Cavendish. Peter Sagan n’a ainsi pas atteint ses grands objectifs de la saison. Au moment de tirer le bilan, il y a forcément un peu de déception.

La stat : 19

Les recrues de l’équipe Bora en 2017 ont brillé. Évidemment, il y a eu Peter Sagan, qui s’est imposé douze fois cette année. Rajoutez-y les trois victoires de Rafal Majka, plus les quatre bouquets de Aleksejs Saramotins, Juraj Sagan, Markus Burghardt et Maciej Bodnar, et ça fait dix-neuf victoires pour les petits nouveaux, sur un total de 33 victoires. Efficace.

Les notes 2017

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Bora, tout pour Peter"

Me prévenir
avatar
gougi
gougi

vous avez raison Sagan a été nul cette saison ! je suis désolé mais c’est du grand n’importe quoi vos notations ! 2 semi classique, un CM, des étapes partout ou il a couru des places d’honneur a la pelle. . et puis c’est vrai qu’être champion du monde c’est plus fastoche que de gagner une classique. ! Mais heureusement nous on a bardet et la AG 2 R classé bien plus haut dans votre classement, ouf je respire ! et puis on a Demarre dont le palmares cette année est incomparable a celui de ..Sagan. ce qui place son équipe au dessus de celle de Sagan…. Pour info un coureur aussi talentueux soit t’il ne gagne pas seul, même Sagan a besoin d’une équipe….

Robin Watt

Donc Sagan a fait une saison parfaite ? Il n’y a rien à redire sur son printemps et son Tour de France ?

En 2016, il gagne le Tour des Flandres, porte le maillot jaune, gagne trois étapes et le maillot vert du Tour, est champion d’Europe face à une grosse concurrence, puis champion du monde. Est-ce qu’on a le droit de dire qu’en 2017, il a fait moins bien ? Parce que j’ai bien l’impression que c’est le cas. Ce qui ne veut pas dire que sa saison est mauvaise.

Simplement, Sagan est le meilleur coureur du peloton, une véritable machine, donc on est obligés de noter qu’il y a des choses à redire sur son printemps et son Tour de France.

Enfin, si vous faites preuve d’un tout petit peu de bonne foie, vous noteriez qu’on a aussi fait de Sagan le top de cette équipe.

Amaury
Amaury
@Robin: j’ai l’impression que votre point de vue a sensiblement évolué depuis le printemps où vous me trouviez trop sévère à l’égard de Sagan et de son printemps « raté ». Inutile dès lors de dire que je rejoins complètement votre analyse. La saison de Sagan est quand même largement sauvée par son titre de champion du monde. Parce qu’au printemps et au TDF, il passe à côté de ses objectifs (et, de facto, il ne répond pas aux attentes). Bien sûr, on rétorquera les circonstances, mais je reste convaincu qu’il a une grande part dans ces circonstances – il a quand même souvent laissé apparaître une grande nervosité en course. Comme vous le dites, saison réussie sur le plan quantitatif, mais nettement moins sur le plan qualitatif. Et que ce défaut qualitatif pèse dans la balance, cela fait partie du jeu. Demandez-le à Tom Boonen dont le printemps 2007 avait été jugé mauvais, malgré une victoire à KBL, à l’E3 et à Travers les Flandres. Enfin, à partir du moment où on juge l’équipe Bora, il me semble en effet quelle titre de champion du monde ne peut entrer complètement dans l’évaluation de l’équipe. D’où une note assez conforme à une… Lire la suite »
Robin Watt

Je suis un peu plus mitigé qu’au printemps, en effet. Sans oublier qu’il a aussi joué de malchance ahah !

Flo
Flo

En effet, malgré vos explications répétées, certains semblent avoir du mal à comprendre que la notation des équipes ainsi que les flops et les tops dépendent en partie des attentes du début de saison.
Avec votre raisonnement Gougi, on peut considérer que tous les coureurs qui n’ont pas fait mieux que Sagan ont raté leur saison surtout si on ose dire que le slovaque n’a pas gagné autant de (grandes) courses que son statut le laisse espérer.
A performances égales, on peut penser qu’un coureur a fait une bonne saison et qu’un autre l’a raté. C’est pareil pour les équipes sinon il faut mettre 2 à l’équipe Wanty et 18 à la Sky…

gougi
gougi

en effet je ne comprends pas que l’on note en fonction des attentes du début de saison… perso je pensais que l’on notait les performances d’une équipe, pas d’un coureur que ce soit Van avermaet ou Sagan… ce n’est pas le sujet.. quelles sont les équipes qui ont été performantes ? les équipiers qui ont su se dévouer pour un leader , ou un leader qui a su se muer en équipier … Pour moi c’est cela la notion d’équipe, en cela je me repete mais sunweb, ou quick step sont formidables. Leurs leader ont su se ranger quand il fallait pour aider les autres leaders de l’équipe. Pour ce qui est de Bora , repasser le film de l’année et vous verrez qu’il n’ y en a pas que pour Sagan , loin s’en faut. Globalement ils ont été bien meilleur que bien d’autres équipes. En fait pour moi vous avez trop noté par rapport au performances des individualités.

Flo
Flo

Si je comprends bien, vous attachez beaucoup d’importance à la cohésion de l’équipe et au dévouement de chacun des coureurs pour leurs coéquipiers. C’est un aspect intéressant mais c’est parfois difficile à juger de l’extérieur et puis il arrive que la cohésion et la bonne ambiance au sein de l’équipe ne soient pas suivies de résultats. Quelle note attribuer alors à l’équipe ?
Et puis on en revient toujours aux performances individuelles, les coureurs de Quick step sont presque tous des tops coureurs et la Sunweb a vu l’émergence ou la confirmation d’un grand nombre de talents ce qui favorise l’expression collective (même si parfois la mayonnaise ne prend pas, c’est vrai ).

Robin Watt

Le cyclisme est un sport individuel qui se court en équipe. Bien sûr, la cohésion d’équipe, le fait que les leaders puissent parfois se mettre au service de leurs coéquipiers, ça peut compter. Mais quand on fait le bilan d’une équipe, on prend en compte la somme des individualités. Parce qu’une équipe brille avant tout grâce au talent de ses coureurs. Vous pouvez donner la meilleure cohésion du monde à certaines formations, ça ne fera pas de miracle.

Les performances d’une individualité, bien que toujours soutenue par une équipe, font briller l’entité. C’est comme ça que ça marche. Mais on ne peut pas noter la saison d’une équipe à travers le prisme : « sont-ils une bonne bande de potes ? » En revanche, s’ils sont une bonne bande de potes, ils gagneront peut-être davantage encore, et leur bilan en sera meilleur.

gougi
gougi

comme dit Astier , c’est pas faux

gougi
gougi

je plaisantais bien entendu quoi que. c’est l’analyse de l’équipe que vous jugez ou la perf des coureurs ? j’ imagine que vous ferez un classement des coureurs, les tops et les flops de l’année. Mais là vous notez une équipe pas un coureur. Sagan a su se muer en équipier pour Majka par exemple, en Pologne et en californie. Quand Bardet l’a t’il fait pour ses équipiers par exemple ?.. demander à Naessen. au Dauphiné …
Prenons la FDJ, leur prestation sur le tour à été calamiteuse, et la victoire de Démare n’y change rien .. question équipe c’est globalement nul.
Sunweb, la sky , quick step sont exemplaires dans le travail d’équipe et Bora n’ a pas démérité pour ce qui est de la cohésion.
Pour ce qui est du coureur Sagan, en effet il à été très légerement moins bon, mais n’oublions pas la malchance qui l’a accompagné sur Roubaix et les flandres, mais j’ imagine que c’est un autre sujet…puisque là on parle d’équipe… je plaisante

Geraldinho
Geraldinho

Je suis bien d’accord avec gougi. Les leaders de la Bora n’ont pas forcément répondu aux attentes placées en elles en début de saison (vous oubliez complètement de citer König !!) mais même si c’était un ton en dessous des Sunweb, les Bora ont souvent su faire preuve d’un grand sens du collectif alors même que leur leader n’était pas au top. je pense aux 3 GTs avec un beau train mis à disposition de Bennett sur le Giro, et une équipe de guerriers sur le Tour (Burghardt, Buchmann et surtout Bodnar) et à la Vuelta (Majka, Poljanski, Schwarzmann, Schillinger, Pfingsten). Puisqu’on parle d’une note d’équipe, ils devraient au moins être au dessus de la Cannondale et de la Bahrain qui elles ont plutôt déçus collectivement même si leurs leaders s’en sont mieux sortis individuellement (Uran 2e du Tour et Nibali 2 podiums en GTs + la Lombardie)

pat
pat

On a plus l’impression ici d’avoir le bilan de Sagan que celui de son équipe ! Il me semble pourtant que votre but était de faire le bilan de chaque équipe . Ceci dit je trouve votre analyse assez judicieuse car cette saison Sagan a aussi eu des flops . Je rappelle aussi que les championnats du monde se courent par équipe nationale et ne fait donc pas partie du bilan Bora . Le slovaque a eu parfois de la poisse mais a parfois fait des erreurs comme sue le GP de l’E3 où il a plus cherché a mettre des bâtons dans les roues de Tepstra plutôt que de jouer la gagne .
D’accord avec flo l’analyse est faite en fonction des attentes que l’on a des coureurs d’une équipe et pour Sagan elles sont grandes !

Amaury
Amaury
@pat: je trouve justement très intéressant que le bilan de Bora soit pratiquement celui de Sagan. C’est en effet toute la problématique de ce coureur, laquelle explique d’ailleurs pourquoi certains managers (Lefevere, De Geyter) préfèrent ne pas l’avoir dans leur équipe. Selon eux, il prend trop de place et nuit à une véritable collectivité. Il devient quasi l’équipe à lui tout seul, impliquant notamment le recrutement d’un noyau dur de coureurs autour de lui. Et, personnellement, j’aurais presque envie de dire que le fait de se centrer ici sur Sagan « sauve » davantage Bora que l’inverse. En effet, on peut noter l’un ou l’autre coup d’éclat inattendu (Bodnar sur le TDF, Pöstlberger sur le Giro). Mais, si on se concentre sur deux autres « gros » coureurs de l’équipe – Majka et Konig – c’est quand même très très largement inférieur aux attentes. On parle de 2 coureurs potentiels top 10 d’un grand tour et force est de constater que, sur ce point, c’est le désert pour les 2. Finalement, on peut résumer: c’est une équipe dont on pouvait légitimement attendre qu’elle remplisse l’un de ces objectifs: 1) une belle victoire dans les classiques et semi-classiques du printemps, 2) le maillot vert sur… Lire la suite »
gougi
gougi

oui mais ce que je trouve dommage c’est qu’au classement , bien entendu subjectif , la note les place en dessous d’équipe comme la FDJ … je pouffe , et je dis pouce ! enfin tout ça n’est pas très grave !!!!

Amaury
Amaury

Certes, mais avec un point de différence. Ce qui n’est vraiment rien. A l’unif, les 2 équipes auraient d’ailleurs la même mention avec ces notes – la satisfaction, ce qui résume pas mal leur saison.
On pourrait d’ailleurs retourner l’argument et dire que Bora est bien payée avec 2 points en plus que Katusha (et là je remets de l’huile sur le feu :D )

Kerihuel
Kerihuel

Personnellement je suis assez en accord avec la note attribuée par la rédaction. En effet, Bora avait grosso modo pour objectif d’obtenir une victoire sur un monument, le maillot vert du tour de France avec plusieurs étapes et un top 10 sur un GT avec Majka. Aucun n’ont été obtenu. A partir de là et même si de belles victoires ont été obtenues (KBK et le GP de Quebec) on ne peut pas parler d’une saison exceptionnelle, c’était bien le minimum attendu d’une telle formation.
Et bien entendu, le projet de cette équipe étant monté autour de Sagan, il est donc bien normal que son bilan personnel soit corrélé à celui de l’équipe.
Donc mention correcte mais sans plus

wpDiscuz